Le rôle de consultant est assez récent en Belgique. Et c'est une des raisons pour lesquelles il est encore assez controversé. La France, par contre, a une longueur d'avance dans ce domaine. Au diable les préjugés à deux balles ! Ils sont presque considérés comme des journalistes. Un chroniqueur fait fureur chez nos voisins : Laurent Paganelli, l'ancien joueur de la bonne génération de Saint-Etienne. On peut considérer qu'il est un peu le Benoît Thans de la France. Mais bon, il y a quand même quelques différences entre eux.
...

Le rôle de consultant est assez récent en Belgique. Et c'est une des raisons pour lesquelles il est encore assez controversé. La France, par contre, a une longueur d'avance dans ce domaine. Au diable les préjugés à deux balles ! Ils sont presque considérés comme des journalistes. Un chroniqueur fait fureur chez nos voisins : Laurent Paganelli, l'ancien joueur de la bonne génération de Saint-Etienne. On peut considérer qu'il est un peu le Benoît Thans de la France. Mais bon, il y a quand même quelques différences entre eux. Paganelli est un véritable trublion. Il adore faire le spectacle et lâcher des vannes. De plus, il fait le bord de terrain. Il ne commente pas les matches comme le fait Benoît. Paganelli vient aussi de sortir un bouquin, dont le titre s'intitule Paga à nu. Récemment, il faisait sa promo et avait parié qu'il se ficherait à poil lors de l'émission de Michel Denisot, le Grand Journal, sur Canal Plus. Et il l'a fait, le mec ! Paganelli a aussi une petite rubrique sur Canal : La minute de Paga. Ça passe le dimanche soir. Il lance des défis à des personnalités. Un de ses derniers paris était de tenir une minute sans s'évanouir face au champion du monde de kick boxing, Rani Berbachi. Ce dernier a malheureusement joué le jeu à fond. Le pauvre Paga a ramassé sept droites et a eu quelques difficultés à se relever. Heureusement qu'il portait un casque ! Dans la même veine des anciens joueurs reconvertis : Gianfranco Zola et Roy Keane. L'Italien fait des ravages en Premier League avec West Ham, qu'il entraîne depuis septembre. Il vient d'ailleurs de se voir prolonger son contrat jusqu'en 2013. Par contre, pour l'Irlandais, ça ne se passe pas très bien. Il vient de reprendre Ipswich Town. Mais Keane se fait démolir de tous les côtés. Et notamment par l'ancien joueur de l'OM et de l'équipe nationale irlandaise, devenu chroniqueur, Tony Cascarino. Celui-ci a déclaré que Keane devrait réfléchir aux raisons qui l'ont poussé à laisser tomber Sunderland et l'équipe nationale. La saison passée, Keane avait en effet démissionné de son poste d'entraîneur de Sunderland, après cinq défaites en six rencontres. Quand il était joueur, il avait refusé de jouer pour la sélection irlandaise pour d'obscurs motifs. En Angleterre, toujours, Jermain Defoe a été récemment ménagé par son club, Tottenham. Il a en effet perdu son frère, Jade, tué dans une rixe dans la banlieue de Londres. Le pauvre gars a été battu à mort. Il n'a pas survécu à une blessure à la tête. Il n'avait que 26 ans... La situation des jeunes des banlieues de Londres est vraiment difficile. Soit ils réussissent dans le sport, et particulièrement dans le foot. Soit, ils se font récupérer par des bandes et sombrent dans la délinquance. Il n'y a presque aucune autre alternative qui s'offre à eux. Au Mexique, les clubs subissent de grosses pertes financières à cause de la grippe porcine. Les matches de championnat doivent en effet être joués à huis clos. Je trouve ça un peu surréaliste parce que les joueurs jouent sans masque. On sait que la maladie se transmet par voie respiratoire et par contacts physiques. C'est un peu bizarre... La fédération russe a aussi infligé une amende de 11.000 euros au Zenit Saint-Pétersbourg pour avoir aligné sept joueurs étrangers, au lieu des six autorisés. C'est clairement la faute de l'entraîneur, Dick Advocaat. Lors d'un match, il a fait monter le Turc Fatih Tekke à la place du Russe Pavel Pogrebnyak. Mais l'infraction n'a en fait duré que cinq minutes, puisqu'Advocaat a ensuite remplacé le Croate Ivica Kriûanac par le Russe Roman Shirokov. Le pire est que personne ne s'en est rendu compte sur le moment. Ce n'est pas si grave de toute façon. 11.000 euros, c'est peanuts pour le Zenit ! En conclusion, je voulais tirer un grand coup de chapeau au directeur sportif de Tournai, Jean-Claude Stockman, que je considère comme le meilleur dirigeant de l'année. Ce vendeur de fruits et légumes est parvenu à hisser son club au sommet du classement de la D2. Tournai va en effet participer au tour final avec des équipes telles le Lierse, Waasland et l'Antwerp. Ce club a en plus le plus petit budget de la D2. Stockman a réussi à constituer un solide groupe, composé de joueurs qui en voulaient. Bravo ! Avec les échecs de Tubize et de Mons, ça fait du bien au foot wallon. propos recueillis par tim baete; par stéphane pauwels