lE coach JACKY MATHIJSSEN

On s'attendait à une confirmation difficile. Comme pour chaque équipe qui sort d'une grande saison. Dès le début, nous avons perdu deux joueurs importants, Ibrahim Kargbo, parti, et Izzet Akgül, longuement blessé. De plus, on n'a jamais trouvé le même équilibre, ce qui peut expliquer notre mauvais rendement. Je trouve qu'au niveau du jeu, il n'y a pas tellement de différence, mais c'est au niveau de l'équilibre, de la force mentale, de l'aptitude à gagner des points sur des détails qu'on a pris des coups. La saison dernière, on détenait cet équilibre qui faisait que tout le monde se trouvait. Or, ce sont des périodes impossibles à répéter. Cela signif...

On s'attendait à une confirmation difficile. Comme pour chaque équipe qui sort d'une grande saison. Dès le début, nous avons perdu deux joueurs importants, Ibrahim Kargbo, parti, et Izzet Akgül, longuement blessé. De plus, on n'a jamais trouvé le même équilibre, ce qui peut expliquer notre mauvais rendement. Je trouve qu'au niveau du jeu, il n'y a pas tellement de différence, mais c'est au niveau de l'équilibre, de la force mentale, de l'aptitude à gagner des points sur des détails qu'on a pris des coups. La saison dernière, on détenait cet équilibre qui faisait que tout le monde se trouvait. Or, ce sont des périodes impossibles à répéter. Cela signifie que chaque équipe qui sort d'une bonne campagne a besoin nécessairement de deux à trois transferts, meilleurs que les éléments en place, pour pouvoir confirmer. Avec notre budget, c'était impossible. On a préféré investir sur les jeunes talents et ce ne fut pas un cadeau pour eux d'être plongés si tôt dans le bain, à cause des blessures. On n'a jamais su évoluer avec une base fixe. Pour le deuxième tour, je ne compte pas changer ma manière de travailler. Tout le monde connaît ma vision. Ce sont les joueurs qui doivent s'en sortir ensemble. Cependant, il n'y a pas encore de raisons de dramatiser. On a obtenu moins que ce à quoi on s'attendait mais je suis sûr qu'avec les retours de blessures et un meilleur niveau pour certains pions de l'équipe, on va retrouver le rythme qui était le nôtre la saison passée. Je ne compte pas demander de transferts au mercato. Je vais en parler mais je sais que le contexte financier de juin n'a pas changé. Par contre, je vais veiller à préparer quelque chose de bien pour la prochaine saison, si on arrive - et j'en suis persuadé - à rester hors de portée de la zone dangereuse. On sent que la pression devient plus forte. A domicile, on se sent obligé de gagner car on veut faire mieux que la saison passée. Mais c'est une mission difficile et on a encore beaucoup de choses à appren-dre . lArrivé sur la pointe des pieds en provenance d'Oud-Heverlee, cet attaquant de 23 ans a succédé brillamment à Izzet Akgül comme allumeur des défenses adverses. Avec six buts à son compteur, il a largement digéré la différence de divisions, au point de s'inscrire comme un titulaire incontesté. Mais où est donc passé l'ancien meilleur buteur du championnat ? Alors qu'il avait réussi son retour à Charleroi en participant activement à la très bonne campagne la saison passée, il n'a pas encore trouvé le chemin des filets. Fatigué par une maladie chronique, il n'a toujours pas atteint son rythme de croisière. JOUEURS UTILISéS : Akgül (5), Bangoura (5), Brogno (12), Cacciatore (1), Camus (11), Chabaud (14), Christ (16), Ciman (5), Defays (16), Detal (15), Forschelet (5), Kéré (15), Kraouche (17), Laquait (18), Orlando (17), Oulmers (14), Reina (10), Ribault (11), Siquet (11), Sterchele (18), Varga (11). BUTEURS : Camus (1), Chabaud (2), Christ (3), Defays (1), Forschelet (1), Orlando (1), Reina (1), Siquet (1), Sterchele (7). CARTES JAUNES : 38 CARTES ROUGES : 3 PENALTIES : 0 pour (0), 1 contre (1). CORNERS : 75 pour, 87 contre. FAUTES : 276 commises, 255 subies. STÉPHANE VANDE VELDE" LES BONNES PÉRIODES SONT IMPOSSIBLES À RÉPÉTER SANS DES RENFORTS MEILLEURS QUE LES ÉLÉMENTS EN PLACE "