On ne doit pas être étonné que Dick Advocaat ait été intéressé par le fait d'entraîner l'AZ Alkmaar jusqu'à la fin de la saison en combinaison avec les Diables Rouges. Comme on ne devrait pas être étonné qu'il décide, en mai prochain, de continuer éventuellement avec l'AZ... ou une autre équipe en laissant les Diables sur le côté.
...

On ne doit pas être étonné que Dick Advocaat ait été intéressé par le fait d'entraîner l'AZ Alkmaar jusqu'à la fin de la saison en combinaison avec les Diables Rouges. Comme on ne devrait pas être étonné qu'il décide, en mai prochain, de continuer éventuellement avec l'AZ... ou une autre équipe en laissant les Diables sur le côté. Advocaat est un esprit libre, un coach qui suit ses instincts en se disant - comme tout bon Hollandais - qu'il y a toujours moyen de trouver un truc pour sortir d'un contrat. Bref, qu'il faut faire travailler les avocats. Le Belge est bien plus respectueux (soumis ?) aux accords écrits. En Australie, quand il a laissé tomber l'équipe nationale avec laquelle il était sous contrat pour travailler avec le Zenit Saint-Pétersbourg, les Kangourous l'avaient surnommé Tricky Dick, Dick le truqueur. Forcément, les Australiens étaient déçus d'être abandonnés par leur Petit Général en pleine bataille. Mais l'Union belge n'aura jamais le droit d'être déçue en pareil cas de figure. Dès les premiers contacts entre notre fédération et le Néerlandais, nous avions soulevé qu'on n'était jamais sûr de pouvoir garder un Advocaat en cage. Le CEO de l'Union belge, Jean-Marie Philips, nous avait dit qu'il était au courant de cet épisode. Advocaat le lui avait raconté au moment des négociations avec l'UB. Evidemment ! Le coach hollandais n'est pas fou. C'est la FIFA elle-même qui avait déterminé le dédommagement financier que les Russes devaient aux Australiens. Au moment d'écrire cette Intro, rien n'était encore fait entre Advocaat et l'AZ, mais il ne faut pas être stupide... Advocaat avait deux options après avoir quitté le Zenit : les Diables et l'AZ, où Ronald Koeman travaillait. Alkmaar c'est son terreau, son jardin et il est toujours heureux de s'y rendre, même pour voir un match. Alors, y coacher ! A condition que l'Union belge soit d'accord qu'il combine les deux jobs, pourquoi pas ? Il faut être créatif dans le football, qui reste une grande fantaisie de notre société, avec ses propres règles qui échappent souvent au monde réel et sérieux... comme le prouve d'ailleurs encore et toujours, l'éternel combat de l'Excelsior Mouscron pour rester en vie. Le club hurlu est en liquidation, certes, mais jusqu'à dimanche dernier, il n'était pas mort. La preuve, son équipe B avait encore été gagner à Roulers. D'ailleurs, on a déjà rencontré des coaches menant une double vie. Le plus célèbre et le plus récent concerne le Hollandais (tiens !) Guus Hiddink, coach de la Russie qui cachetonna à Chelsea la saison passée, arrivant même en demi-finale de la CL et gagnant la FA Cup. Si ça s'est bien passé pour le club londonien, c'est raté pour l'équipe russe qui a été éliminée du Mondial il y a peu en test-match par la modeste Slovénie ! Il ne faut pas y voir un sombre présage. Les Diables n'ont pas de Coupe du Monde à préparer. Ils doivent " juste " être prêts pour les qualifications de l'EURO 2012 en septembre prochain. Les obligations d'Advocaat par rapport à l'Union belge sont de préparer quelques rassemblements des Diables et les matches amicaux qu'ils joueront sûrement comme sparring-partners d'équipes qualifiées pour le Mondial. Il doit aussi scouter les Diables, mais il sait déjà à qui il aura affaire ; il a bien fait le tour des possibilités... et certains d'entre eux jouent à Alkmaar. PAR JOHN BAETE"Il faut être créatif et ne pas voir dans la double vie Chelsea-Russie de Hiddink un sombre présage."