Comment jugez-vous les réactions suscitées par votre caricature ?

Cette histoire me dépasse. Je n'ai tué personne. L'ambassadeur de la Colombie a écrit à la RTBF, des médias flamands et internationaux comme El Pais ou la radio nationale colombienne ont évoqué le sujet,... J'ai reçu des dizaines d'insultes sur les réseaux sociaux. Je comprends que le dessin ait pu choquer. Je l'ai retiré des réseaux sociaux, j'ai présenté mes excuses au peuple colombien, j'ai écrit à l'ambassa...

Cette histoire me dépasse. Je n'ai tué personne. L'ambassadeur de la Colombie a écrit à la RTBF, des médias flamands et internationaux comme El Pais ou la radio nationale colombienne ont évoqué le sujet,... J'ai reçu des dizaines d'insultes sur les réseaux sociaux. Je comprends que le dessin ait pu choquer. Je l'ai retiré des réseaux sociaux, j'ai présenté mes excuses au peuple colombien, j'ai écrit à l'ambassadeur. Nous nous sommes rencontrés et le dialogue a été positif. Il m'a même offert un livre sur le café. Je ne veux pas avoir de problème. Je ne suis pas un dessinateur méchant, je ne travaille pas pour Charlie Hebdo. Je n'ai jamais cherché à blesser une personne ou une communauté. J'ai sans doute ouvert une plaie bien béante et remis de l'huile sur le feu. Je sais qu'il y a des morts en Colombie à cause de la cocaïne. Mais je pense aussi que nous avons un sens de l'autodérision que les Colombiens n'ont pas. C'est mon second buzz international en 2014. Il y a quelques mois, j'avais représenté Steven Defour avec la mention : " Si ça continue, Defour ira au mondial comme traducteur. " Le joueur l'avait bien pris et avait mis le dessin sur Twitter. Mais la presse portugaise n'avait pas compris le message et cela m'avait valu quelques papiers. Cette histoire avec la Colombie dépasse tout ce que j'ai connu. Je fête les 10 ans de mon activité et c'est mon plus gros dérapage. Je dessine à l'instinct, je ne peux rien prévoir. Une virgule mal mise, une tête qui ressemble à quelqu'un d'autre... Un dérapage incontrôlé est vite arrivé. J'ai aussi l'impression que notre époque est plus sensible, qu'on n'ose plus respirer trop fort. Rabbi Jacob est repassé à la télévision. Si le film ressortait aujourd'hui en salle, je suis certain que des cinémas seraient brûlés ! Paradoxalement, cette affaire m'a permis de gagner en popularité sur les réseaux sociaux, mes profils sont plus suivis. Mais ce n'était pas un coup marketing : je ne réaliserai jamais un dessin pour créer le buzz. PAR SIMON BARZYCZAK" C'est mon plus gros dérapage en 10 ans de carrière. "