Début mai, le bourgmestre Heinz Paus (66 ans) se tracassait : l'hôtel de ville, qui date de 400 ans, ne disposait pas de balcon pour fêter une promotion éventuelle en Bundesliga : " Même avec une bonne campagne de marketing, il est impossible d'obtenir pareille publicité ", avait reconnu l'homme, fervent supporter du Borussia Mönchengladbach depuis les années 70. Il a finalement fait installer un podium. Plus de 10.000 personnes ont envahi la grand-place. La Benteler-Arena, comble à trois reprises cette saison, a une assistance moyenne de 10.998 spectateurs alors que sa capacité maximale est de 15.300 places. La ville se trouve entre Dortmund et Hanovr...

Début mai, le bourgmestre Heinz Paus (66 ans) se tracassait : l'hôtel de ville, qui date de 400 ans, ne disposait pas de balcon pour fêter une promotion éventuelle en Bundesliga : " Même avec une bonne campagne de marketing, il est impossible d'obtenir pareille publicité ", avait reconnu l'homme, fervent supporter du Borussia Mönchengladbach depuis les années 70. Il a finalement fait installer un podium. Plus de 10.000 personnes ont envahi la grand-place. La Benteler-Arena, comble à trois reprises cette saison, a une assistance moyenne de 10.998 spectateurs alors que sa capacité maximale est de 15.300 places. La ville se trouve entre Dortmund et Hanovre et dénombre 144.000 habitants. L'histoire du club est digne d'un conte de fées. Jusqu'il y a peu, le SC Paderborn était connu à cause de son match de Coupe controversé de la saison 2004-2005 : RobertHoyzer, l'arbitre entre-temps condamné pour corruption, avait accordé deux penalties injustes au club. Maintenant, donc, le club, qui a employé Garry De Graef de 2005 à 2008, fait donc la une de manière positive : le 22 août, il effectuera ses débuts en Bundesliga, une première en 107 ans. Le président, Wilfried Finke, est la principale cheville ouvrière de ce succès. L'homme d'affaires, âgé de 63 ans, a fait fortune dans les meubles et il dirige le club depuis vingt ans. Il possède 14 implantations en Allemagne, employant 1.500 personnes, et son budget atteint les 300 millions d'euros. Durant la saison 2008-2009, il a dû faire profil bas car son club militait en Division Trois. Il a alors cherché de jeunes entraîneurs talentueux, comme le Néerlandais Jos Luhukay, qui travaille maintenant à Hertha BSC, et Roger Schmidt, un parfait inconnu qui vient de conduire le Red Bull Salzbourg au titre en Autriche et va entraîner le Bayer Leverkusen la saison prochaine. L'été dernier, il a recruté son entraîneur actuel, André Breitenreiter (40 ans), un ancien avant du HSV et du VfL Wolfsbourg, au TSV Havelse, pensionnaire de D4. " Nous l'avions observé sur YouTube, pendant une interview. La façon dont il parlait de football m'avait vivement impressionné ", a expliqué Finke. Breitenreiter a obtenu des joueurs essentiellement issus de D3 et de D4. C'était la seule possibilité de former un noyau car Finke ne voulait pas dépasser un budget de 6,2 millions. La nouvelle aventure de Paderborn va certes engendrer un boom financier : grâce aux droits TV, le budget va passer à 16, voire 18 millions. Tous les joueurs sont sous contrat pour la saison prochaine, hormis Elias Kachunga, loué par 'Gladbach, Mario Vrancic, en fin de contrat, Johannes Wurtz, loué par le Werder Brême et transféré à Greuther Fürth, et le capitaine Markus Krösche qui, âgé, de 33 ans, met fin à sa carrière. Breitenreiter, qui poursuit sa mission malgré l'intérêt de l'Eintracht Francfort et du VfB Stuttgart, a demandé quatre joueurs ayant l'expérience de la Bundesliga et deux jeunes talents issus de divisions inférieures, conformément à la philosophie du club. La petite arène, érigée en 2008, ne bénéficiera pas d'un anneau supplémentaire. Malgré l'arrivée de revenus supplémentaires, le président, qui mettra un terme à son mandat en novembre 2015, juge ces frais trop peu rentables. " Je suis réaliste, ce n'est pas possible. " PAR FRÉDÉRIC VANHEULE