Rapport au boxon provoqué par les habituelles curiosités arbitrales durant notre grand-messe du foot, loin de moi l'envie de plaindre Sepp Blatter : que le grand chef du bazar en assume les foirages comme il en assume la gloriole ! Mais pas en minaudant qu'" après ce qui s'est passé, il serait insensé de ne pas rouvrir le dossier de l'assistance technologique sur la ligne de but " ! Et pas non plus en présentant comme il l'a fait des excuses officielles au Mexique et à l'Angleterre...
...

Rapport au boxon provoqué par les habituelles curiosités arbitrales durant notre grand-messe du foot, loin de moi l'envie de plaindre Sepp Blatter : que le grand chef du bazar en assume les foirages comme il en assume la gloriole ! Mais pas en minaudant qu'" après ce qui s'est passé, il serait insensé de ne pas rouvrir le dossier de l'assistance technologique sur la ligne de but " ! Et pas non plus en présentant comme il l'a fait des excuses officielles au Mexique et à l'Angleterre... Car ledit dossier, et l'éventuel recours subséquent à la vidéo dans certains cas, ne reposent pas sur la FIFA de Sepp : les Lois du Jeu sont du ressort exclusif de l'IFAB ( International Football Association Board, créée par les Britanniques en 1882), et ce Board ne fait pas partie de la FIFA (née en 1904),... c'est l'inverse ! Eludons l'historique, mais mettons-nous bien en tête que tout vote pour un changement des Lois requiert une majorité de six voix sur huit : et que la FIFA détient quatre voix, pour quatre autres aux quatre fédérations britanniques ! Sepp pourrait même hurler demain que sa FIFA, et 205 des 208 associations nationales qui la composent, exigent la vidéo, il suffirait que trois des quatre vénérables fédés britanniques s'y opposent pour faire tout capoter ! Mais ne croyez pas que ça ennuie Blatter, qui raffole de ce mode de fonctionnement noyant le poisson : car au sein de ce club à huit voix, vous ne saurez jamais qui a voté quoi... La vidéo n'a pas été utilisée pour valider le but de Frank Lampard... membre d'une fédé anglaise qui, à elle seule, pèse pour 12,5 % (1 voix sur 8) sur les Lois du Jeu. Elle ne l'a pas été non plus pour invalider le but de Carlos Tevez : mais la fédé mexicaine, puisque simple membre de la FIFA, ne pèse sur ces mêmes lois qu'à 0,25 % ! Alors, si Blatter profite d'une petite conférence de presse pour s'excuser auprès des Anglais, qu'il en organise 50 pour présenter ses excuses aux Mexicains ! Moins omnipotente qu'on l'imagine quant à l'adoption de la vidéo, la FIFA cessera d'être faux cul irresponsable lorsqu'elle fomentera un putsch pour bazarder le Board, s'emparer des Lois, mettre enfin la Grande-Bretagne sur le même pied que les autres, et clarifier toute seule comme une grande les règles des matches disputés au sein de son empire. Vu que Blatter s'est déclaré doublement désolé, d'autres éliminés claironnent leur désappointement suite aux dommages subis, exigeant eux aussi des excuses : les Ivoiriens suite à la main de Luis Fabiano, les Portugais en raison du hors-jeu de David Villa, les Paraguayens suite au but annulé de Nelson Valdez et au cirque des intrusions sur pénos et les Brésiliens ahuris que l'irascible Mark van Bommel ait pu terminer le match sans être cartonné ! Et les passions font qu'on re-mélange tout, depuis les décisions résultant d'une mauvaise vision des choses évidente, jusqu'à celles où l'apport/vidéo n'éliminerait pas les polémiques ! A ce sujet, Robert Jeurissen vient de redéclarer : " Je suis partisan de la vidéo pour les cas où c'est soit blanc, soit noir. Mais il ne faut pas influencer l'interprétation de l'arbitre ". Okay pour la première phrase du chef de notre CCA, mais la seconde est navrante quand on sait les recommandations hypocrites de l'IFAB ! Sans jamais se mouiller mais en gardant contrôle sur les lois laxistes qu'il impose, le Board rappelle en préambule aux associations et confédérations " que c'est leur responsabilité, selon les statuts FIFA, de faire en sorte que les Lois du Jeu soient strictement et uniformément appliquées. " Notre Robert veut donc respecter l'interprétation arbitrale, et doit imposer en même temps une application uniforme des Lois,... on n'est pas sortis de l'auberge ! Tant qu'on est dans l'auberge, on y termine par un petit débat : fallait-il hier stigmatiser Thierry Henry qui n'a pas avoué à l'arbitre sa main contre l'Irlande, alors qu'on ne reproche rien aujourd'hui à Manuel Neuer... qui aurait pu dire au ref que Lampard avait marqué ? Et Titi fut-il si différent de Luis Suarez, héros exclu dont le hands a sauvé la patrie uruguayenne... tout en privant le Ghana d'une victoire ? l par bernard jeunejeanLa FIFA cessera d'être faux cul irresponsable lorsqu'elle bazardera le Board, s'emparera des Lois du Jeu et mettra enfin la Grande-Bretagne sur le même pied que les autres.