Le sélectionneur, Tony Van den Bosch est convaincu qu' Eric Struelens est toujours prêt à se produire en équipe nationale: "C'est son entourage qui le dérange. Cet entourage manifeste un manque de respect et de professionnalisme. On reproche à Eric de ne pas être assez discipliné mais si c'était le cas, il ne jouirait pas d'une telle estime à Madrid... Peut-être se comporte-il de manière décontractée en-dehors du terrain mais dessus, il se livre toujours à fond pour les Lions. Et dès ...

Le sélectionneur, Tony Van den Bosch est convaincu qu' Eric Struelens est toujours prêt à se produire en équipe nationale: "C'est son entourage qui le dérange. Cet entourage manifeste un manque de respect et de professionnalisme. On reproche à Eric de ne pas être assez discipliné mais si c'était le cas, il ne jouirait pas d'une telle estime à Madrid... Peut-être se comporte-il de manière décontractée en-dehors du terrain mais dessus, il se livre toujours à fond pour les Lions. Et dès que quelque chose cloche, on le pointe du doigt parce qu'on attend énormément de lui. Selon moi, le principal problème est dû au président de la fédération, Cyriel Coomans. Au terme de la dernière campagne, ils ont eu un entretien qui s'est mal terminé. Je ne sais pas si un président doit présenter ses excuses à un joueur... mais il n'y a pas de frictions entre moi et Eric. D'ailleurs, après l'avoir appelé à Madrid, début octobre, je pensais que tout était réglé. Il avait rempli les documents que nous lui avions envoyés et paraissait enthousiaste. Manifestement, quelqu'un a ensuite envoyé, derrière mon dos, un programme à Goethals et à Jaumin et pas aux autres. Ce n'est évidemment pas pensable et Eric ne l'a pas digéré. Il déclare maintenant que je ne l'ai plus appelé après ce premier entretien mais les autres joueurs évoluant à l'étranger sont dans le même cas. Je respecte sa décision bien que je perde un joueur dont nous avons un besoin vital si nous voulons nous qualifier pour l'EURO 2003. Je ne renoncerai pas à tenter de le convaincre". Yvan Slangen, manager de l'équipe nationale: "Eric n'accepte pas les futilités. La manière dont l'entraîneur le traite lui cause des problèmes... C'est donc un manque de communication. Je ne veux pas m'en mêler même si, à mon avis, il doit être possible d'y remédier. Eric est un brillant joueur, mais je préfère laisser chez lui un élément qui n'est pas vraiment motivé à l'idée de se produire pour l'équipe nationale. Mieux vaut travailler avec des hommes qui sont prêts à s'engager à fond, sans réticences". Le président de la fédération, Cyriel Coomans: "Je ne vois pas pourquoi je devrais présenter mes excuses s'il commet une faute et se fait réprimander par le staff des entraîneurs. L'incident est clos, en ce qui me concerne, et je n'ai pas besoin de ses excuses. J'ai toujours entretenu une relation correcte avec Eric. Nous n'avons jamais échangé de propos rudes. J'ai même été chargé de rédiger l'avant-propos de son livre. Notre relation ne doit donc pas être aussi mauvaise qu'on le prétend? Ce qui est regrettable, c'est qu'Eric apporte un plus à l'équipe. Son forfait représente donc une perte".