Le plus dur était de rétablir une bonne ambiance minée par les mauvais résultats de la saison passée et pourrie par la présence d'une taupe qui relatait à la presse les dissensions internes. Désormais, c'est le sourire qui est de retour au Camp des Loges. Samedi, contre Toulouse, le PSG a réussi sa troisième victoire d'affilée (2-0) pour s'installer en tête du classement de la Ligue 1.
...

Le plus dur était de rétablir une bonne ambiance minée par les mauvais résultats de la saison passée et pourrie par la présence d'une taupe qui relatait à la presse les dissensions internes. Désormais, c'est le sourire qui est de retour au Camp des Loges. Samedi, contre Toulouse, le PSG a réussi sa troisième victoire d'affilée (2-0) pour s'installer en tête du classement de la Ligue 1. Mais comment cette équipe si chaotique la saison passée s'est-elle transformée en machine à gagner ? A la base, il y a certainement la présence de Laurent Fournier, qui a pris la succession de Vahid Halilhodzic comme entraîneur en février dernier. Cela ne devait être qu'un intérim. Mais Fournier a réussi à convaincre et a été maintenu. " Laurent nous a responsabilisés ", explique l'arrière Sylvain Armand. " Tu fais ce que tu veux dans le respect des règles, contrairement à la saison dernière. Cette année, on est conscient qu'il ne faut pas se louper (...). On s'est dit tout cela pour ne pas refaire les mêmes erreurs, mais dans une ambiance vraiment plus détendue ", ajoute le médian Modeste Mbami dans les colonnes de France Football. C'est donc cela la méthode Fournier : redonner du plaisir aux joueurs. Mais, si changement il y a, c'est également en grande partie grâce à un marché estival particulièrement réussi. En attirant l'Ivoirien Bonaventura Kalou (le plus cher transfert de Ligue 1 cette saison) et Vikash Dhorasoo, le PSG s'est doté de deux formidables pourvoyeurs de ballons. Et les deux joueurs ont confirmé dès l'entame du championnat : Kalou en signant un but et trois passes décisives contre Metz et Dhorasoo en régalant le Parc des Princes samedi face à Toulouse. Et comme ceux qui étaient présents retrouvent leur football à l'image de Pauleta (auteur d'un doublé samedi), Jérôme Rothen, Mario Yepes ou Edouard Cissé, le PSG signe un début de saison sans fautes (sept buts marqués û un encaissé). Mais l'équilibre semble encore fragile. Et tout le monde sait qu'une année au PSG présente souvent plusieurs visages. (ZINéDINE ZIDANE continue à alimenter la chronique suite à son retour en équipe de France. Dans le bihebdomadaire France Football, il a annoncé " Une nuit, à 3 heures du matin, je me suis soudain réveillé, et là, j'ai parlé avec quelqu'un. Mais ça, personne ne le sait. Ni ma femme, ni personne (...). Cette personne existe, mais ça vient de tellement loin. Et là, durant les heures qui ont suivi, j'étais tout seul avec elle et chez moi, j'ai pris la vraie décision de revenir (...). Je n'avais jamais connu ça, j'étais comme interdit devant cette force qui dictait ma conduite ". Pendant deux jours, la France entière s'est interrogée sur cette présence mystique avant que Zidane, lui-même, ne précise qu'il s'agissait de son frère. PEGUY LUYINDULA est prêté par Marseille un an à Auxerre. BUTEURS : Di Melo (Le Mans), Carew (Lyon) 3 buts ; Cissé (PSG), Pieroni (Auxerre), Pauleta (PSG) 2 butsS. Vande Velde