On n'arrête pas le progrès. Il fut un temps où les magazines papier n'existaient pas. Puis ils apparurent sans laisser encore place au sport. Puis le sport fit partie intégrante de ces magazines généralistes. Puis vinrent les magazines strictement consacrés au sport. Puis ceux qui firent du seul football leur seul créneau sportif. Plus récemment, destinés aux supporters, s'amenèrent alors ceux qui concernaient un seul club de football. Et voilà qu'aujourd'hui en Italie, s'amène un magazine centré sur un seul joueur de foot comme Number Ten. Il bello del Calcio (1) est paraît-il un magazine à la gloire exclusive de Francesco Totti ! Au train où va le progrès, faudra plus attendre très longtemps avant de voir un magazine exclusivement consacré aux seules parties génitales du Romain ou d'un autre... On n'arrête pas la connerie. ...

On n'arrête pas le progrès. Il fut un temps où les magazines papier n'existaient pas. Puis ils apparurent sans laisser encore place au sport. Puis le sport fit partie intégrante de ces magazines généralistes. Puis vinrent les magazines strictement consacrés au sport. Puis ceux qui firent du seul football leur seul créneau sportif. Plus récemment, destinés aux supporters, s'amenèrent alors ceux qui concernaient un seul club de football. Et voilà qu'aujourd'hui en Italie, s'amène un magazine centré sur un seul joueur de foot comme Number Ten. Il bello del Calcio (1) est paraît-il un magazine à la gloire exclusive de Francesco Totti ! Au train où va le progrès, faudra plus attendre très longtemps avant de voir un magazine exclusivement consacré aux seules parties génitales du Romain ou d'un autre... On n'arrête pas la connerie. ça me désole d'autant plus que, par hasard, je venais de découvrir qu'un poète disparu nommé Robert Filliou avait dit : " L'art est ce qui rend la vie plus intéressante que l'art ". Cela m'avait donné l'idée de détourner ce bien bel aphorisme, et de disserter ce jour sur le fait que " Le football est ce qui rend la vie plus intéressante que le football ". Vous comprendrez toutefois qu'après la découverte consternante de ces couillonnades sur Totti, je préfère retarder ma réflexion : car si je n'attends pas que mon flip passe, je risquerais plutôt de conclure que le foot est ce qui rend la vie plus débile que la mort... A propos de poète mort, faut que je vous dise que l'Espagnol Alejandro Finisterre est passé de vie à trépas en février dernier à 87 ans, sans que le monde du foot, ingrat comme pas deux et même comme pas onze, lui rende l'hommage mérité. En revanche, le décès récent de Franco Panini, décrété père des vignettes immortelles nées en 1961, vient d'être évoqué abondamment : et là, mon amour de la vérité historique m'oblige à préciser que les Panini étaient QUATRE comme les Dalton, que les deux inventeurs d'autocollants se prénommaient Giuseppe (décédé en 1996) et Benito, que je ne sais même pas si ces deux-là sont déjà froids, et que les deux frangins Franco et Umberto n'ont rejoint qu'un peu plus tard le business familial ! Okay pour la précision, Ben Jeunejean,... mais Finisterre dans tout ça, dont tu n'as d'ailleurs jamais lu le moindre vers ? J'y viens : cet Alejandro, bande d'ignares, méritait l'in memoriam au moins autant que Franco : car Finisterre restera dans l'Histoire comme le génie qui, dès 1937 - 24 ans avant les Panini ! - eut l'idée grandiose de breveter puis populariser le futbolin : ce que les Français appelleront bêtement le baby-foot, et que nous baptiserons intelligemment kicker ! Ah, le kicker et sa musique ! Jadis, un café sans lui était comme un jour sans soleil. Au bistrot local du foot voici très longtemps, kicker, scopitone et tangos (2) furent parmi les mamelles de mes 15 ans. Tu avais déjà du bonheur dans l'oreille lorsque, une fois ta thune tombée dans la fente, ta paume poussait la barre métallique en la maintenant, le temps que les balles dégringolent bruyamment dans l'espèce de tiroir du bas. Au kicker, le nul blanc n'existait pas, c'était juste un peu regrettable que ça ne puisse pas se jouer avec les orteils. Au kicker, péter des goals au fond revêtait toute son acception : quand la balle fracassait la paroi derrière le gardien troué, ça faisait comme un glop sec, sonore et meurtrier, tout l'opposé d'un ballon allant mourir dans les filets ! Et puis, le kicker ne s'est jamais perdu en vains débats et errements quant au dispositif tactique supposé idéal : le kicker, c'est du 2-5-3 depuis toujours et pour l'éternité, avec 3 lignes qui ne s'emmêlent jamais les pinceaux, avec un combat toujours équilibré entre trois attaquants et deux défenseurs assistés d'un gardien ! Des fois, je me dis que le vrai foot serait plus marrant s'il se kickérisait... Ceci dit, pour clore le chapitre et puisqu'on a parlé de Panini et de Finisterre, quelqu'un peut-il me dire si Peter Adolph est encore en vie ? Je ne suis pas arrivé à entériner son décès via le web, Peter a-t-il lui aussi rejoint le monde des ténèbres, en catimini de ce monde footeux qu'il a pourtant bien servi ? Adolph, tas d'ignares ? Ce génie a inventé le subbuteo en 1946. Ce n'est pas rien non plus. (1) Cela veut dire le bellâtre en caleçon ? !(2) Lisez bière-grenadine, pas danse argentine ! "par bernard jeunejean