Les puristes prétendent que la saison ne reprend vraiment ses droits qu'avec Paris - Nice. Les Belges ont beau suivre passionnément le Circuit Het Volk, les Italiens le Trophée Laiguelia et les Français apprécient le Tour du Haut Var, aucune de ces courses ne jouit de l'aura de Paris-Nice. Tous les amateurs de cyclisme ont coché la date dans leur agenda : du 9 au 16 mars. Pourtant, le statut de la course du soleil est menacé. Elle risque de perdre sa qualité d'ouverture de la saison internationale. Ce n'est même pas dû aux querelles entre son organisateur, l'ASO, et l'UCI. Non, c'est parce que le Tour de Californie gagne en rayonnement d'année en année. L'ASO va sans doute jeter un regard envieux à la liste des participants que la course américaine a rassemblé cette année.
...

Les puristes prétendent que la saison ne reprend vraiment ses droits qu'avec Paris - Nice. Les Belges ont beau suivre passionnément le Circuit Het Volk, les Italiens le Trophée Laiguelia et les Français apprécient le Tour du Haut Var, aucune de ces courses ne jouit de l'aura de Paris-Nice. Tous les amateurs de cyclisme ont coché la date dans leur agenda : du 9 au 16 mars. Pourtant, le statut de la course du soleil est menacé. Elle risque de perdre sa qualité d'ouverture de la saison internationale. Ce n'est même pas dû aux querelles entre son organisateur, l'ASO, et l'UCI. Non, c'est parce que le Tour de Californie gagne en rayonnement d'année en année. L'ASO va sans doute jeter un regard envieux à la liste des participants que la course américaine a rassemblé cette année. Le plateau de Paris-Nice a toujours été un curieux mélange. Beaucoup de coureurs y prennent part pour avaler des kilomètres avant le début des grandes classiques. Certains craignent d'hypothéquer leur saison en atteignant trop tôt leur pic de forme. Pourtant, l'histoire récente démontre que ces craintes sont illusoires. En 2006 comme en 2007, le vainqueur de Paris-Nice, respectivement Floyd Landis et Alberto Contador, a été le plus fort au Tour de France, du moins si on fait abstraction de ce qui est arrivé à l'Américain et au fait que l'Espagnol ne peut défendre son titre, l'ASO ayant exclu Astana de ses courses. Pourquoi Paris-Nice peut-elle constituer un objectif en elle-même ? Le jeune Espagnol Luis Leon Sanchez Gil, un ami et concurrent de jeunesse de Contador, frétille d'impatience de montrer pourquoi on avait jadis décelé en lui un vainqueur potentiel du Tour. Il faudra aussi surveiller les spécialistes des petites courses à étapes qui se sont déjà illustrés en début de saison. Alexandre Botcharov, Davide Rebellin, Robert Gesink et même Cadel Evans émargent à cette catégorie. Une chose est certaine : ce Paris-Nice n'est pas à la portée du premier venu. L'étape de jeudi, avec arrivée au Mont Ventoux, devrait être décisive pour le classement final. Le dernier tronçon, menant à Nice, confronte les coureurs au Col de la Porte et au Col d'Eze. Le parcours est très montagneux, ce qui empêche les coureurs de s'acclimater en douceur. Tom Boonen l'a compris. Cette saison, il fait l'impasse sur l'épreuve, l'estimant trop dure pour cette époque de l'année. L'épreuve ne comptera pas beaucoup de sprints. Peut-être se dit-il aussi que pour gagner Milan-Sanremo, il faut généralement avoir couru Tirreno-Adriatico. KEVIN VAN IMPE (Quick Step) est touché au genou. La blessure pourrait le priver de toutes les classiques printanières. RUBEN PLAZA (ESP, Benfica) a remporté le Tour de Valence. PHILIPPE GILBERT (Française des Jeux) a gagné le Circuit Het Volk avec brio. Nick Nuyens (Cofidis) et Thor Hushovd (NOR, Crédit Agricole) complètent le podium. Philippe Gilbert est candidat au contre-la-montre olympique de Pékin. ROBERTO PETITO (ITA, Liquigas) a été évacué du Circuit Het Volk. On craint qu'une fracture de la clavicule ne mette un terme prématuré à sa carrière, qu'il comptait arrêter au terme des classiques printanières. STEVEN DE JONGH (NED, Quick Step) a été le meilleur le lendemain à Kuurne - Bruxelles - Kuurne. Sebastian Langeveld (NED, Rabobank) et Matthew Goss (AUS, CSC) sont deuxième et troisième. JUAN JOSÉ HAEDO (ARG, CSC) s'est adjugé la Clásica de Almería, en Espagne, et Rinaldo Nocentini (ITA, Ag2r) le GP de Lugano, en Suisse. JOHAN COENEN (Topsport Vlaanderen) a gagné la Beverbeek Classic. LE CONI (comité olympique italien) veut suspendre Danilo Di Luca (ITA, LPR Brakes) pour deux ans, suite à un test anormal lors du dernier Giro. Le taux de certaines hormones destinées à camoufler la prise de produits interdits est trop élevé. Le coureur risque aussi d'être privé de sa victoire. FABIO BALDATO (ITA, Lampre) entame sa dernière saison professionnelle. LES TROIS JOURS DE FLANDRE-OCCIDENTALE débutent vendredi à Courtrai. Wouter Weylandt (Quick Step) et Robbie McEwen (AUS, Silence-Lotto) figurent parmi les participants. Bellegem, Handzame et Ichtegem accueillent les étapes. L'UCI permet à Mitsubishi-Jartazi de participer aux épreuves du Pro Tour à condition que Frank Vandenbroucke ne fasse pas partie de l'équipe. PAR jef van baelen