Gaetano Imparato suit les matches de l'AS Rome pour la Gazzetta dello Sport. Ce journaliste italien a vu le RC Genk à l'oeuvre à deux reprises en Ligue des Champions.
...

Gaetano Imparato suit les matches de l'AS Rome pour la Gazzetta dello Sport. Ce journaliste italien a vu le RC Genk à l'oeuvre à deux reprises en Ligue des Champions. "Sur base de ces deux rencontres, il peut entrer en compte pour la Série A", affirme-t-il. " Wesley Sonck a été de loin le meilleur, même si Moumouni Dagano m'a fait bonne impression, malgré l'occasion superbe qu'il a ratée au Stade Olimpico. Sonck est un joueur intéressant, qui constituerait un bon investissement pour un club italien. Il a été particulièrement fort à Genk. Il s'est imposé face à des joueurs réputés, au plantureux salaire, qui n'ont pas fait preuve du même engagement que lui. Son bagage technique est largement suffisant pour la Série A. Je lui donnerais 7,5/10 en technique. Il n'est pas un Rivaldo ni un Gabriel Batistuta mais ces dernières années, des clubs comme Chievo et Parme ont prouvé qu'on arrive parfois plus loin avec une équipe bien équilibrée qu'avec une palette de vedettes onéreuses qui ne pensent qu'à elles. Imaginez que Sonck débarque à l'AS Rome demain. Il ne jouera sans doute pas. Il sera cantonné au banc car Fabio Capello accorde sa préférence aux noms. Mais des entraîneurs comme Luigi Del Neri, de Chievo, Marco Prandelli, de Parme, ou Carlo Ancelotti, de l'AC Milan, savent mesurer ce qu'un joueur est susceptible d'apporter au groupe et avec eux, il éclaterait. Ce dont il a besoin pour jouer en Italie? Ce ne sont pas nécessairement les meilleurs qui arrivent ici mais généralement ceux qui tombent sur la bonne personne, qui connaît le football italien. Sonck n'a besoin que d'une chose: un bon manager".Série AComme Luca Pelizzon, peut-être, ce juriste italien qui défend les intérêts de Walter Baseggio en Italie. Via le bureau de management international Pasqualin, il est en relation avec Antonio Cassano et Marco Delvecchio, deux attaquants de l'AS Rome. Pelizzon a vu Sonck contre la Roma: "Wesley est un grand joueur du championnat belge, comme Walter Baseggio et Koen Daerden. Au RC Genk, il a l'avantage que l'équipe est à son service. En Italie, vous livrez surtout un combat contre vous-même et vous devez survivre parmi toutes les vedettes. C'est le struggle for life. On ne vous fait pas de cadeaux: un jour, vous êtes un héros, le lendemain, un nul. Mais Wesley est un battant. Je pense qu'aucun défi ne le rebute. Sa rage de vaincre m'a séduit. Il me fait penser au grand Paolo Rossi, mais avec un tempérament mieux trempé et plus de rage de vaincre... S'il conserve ces atouts, il peut réussir à l'étranger. Je penserais plutôt à la Premier League, où le jeu de tête et l'engagement sont érigés au rang de vertus. Sa vitesse devrait lui permettre de faire des ravages". Primera DivisionJuanma Trueba suit le Real Madrid pour As, un quotidien espagnol: "Le champion de Belgique n'a pas pesé lourd en tant qu'équipe. En fait, seul Wesley Sonck m'a impressionné, tout comme il a tenu en alerte les défenseurs de Madrid. Un solide gaillard. Pas très grand mais explosif et très imposant dans les duels. Son jeu est typiquement belge: tout en puissance, avec un bon jeu de tête. Il n'abandonne jamais. Sa technique n'est pas mauvaise et il ne faut pas sous-estimer sa vitesse. Il a reçu pas mal de compliments en Espagne. Compte tenu de son jeune âge, la Belgique ne constitue certainement pas sa dernière étape. La Primera Division devrait lui convenir. Il y a en tout cas laissé une jolie carte de visite". BundesligaL'année dernière, Sonck et son entourage ont admis qu'un transfert en Allemagne plairait particulièrement à l'attaquant. Cet été, Huub Stevens aurait déjà souhaité le transférer au Hertha Berlin mais le club a été rebuté par le prix requis par Genk -huit à neuf millions d'euros. Stevens est sous le charme. "Il rejoint tout doucement l'élite internationale", estime l'entraîneur néerlandais. "Il continue à marquer à Genk tout en forçant les portes de l'équipe nationale. Sa progression suit une courbe ascendante. J'apprécie surtout sa vitesse et son sens du but. On suit toujours un joueur de cet acabit. Selon moi, il peut améliorer les courtes combinaisons et son travail du gauche. Je pense que Sef Vergoossen s'y emploie. D'après ce que j'ai entendu, il ne manque pas de personnalité non plus. Il ose exprimer son opinion. C'est un énorme atout, indispensable pour émarger à la classe internationale. Je peux difficilement vous dire s'il convient à la Bundesliga. Je peux m'imaginer que oui, sur base de ses qualité athlétiques et de sa vitesse". Pays-BasDavid Endt, le manager de l'Ajax, a visionné quelques fois Wesley Sonck: "Il a certainement le niveau de la Ligue des Champions car il est équilibré, physiquement et psychologiquement. Il dispose d'assez de puissance pour évoluer à ce niveau. On voit immédiatement si quelqu'un est impressionné par ses adversaires. L'intimidation joue un rôle prépondérant, dans ce genre de matches. S'il est entouré par de meilleurs joueurs, il continuera à progresser. J'estime venu pour lui le moment de partir, au terme d'une saison où il aura beaucoup appris. Peut-être pas immédiatement en Italie, où le championnat est extrêmement exigeant, mais à terme, au vu de ses qualités, il pourra y prétendre". Il pourrait rejoindre le PSV. Il figure sur la liste des joueurs qui entrent en compte pour pallier le départ éventuel de Mateja Kezman.Erwin Koeman, l'adjoint de Guus Hiddink, affirme ne pas vraiment connaître Sonck. Pourtant: "Je l'ai vu contre nous, pendant la préparation, et je l'ai aussi suivi pendant le Mondial. Chaque fois, sa détente et son jeu de tête m'ont impressionné. En plus, il a le sens du but. Un avant qui marque autant doit être bon! Et les avants de qualité sont toujours sur notre liste de scouting. Donc, Sonck y figure. Toutefois, son arrivée n'est absolument pas à l'ordre du jour. Nous avons encore Jan Vennegoor of Hesselink et Mateja Kezman. Sonck pourrait être un candidat mais je n'aime pas m'exprimer au conditionnel. Sonck est certainement un bon joueur et il a une large marge de progression technique, tactique et mentale. Avec l'expérience voulue sur la scène européenne et les conseils d'un professionnel tel que Sef Vergoossen, il doit poursuivre sur sa lancée. Le fait qu'il ose s'exprimer et qu'il sache ce dont il discute constitue un plus. Mais il ne fait pas encore partie du top international. Sinon, il jouerait déjà ailleurs". Geert Foutré et Frédéric Vanheule"Il accède progressivement à la classe internationale" (Huub Stevens)