Le gabarit d'Onyewu

Il y a un an, le défenseur américain du Standard avançait : " Nous ne sommes pas réguliers mais nous pouvons battre Anderlecht ".. .
...

Il y a un an, le défenseur américain du Standard avançait : " Nous ne sommes pas réguliers mais nous pouvons battre Anderlecht ".. . Bodart : " Ce qui est amusant c'est que Standard-Anderlecht tombait à la même date que cette année. Au-delà de cette coïncidence, il faut remarquer que le Standard n'a pas fait preuve d'une très grande continuité jusqu'à la fin de la saison après sa victoire 1-0 sur son rival bruxellois. Oguchi Onyewu n'a pas été fort présent depuis le début de ce championnat-ci, notamment parce qu'il a écopé de deux suspensions et n'aurait d'ailleurs pas disputé le choc de samedi dernier. Il a beaucoup de tempérament mais il doit apprendre à se cadenasser un peu plus. Il faut qu'il assume son rôle car il n'est pas facile de se passer d'un élément comme lui dans l'axe. C'est un joueur de base et, par son absence, il a pénalisé son équipe. A sa décharge, il a un peu joué de malchance notamment au G. Beerschot où le gars qui fait la faute sur lui ne reçoit rien alors que lui est exclu. De plus, il n'y peut rien si son physique est plus imposant que celui de certains adversaires. Avec son gabarit, il ne doit pas en faire beaucoup pour s'imposer. Il n'y a donc pas toujours faute quand quelqu'un tombe autour de lui. En revanche, sa deuxième exclusion à Genk, elle, démontre qu'il doit encore apprendre à se contrôler ". Les plongeons de Dindane étaient connus et on se demandait s'il ne fallait pas les punir ?" Je réponds par l'affirmative même si pour la première fois, un gardien, Ronny Gaspercic, n'a pas été suspendu suite à son exclusion face à Bruges. Les images ont prouvé que l'arbitre s'était fait rouler par Bosko Balaban et que le gardien de Westerlo n'avait absolument rien fait. D'accord, Gaspercic n'a pas encouru de suspension mais Balaban a été laissé tranquille. Il y a discrimination. Je n'en veux pas du tout à l'arbitre car quand on voit les images en direct on crie directement : - Penalty C'est après le premier voire le deuxième ralenti qu'on se rend compte que le pied d'appui n'a pas été touché et qu'il n'y a même pas eu le moindre contact. Ce cinéma doit être puni. Quand c'est trop gros, il faut que l'attaquant soit mis à égalité avec le gardien : une peine équitable doit lui être infligée. Et dans le cas de Bruges-Westerlo, cela ne l'a pas été. Les Campinois auront disputé une bonne partie de la rencontre en infériorité numérique tandis que Bruges n'a eu qu'à se féliciter du comportement de son attaquant. C'est bien que Gaspercic ait été blanchi, mais il faut aller plus loin quand il n'y a pas de doute. Je ne crois pas que Christian Wilhelmsson, qui a plongé contre Bruges, aurait recommencé quelques matches plus tard, s'il avait écopé d'une suspension. Avec Ostende, j'ai été victime d'un plongeon d'Aruna Dindane : alors qu'il avait perdu le ballon, l'Ivoirien est allé à la rencontre de Dimitri Habrant : le gardien s'est fait exclure, Ostende a continué à dix pendant plus d'une heure, tandis que l'Anderlechtois héritait d'un penalty. Le gardien a été suspendu alors que Dindane, qui s'était crocheté lui-même, n'a rien eu. Indépendamment du fait que la sanction à l'égard d'Habrant était injuste, l'attaquant aurait dû écoper d'une sanction comparable à celle de son adversaire. Une suspension de deux ou trois matches ferait réfléchir. Les clubs seraient concernés et mettraient leurs joueurs en garde car, même si on a gagné un match grâce à un penalty imaginaire, il faudra se passer du comédien puni... " Le Liégeois constatait avec une certaine amertume qu'il avait joué la Ligue des Champions au back droit avec Anderlecht et qu'il caracolait à nouveau après plusieurs blessures. " Je l'ai connu à Visé et j'aurais voulu l'amener à Ostende. Le transfert était en passe de se réaliser quand la direction a subitement fait marche arrière : elle a retenu qu'il avait souvent été blessé. Manu est un garçon bourré de classe, qui a le niveau de la D1, mais il est poursuivi par une malchance incroyable. Il était à peine arrivé à Visé qu'il s'est fait prendre à Maasmechelen. Il sautait de blessure en blessure et la direction d'Ostende n'a pas eu tout à fait tort de ne pas l'enrôler. Je constate toutefois que la grande majorité de ces blessures ont été encourues en match et les blessures de match jeu sont plus nombreuses en D2 et D3 où le jeu est plus haché ". Il y a un an, Walter Baseggio avait toujours foi dans les Diables Rouges, même si la situation semblait compromise. " Aujourd'hui, Walter ferait mieux d'avoir foi en lui. Il est en train de gâcher sa carrière. Il n'est plus nulle part. Il explique ses contre-performances par des problèmes extra sportifs : je n'en connais pas la nature mais tout le monde a des soucis. Il doit jouer à moins qu'il ne se soit disputé avec son entraîneur. Alors là, il doit se reprendre en main et lui prouver qu'il a eu tort de l'écarter. Il pourrait tenter le coup de Pär Zetterberg qui est allé se relancer à Charleroi. Il y a un an, il était en équipe nationale et maintenant, il disparaît. Walter est entré dans un cercle vicieux et pour s'en sortir, il faut qu'il se révolte, qu'il fasse le pas de l'adolescence à l'âge adulte. C'est garçon très gentil et attachant mais, il n'a plus le choix, il doit foncer et ne plus accorder d'importance au show qui entoure les footballeurs a fortiori doués comme lui. Si le foot se joue avec les pieds, chaque joueur a sa carrière dans sa tête ". Voici un an, le journaliste de radio Jean Duriau annonçait son départ à la retraite. On ne l'entend donc plus crier : -C'est un scandale " Il faut rendre hommage à Jean Duriau car il vivait le foot à 2000 à l'heure. J'aimais écouter ses matches et sa façon de voir les choses. Ses interviews également. Tant pis si de nombreux Standardmen ne l'appréciaient pas. Il était étiqueté anti-Standard. Pour moi, il faisait partie des phénomènes comme Luc Varenne, Arsène Vaillant et Roger Laboureur. Attention, la relève n'est pas mal non plus mais je me devais de lui faire un petit clin d'£il ". On avait présenté ce petit gabarit hollandais, médian de formation que Georges Leekens était parfois obligé d'aligner en attaque, comme un créateur d'occasions. " Pas grand et frêle, il est pourtant devenu le Monsieur 50 % de la Gantoise. Son petit gabarit (1,67 m- 59 kg) lui a valu de nombreux rejets et notamment à Ostende où il avait été également jugé trop maigre ! Manifestement, il ne doit pas être si fragile puisqu'il ne loupe pas beaucoup de matches. Il ne correspond pas au gabarit des joueurs généralement enrôlés par Leekens mais celui-ci ne peut toutefois pas se permettre d'aligner onze footballeurs d'1,95 m avec l'engagement comme arme principale. Un joueur capable de faire la différence sur deux ou trois mètres carrés est indispensable. Mbark Boussoufa est un joueur extra et l'écarter sur son physique n'était sans doute pas une bonne idée, mais cela arrive souvent avec des joueurs de sa taille ". PROPOS RECUEILLIS PAR NICOLAS RIBAUDO