Asile de foot est bien parti pour devenir un des succès de librairie de cette fin d'année.
...

Asile de foot est bien parti pour devenir un des succès de librairie de cette fin d'année. Que contient-il ?Plus de 90 dessins diffusés dans Sport/Foot Magazine, Sud Presse, le Vif/L'Express, Studio 1. Il y a aussi des inédits et des illustrations réalisées pour des étudiants. Des intervenants ont été invités à laisser un commentaire : Jean-Paul Philippot, Robbie Rensenbrink, Ophélie Fontana, Marc Wilmots,... Certains sont marrants ou poignants. Jessica Keszler, la chroniqueuse de Studio 1, s'est mise à la place du genou de Nicolas Frutos. Sur un dessin consacré à Arsène Vaillant, Roger Laboureur évoque les journalistes sportifs disparus et écrit cette phrase : " Attendez-moi, j'arrive. " Pourquoi avoir attendu autant de temps avant de sortir ce recueil ? Le projet était sur le bureau de Luc Pire depuis 18 mois. Mais nous avons eu quelques petits soucis. Un jour, la maison d'édition Magnad, m'a contacté. J'ai rencontré Johan Serkijn, le directeur, et le courant est bien passé. Le titre fait-il référence au ramdam provoqué par l'affaire Witsel ?Oui et non. Le contexte est plus large. Pour moi, la folie, c'est aussi les chants insultant les Wallons, l'acharnement sur les arbitres, cette insistance à vouloir garder René Vandereycken à la tête de l'équipe nationale. On dit que notre foot se porte mal mais les stades n'ont jamais été aussi remplis et il n'y a jamais eu autant d'émissions spécialisées à la télé ou à la radio. A quel personnage vouez-vous une affection particulière ?François De Keersmaecker. Il est tout en rondeurs, facile à dessiner. On lui fait porter le chapeau alors que c'est toute l'Union belge qui est responsable. Puis, il sourit tout le temps. Même si on le mettait sur le Titanic, il garderait sa bonne humeur ! On dirait un hamster jovial. Et le plus difficile à croquer ?Georges Leekens et Olivier Deschacht ont des faciès difficiles. Parfois, je cherche des parades. Frutos, je l'ai représenté avec un bandeau et de longs cheveux. Alain Courtois, je l'ai taggué de " 2018 " sur la couverture. J'avais du mal avec Ariel Jacobs et j'ai pris une soirée entière pour perfectionner ses traits. Je compte faire la même chose pour améliorer certains personnages. Le dernier dessin mêle le 11 septembre 2001 et le geste de Witsel : il risque de susciter la controverse. Il représente deux tours installées dans deux bottines et les avions sont remplacés par une chaussure Pour moi, ce jour-là est le 11 septembre du football belge. Si le dessin dérange et suscite la réflexion, j'aurai réussi mon pari.