Premier choc, les plaintes de l'international serbe Danijel Ljuboja (27 ans), qui a annoncé à la direction du VfB Stuttgart qu'il souhaitait partir, malgré un contrat valable jusqu'en 2009. Il rêve d'un transfert en Italie, style Inter, où Ljuboja, qui a été embauché du PSG pour deux millions en septembre 2005, veut évoluer aux côtés de son idole, Luis Figo. Le team manager Horst Heldt et le président Erwin Staudt sont intervenus avec énergie : l'attaquant, qui a marqué huit buts en 23 matches de championnat la saison passée, a ...

Premier choc, les plaintes de l'international serbe Danijel Ljuboja (27 ans), qui a annoncé à la direction du VfB Stuttgart qu'il souhaitait partir, malgré un contrat valable jusqu'en 2009. Il rêve d'un transfert en Italie, style Inter, où Ljuboja, qui a été embauché du PSG pour deux millions en septembre 2005, veut évoluer aux côtés de son idole, Luis Figo. Le team manager Horst Heldt et le président Erwin Staudt sont intervenus avec énergie : l'attaquant, qui a marqué huit buts en 23 matches de championnat la saison passée, a été rétrogradé dans les rangs des amateurs, en Regionalliga. Là, il aura tout loisir de réfléchir à son avenir. Samedi, le VfB Stuttgart entame un nouvel exercice à domicile, face au FC Nuremberg. " Nous devons être en forme ce jour-là ", a déclaré le coach Armin Veh (45 ans) au Kicker, sachant très bien qu'il ne dispose pas d'un grand crédit et que seuls de bons résultats le garderont en selle. Après la décevante neuvième place de la saison passée, les Souabes doivent redresser la tête. Le bannissement de Ljuboja en amateurs, comme celui de Mario Carevic et d' Emanuel Centurion avant, ne fait qu'accroître la pression. Offensivement, les alternatives ne sont pas nombreuses mais on espère que Jon Dahl Tomasson, qui reste sur une piètre saison, va retrouver son niveau normal. Cacau et Marco Streller doivent également faire leurs preuves. Le club est à la croisée des chemins, une fois de plus. Le message était identique il y a un an, à l'embauche de Giovanni Trapattoni au poste d'entraîneur. L'Italien a enrôlé huit joueurs mais aucun n'a répondu aux attentes, même pas Jesper Grönkjaer ni Tomasson. Le VfB a encore procédé à des achats cet été. Il s'est tourné vers tous les marchés possibles : Roberto Hilbert (Greuther Fürth), Antonio da Silva (FSV Mainz 05), Alex Farnerud (Strasbourg) et les internationaux mexicains Ricardo Osorio et Pavel Pardo. Il a dépensé dix millions. Reste à voir si cet investissement évitera une nouvelle glissade. Sur base de la préparation, catastrophique, l'optimisme n'est pas de mise. Le club, qui tente d'unir son groupe, n'a pas de hiérarchie claire. L'ancien international Markus Babbel (33 ans) tente de compenser le départ des leaders Andreas Hinkel (pour quatre millions au FC Séville) et de Zvonimir Soldo, le capitaine de 38 ans, jugé superflu, mais il doit lui-même lutter pour sa place de titulaire. On essaie de donner plus de pouvoir au gardien Timo Hildebrand, une icône au club, mais l'international allemand arrive en fin de contrat et a déjà déclaré qu'il souhaitait partir au terme de ce contrat. La pression pèse surtout sur les épaules de Horst Heldt, un ancien joueur qui a succédé en janvier passé à Herbert Briem comme directeur sportif. Sa politique des transferts doit permettre au VfB Stuttgart de rallier le subtop auquel il appartient depuis longtemps. Sa mission n'est pas facile car Schalke 04, le Hertha BSC, Hambourg et Leverkusen veulent également compliquer la vie du champion, le Bayern, et du Werder Brême, son challenger. F. VANHEULE