Combien de temps durera le conte de fées d'Okapi Aalstar ? Malgré un budget limité et une salle impossible à agrandir, Okapi rivalise avec les ténors belges depuis quatre saisons. L'entraîneur, Brad Dean, et le directeur sportif Frank Van Impe mériteront bientôt leur statue à l'entrée du Forum.
...

Combien de temps durera le conte de fées d'Okapi Aalstar ? Malgré un budget limité et une salle impossible à agrandir, Okapi rivalise avec les ténors belges depuis quatre saisons. L'entraîneur, Brad Dean, et le directeur sportif Frank Van Impe mériteront bientôt leur statue à l'entrée du Forum. Saison après saison, Aalstar parvient à embaucher des jeunes qui s'avèrent tous des talents et brillent ensuite ailleurs en Europe. Cette saison n'est pas différente des précédentes. Aalstar est dans la première partie du classement et est jusqu'à présent la seule formation belge à avoir infligé une défaite à Charleroi, le champion en titre. au Spiroudôme, en plus. Les Oignons ont également battu Mons et Ostende, les deux autres candidats au titre. En consultant les statistiques, on constate qu'Aalstar emmène le classement du plus grand nombre de points par match : 84 en moyenne contre 80 à Charleroi, le deuxième. " Nous sommes plus complets qu'il y a un an ", estime Dean, l'architecte américain du succès. " Nous sommes plus physiques et en-dessous du panier, nous ne dépendons plus du seul Chris Young. Nate Fox nous permet de laisser Young récupérer de temps en temps, sans perdre de qualité sur le terrain. " Dean félicite également son nouveau distributeur, Kevin Kruger : " On le sous-estime trop. Il ne saute pas vraiment aux yeux mais il perd rarement le ballon, il aide l'équipe à jouer avec plus de sécurité, il possède une excellente vista et il peut être dangereux de la ligne des trois points. Il a une excellente moyenne aux coups francs. Ce n'est pas rien. " Aalstar peut également compter sur les tirs de Chris Copeland. En le conservant, le club a sans doute réussi son meilleur transfert. Copeland emmène actuellement le classement des buteurs avec une moyenne de 21 points par match. Contre Ostende, en octobre, l'avant américain a marqué 39 points. Malgré toutes ces performances, Dean n'est pas un homme pleinement satisfait. " Je commence à être las qu'on attribue systématiquement notre réputation à domicile au caractère spécial de notre salle ou à un arbitrage qui nous serait favorable. Quand on s'impose avec trente points de différence face à un concurrent direct, ce n'est certainement pas grâce aux cadeaux des arbitres. J'attends donc toujours le moment où les autres équipes nous rendront l'hommage que nous méritons. "MATTHIAS STOCKMANS