Club : Partizan de Belgrade
...

Club : Partizan de Belgrade Inauguration : 9 octobre 1949 (Yougoslavie-France) Capacité : 33.710 places Record d'assistance : 60.000 personnes contre le Sparta Prague en 1966 (résultat : 5-0 après avoir perdu la manche initiale 4-0 !) Cher Magazine, Il pleut sur Belgrade. Comme si le ciel avait décidé de prendre la couleur morose de ce qu'est devenu le championnat de Serbie & Montenegro. Extérieurement, le stade du Partizan, situé à 300 mètres à peine de celui de son éternel rival de l'Etoile Rouge, s'harmonise parfaitement avec la météo : terne et un peu tristounet. Le bruit des ballons de basket provenant des entrailles de l'une des tribunes rappelle que ce club est multisports : 25 associations, 6.000 sportifs ! Nous sommes chaleureusement reçus par Vladimir Kovacevic qui, dans un bon français, nous signale d'emblée qu'il a joué deux ans à Angers dans les années 70. Pour la première fois, c'est une enceinte dépourvue totalement de toiture que nous visitons. Seules quelques cabines pour les médias font exception. Que décrire dans une enceinte ovale d'un seul niveau ? La couleur bleu-jaune-rouge des sièges ? On nous présente ensuite Alexandar Stepanovic, responsable d'un grand projet que les dirigeants souhaiteraient voir aboutir d'ici deux ou trois ans : Sport & Business Centar Partizan, une Arena de 40 millions d'euros dans le plus pur style Amsterdam, qui laisse perplexe dans la conjoncture économique locale actuelle. 50.000 places, 29.000 mètres carrés d'espaces commerciaux, toit coulissant, quatre tours avec ascenseurs... La totale ! Le mauvais exemple ams- tellodamois, dont les dépenses en matière de gazon sont astronomiques en raison d'une circulation d'air insuffisante, semble avoir été pris en considération par le truchement d'ouvertures entre les deux niveaux des tribunes de buts. Mais la fierté du staff noir et blanc, c'est son école de jeunes. Un magnifique Sportski CentarTeleoptik situé à quatre kilomètres comprenant huit terrains, salles de fitness, 25 coquettes chambres, restaurant, salle de jeu ; le tout entretenu et géré par une cinquantaine d'employés. La vue d'une telle merveille, dans ce pays subissant une crise autrement plus difficile que la nôtre, nous laisse stupéfaits ! Comme quoi, tout n'est qu'une question de volonté... De quoi s'interroger à nouveau quant aux réelles motivations de nos dirigeants en matière de formation !