Le point le plus délicat dans l'organisation d'une Coupe du Monde se focalise toujours sur la vente des billets. Citons en vrac la numérotation, la distribution, les no-shows (personnes qui achètent un ticket mais qui finalement ne vont pas au match) et les plaintes des fans qui ne peuvent acheter de ticket ou ne les obtiennent pas à temps pour les rencontres choisies.
...

Le point le plus délicat dans l'organisation d'une Coupe du Monde se focalise toujours sur la vente des billets. Citons en vrac la numérotation, la distribution, les no-shows (personnes qui achètent un ticket mais qui finalement ne vont pas au match) et les plaintes des fans qui ne peuvent acheter de ticket ou ne les obtiennent pas à temps pour les rencontres choisies. La Coupe du Monde en Allemagne, en juin et juillet 2006, sera différente. Du moins si l'on peut en croire les espoirs du secrétaire général de la FIFA Urs Linsi : " Nous n'avons jamais été aussi bien préparés pour le ticketing. Mais ce sera la Coupe du Monde la plus surbookée de toute l'histoire. Les supporters déçus qui n'auront pas pu se procurer de tickets cracheront leurs critiques à notre rencontre. Les gens devraient être fair-play et ne pas nous jeter la pierre. Si nous commettons des erreurs en la matière, nous nous excuserons et proposerons des solutions pour les rectifier. Je suis confiant car nous avons réuni l'équipe responsable de la billetterie la plus expérimentée qui soit ". A l'origine, la FIFA n'était pas chaude à l'idée de confier la billetterie de son événement aux organisateurs allemands. Mais la décision est logique et fait d'autant plus de sens que l'expérience nippo-coréenne de 2002, où la FIFA avait géré le ticketing, ne laisse pas que de bons souvenirs, même si Linsi estime que la critique n'était pas justifiée : " En 2002, nous avons été critiqués pour avoir floué des gens et pour n'avoir pas répondu à nos obligations. Nous avons donc demandé au bureau de consultance Ernst & Young de mener une étude sur le sujet. Résultat : nous pouvons dire que l'opération de billetterie fut un succès avec comme seul point noir que nous aurions dû prévoir qu'il y aurait davantage de no-shows. Nous avons appris de notre expérience et avons développé un système qui permettra de manière simplifiée de retourner son ticket au cas où le détenteur ne peut pas se rendre au stade. Ainsi, nous pourrons réutiliser ces tickets. Bien sûr, cela devra se faire avec la coopération de l'acheteur original. " Ce processus de renvoi des tickets deviendra sans doute un sujet brûlant à l'approche du début de la compétition, lorsque l'on pense à la sécurité, au hooliganisme, au marché noir, etc. Le premier problème a trait à la quantité de tickets disponibles. La capacité totale des 12 stades pour les 64 matches est de 3,37 millions de tickets, mais 440.000 iront directement aux sociétés qui organisent des arrangements VIP, à la sécurité, aux médias et aux personnalités. Cela laisse un solde de 2,93 millions de vrais tickets. Mais seulement 1,1 million sont réservés au public : 812.000 jusqu'au au 31 mars, 280.000 supplémentaires peu avant le printemps 2006 et le reste provenant des retours dans les semaines qui précèdent le match d'ouverture le 9 juin 2006. 235.000 tickets sont destinés aux fans des 32 pays qualifiés. Certaines fédérations, comme la FA en Angleterre, ont leur liste de supporters loyaux et calmes. Un petit pourcentage assistera à la grand-messe du foot via des concours organisés par les sponsors. La fédération allemande (DFB) a également été très inventive, en imaginant de contourner les directives de la Commission européenne sur les droits égaux des consommateurs de l'Union. Celle-ci interdit à une nation d'accorder un traitement de faveur à ses citoyens. Donc les fans allemands devront aussi surfer sur le site officiel pour acheter des billets. Pour éviter la grogne outre-Rhin, la DFB a convaincu la FIFA d'introduire une nouvelle catégorie de tickets intitulée German Football Family. En somme, 400.000 tickets seront partagés entre les associations régionales allemandes, les clubs licenciés et les clubs de supporters officiels. Linsi : " C'est une nouveauté pour nous, une tendance intéressante ". Les amateurs du monde entier pourront profiter de l'initiative allemande qui consiste à proposer des tickets à bas prix (35 euros) pour toutes les rencontres du premier tour, excepté le match d'ouverture. Sachez que les billets les plus chers pour la finale se vendent 600 euros, prix officiel. En se rendant sur le site officiel de la Coupe du Monde, on peut acheter un maximum de quatre tickets pour une série de sept matches dans les catégories 1 à 3 ou deux tickets maximum pour une série de trois matches en catégorie 4. Les supporters peuvent aussi acheter des tickets liés au parcours de leur équipe favorite. Si leur pays ne se qualifie pas pour la phase finale, ils pourront s'ils le désirent renvoyer et se faire rembourser leurs tickets, comme expliqué plus haut. Trois problèmes attendent les supporters gourmands : 1. Les tickets liés à un stade spécifique ont été supprimés. Un amateur de foot qui a des amis par exemple à Munich ne pourra pas rester chez eux pendant la durée du tournoi puisqu'il lui sera impossible d'acheter des tickets uniquement pour Munich. 2. Les internautes qui ont l'habitude d'acheter via le web ne pourront payer en ligne qu'avec Mastercard. Pas de Visa, pas d'American Express, pas de Diners Club. L'alternative est de sécuriser la transaction et de payer par virement bancaire. 3. Il est impossible de changer les noms des détenteurs fournis au moment de l'achat des tickets. Un fan peut commander maintenant deux tickets : l'un pour lui et l'autre pour sa petite amie. Au printemps 2006, il se pourrait que sa petite amie actuelle l'ait quitté et qu'il veuille emmener quelqu'un d'autre à la Coupe du Monde : ce sera impossible ! Ce dernier point est le plus controversé... Keir Radnedge, ESMLa FIFA a confié LE TICKETING AUX ORGANISATEURS ALLEMANDS et leur fait confiance