Début septembre 2007, il n'y a qu'un point à l'agenda de l'assemblée générale du Lierse, alors en D2 : la faillite, retardée parce que le président Leo Theyskens doit se rendre de toute urgence en Égypte. En octobre, il présente le nouveau propriétaire du club, le holding égyptien Wadi Degla. Ses frères dépêchent Maged Samy (41 ans) pour diriger le club. Maged a eu auparavant un entretien avec l'Antwerp, entretien qui ne lui a pas conféré un bon pressentiment. Le holding trouvait les clubs anglais trop chers, d'autant que la limitation du nombre de joueurs hors-UE posait problème. Aux Pays-Bas, le salaire minimum des joueurs non-européens était trop élevé. Son plan ? Former des joueurs en Belgique, via l'académie qu'il allait fonder à Tongerlo, et les vendre à de grands championnats, en même temps que les jeunes talents africains qu'il apportait. " Quand on a une bonne vision, on peut former un Messi ou un Ronaldo. J'investis en graines, ça coûte moins cher que les fruits mûrs. "

Il rêve de bâtir un stade de 40 à 50.000 places au Lisp et de renouer avec l'Europe. " Car le champion de Belgique dispute la Ligue des Champions. " Il découvre la qualité de la bière belge, " la meilleure du monde ", la vie nocturne belge et il accompagne les supporters en déplacement. The sky is the limit, mais il n'y a aucune ligne dans sa gestion. Un jour, il convainc ses entraîneurs de ne pas enrôler de gardiens étrangers, mais d'offrir sa chance au jeune Matz Sels. Un an et demi plus tard, il renvoie ce dernier en juniors, parce que le joueur n'a pas voulu signer de nouveau contrat. La suite ? Les grands talents de l'académie, Théo Bongonda et Jason Denayer, débutent ailleurs, car Maged et Jean-Marc Guillou ne sont même pas d'accord quant à la répartition des commissions des transferts.

En février 2016, Maged pose fièrement devant la statue de Bernard Voorhoof, l'icône du club, et déclare : " Je veux devenir le président le plus longtemps en poste au Lierse. " Mais quand le club loupe la montée, Wadi Degla annonce que le club est à vendre. S'il ne trouve pas de repreneur, Maged fermera la boutique fin mai 2018. Il a investi plus de 70 millions d'euros dans le club et l'académie des jeunes en onze ans. Le résultat ? Cinq saisons en D1, mais pas de campagne européenne, ni de nouveau stade.

Début septembre 2007, il n'y a qu'un point à l'agenda de l'assemblée générale du Lierse, alors en D2 : la faillite, retardée parce que le président Leo Theyskens doit se rendre de toute urgence en Égypte. En octobre, il présente le nouveau propriétaire du club, le holding égyptien Wadi Degla. Ses frères dépêchent Maged Samy (41 ans) pour diriger le club. Maged a eu auparavant un entretien avec l'Antwerp, entretien qui ne lui a pas conféré un bon pressentiment. Le holding trouvait les clubs anglais trop chers, d'autant que la limitation du nombre de joueurs hors-UE posait problème. Aux Pays-Bas, le salaire minimum des joueurs non-européens était trop élevé. Son plan ? Former des joueurs en Belgique, via l'académie qu'il allait fonder à Tongerlo, et les vendre à de grands championnats, en même temps que les jeunes talents africains qu'il apportait. " Quand on a une bonne vision, on peut former un Messi ou un Ronaldo. J'investis en graines, ça coûte moins cher que les fruits mûrs. " Il rêve de bâtir un stade de 40 à 50.000 places au Lisp et de renouer avec l'Europe. " Car le champion de Belgique dispute la Ligue des Champions. " Il découvre la qualité de la bière belge, " la meilleure du monde ", la vie nocturne belge et il accompagne les supporters en déplacement. The sky is the limit, mais il n'y a aucune ligne dans sa gestion. Un jour, il convainc ses entraîneurs de ne pas enrôler de gardiens étrangers, mais d'offrir sa chance au jeune Matz Sels. Un an et demi plus tard, il renvoie ce dernier en juniors, parce que le joueur n'a pas voulu signer de nouveau contrat. La suite ? Les grands talents de l'académie, Théo Bongonda et Jason Denayer, débutent ailleurs, car Maged et Jean-Marc Guillou ne sont même pas d'accord quant à la répartition des commissions des transferts. En février 2016, Maged pose fièrement devant la statue de Bernard Voorhoof, l'icône du club, et déclare : " Je veux devenir le président le plus longtemps en poste au Lierse. " Mais quand le club loupe la montée, Wadi Degla annonce que le club est à vendre. S'il ne trouve pas de repreneur, Maged fermera la boutique fin mai 2018. Il a investi plus de 70 millions d'euros dans le club et l'académie des jeunes en onze ans. Le résultat ? Cinq saisons en D1, mais pas de campagne européenne, ni de nouveau stade.