Anderlecht a tenté d'équilibrer son noyau par quelques transferts. Il a donc acquis un défenseur central gaucher, Arnold Kruiswijk, un deuxième arrière droit, Nemanja Rnic, et quelques jeunes en guise d'alternatives au fragile Nicolás Frutos ( Kanu et Matías Súarez). Hernán Losada est lui censé assurer la créativité perdue après le départ d' Ahmed Hassan. Malheureusement, ces arrivées sont loin de faire impression. Et l'élimination européenne devrait engendrer du mouvement et des départs importants.
...

Anderlecht a tenté d'équilibrer son noyau par quelques transferts. Il a donc acquis un défenseur central gaucher, Arnold Kruiswijk, un deuxième arrière droit, Nemanja Rnic, et quelques jeunes en guise d'alternatives au fragile Nicolás Frutos ( Kanu et Matías Súarez). Hernán Losada est lui censé assurer la créativité perdue après le départ d' Ahmed Hassan. Malheureusement, ces arrivées sont loin de faire impression. Et l'élimination européenne devrait engendrer du mouvement et des départs importants. Daniel Zitka reste le numéro un dans le but. Davy Schollen a posé une condition au renouvellement de son contrat : devenir le numéro deux, promesse qu'il a reçue. Contre BATE, Silvio Proto était à nouveau sur le banc. Si celui-ci n'est pas parti à la mi-août, il y a de fortes chances pour que Schollen veuille s'en aller. Derrière, tous les postes sont au moins doublés. L'arrière droit Marcin Wasilewski continue à accumuler de graves fautes de débutant. Fin juillet, il s'est blessé mais Rnic, nouveau venu, a connu un sérieux contrecoup suite à une blessure et il a été décevant dans l'axe défensif. Guillaume Gillet peut y effectuer un dépannage, même si ce n'était plus prévu. A gauche, Bart Goor est en concurrence avec Olivier Deschacht, de retour de blessure, et Jelle Van Damme, en revalidation après son opération. Ces deux derniers entrent aussi en ligne de compte pour une place dans l'axe, bien que le Sporting ait embauché Kruiswijk, un arrière gaucher, pour ce poste. Roland Juhasz a pris la place de Nicolás Pareja, qui participe aux JO. S'il est plutôt un médian défensif, le jeune Bakary Saré constitue une alternative. En principe, on associera un gaucher à un droitier. Jan Polak, l'autoritaire leader de l'équipe, est en principe le nouveau médian défensif. Contrairement à Lucas Biglia, il donne des élans offensifs à l'équipe. Cheikhou Kouyatéet Saré constituent de jeunes alternatives. A gauche du triangle médian, Losada est l'élément créatif (là ou Polak évoluait l'an passé), à droite, Gillet est le marathonien. Si le triangle est tourné vers l'avant, Losada est l'élément le plus avancé, soutenu par Biglia ou Gillet à côté de Polak. Cependant, Losada connaît une adaptation délicate au haut niveau. Outre le triangle (4-3-3), le losange (4-4-2) constitue une option. Il suffit de préférer un avant en décrochage au deuxième médian offensif. Losada ou Mbark Boussoufa peuvent apporter leur créativité derrière l'attaque, Polak ou Gillet leurs aptitudes à la récupération. A gauche, Boussoufa et Van Damme ou Goor constituent des possibilités, comme, à droite, Thomas Chatelle, explosif, et Jonathan Legear, explosif et rapide, ou Gillet. Tout dépend du système : Boussoufa, Chatelle et Legear sont plus des attaquants que des médians, contrairement à Van Damme, Goor et Gillet. Roland Lamah est le seul à gauche à pouvoir concurrencer offensivement Boussoufa. Ces joueurs peuvent aussi évoluer en ligne ou en demi-cercle (4-4-2) avec le duo central Biglia-Polak, au détriment de Losada. Kanu est le centre-avant, suite à la blessure de Frutos. Un joueur collectif qui ne ménage pas sa peine. Suarez, gaucher comme Kanu, se sent mieux quand il peut bouger autour d'un avant. Stanislav Vlcek s'épanouit dans un duo d'attaque mais il a l'habitude de jouer à côté de l'autre avant et il soutient donc moins l'entrejeu. Jouer seul en pointe n'est pas son truc, pas plus que le flanc droit, même s'il a rendu maints services à Anderlecht à ce poste la saison passée. Premier constat : le poste d'arrière droit reste un problème. Si Gillet doit y dépanner, cela entraîne des changements dans toute l'équipe. Deuxième constat : Losada digère mal le niveau plus élevé d'Anderlecht. Si Gillet ne joue pas non plus au centre, Biglia se remanifeste. Troisième constat : sans Frutos, Kanu et Súarez doivent plus vite que prévu porter tout le poids de l'attaque. Quoi qu'il en soit, le Sporting est un favori au titre. par jan hauspie