C'était à Everton, dans les premiers jours de septembre. Le club venait de faire signer l'attaquant Louis Saha (1,81m, 72 kg) et Marouane Fellaini à quelques heures d'intervalle. Il n'y en avait que pour eux mais Fellaini était toujours coincé en Belgique avec les Diables. Alors, Saha a dû monter seul au feu de la première conférence de presse, celle qui présente les renforts ronflants. Dès ses premières phrases, le Français y est allé fort : " J'ai proposé à la direction d'Everton de ne me payer qu'à partir du moment où je serais fit. "
...

C'était à Everton, dans les premiers jours de septembre. Le club venait de faire signer l'attaquant Louis Saha (1,81m, 72 kg) et Marouane Fellaini à quelques heures d'intervalle. Il n'y en avait que pour eux mais Fellaini était toujours coincé en Belgique avec les Diables. Alors, Saha a dû monter seul au feu de la première conférence de presse, celle qui présente les renforts ronflants. Dès ses premières phrases, le Français y est allé fort : " J'ai proposé à la direction d'Everton de ne me payer qu'à partir du moment où je serais fit. " Une proposition unique ou presque dans l'histoire du foot professionnel. Pour faire une offre pareille, il faut avoir un lien particulier avec l'infirmerie. P'tit Louis l'a ! Son surnom en Angleterre ? Sicknote. Traduction : certificat médical. Saha : " La direction d'Everton a refusé ma proposition mais ce n'étaient pas des paroles en l'air, je suggérais très sérieusement qu'on ne me donne rien avant mon retour sur le terrain. Je suis comme ça, c'est ma mentalité : je veux justifier mon salaire et pouvoir me regarder dans le miroir. Ce raisonnement, c'est la suite de longues années de frustrations à cause de mes problèmes physiques à répétition. "Une chance pour le Standard : blessé cette fois au mollet, Saha n'est pas prêt pour le double clash européen. Et comme Fellaini n'est pas qualifié, cela fait deux gros morceaux en moins, les deux stars de la période des transferts,... les deux seuls francophones du noyau aussi. Louis Saha est né le 8 août 1978 à Paris (France). Il a été formé à Metz puis est parti dès 1998 en Angleterre (prêt à Newcastle). Il est ensuite retourné une saison à Metz puis s'est installé définitivement en Angleterre en 2000 : Fulham (2000-jan. 2004), Manchester United (jan. 2004-2008 où il est deux fois champion et gagne une Coupe de la Ligue. Avec la France, il a participé à l'EURO 2004 et à la Coupe du Monde 2006. Il a marqué dès son premier match, en février 2004 contre la Belgique à Bruxelles. Il compte 18 caps (4 buts). Revenons sur les problèmes physiques de Saha. Ils ont traversé, tel un fil rouge, sa conférence de presse de présentation à Finch Farm, le complexe d'entraînement des Blues. A nouveau contrarié par un genou la saison dernière, Saha espérait fêter son retour sur le banc de Manchester United pour la finale de la Ligue des Champions contre Chelsea. Echec, et c'est sans doute ce qui l'a incité à aller voir ailleurs après 4 ans et demi chez les Red Devils, avec un bilan de 42 buts en 124 matches - mais seulement 52 rencontres commencées en Premier League. " Le plus frustrant, c'est que quand j'étais sur le terrain, je marquais souvent. Mais je n'arrivais presque jamais à enchaîner cinq ou six matches, j'étais toujours rattrapé par l'un ou l'autre problème. Et je devais repartir de zéro. Durant l'été, Alex Ferguson m'a convoqué et expliqué que ce serait sans doute mieux pour moi de changer d'air. Je ne l'ai pas mal pris. Et plutôt que toutes mes blessures, je préfère conserver les bons souvenirs de mon séjour à Manchester. Je ne dirai jamais un mot de travers sur ce club, sur ses joueurs, sur ses supporters. " Ferguson était pourtant fou de son Frenchie. Il disait qu'un Saha en forme était synonyme d'au moins 20 buts par saison. Autrefois, il s'était même payé le luxe de laisser longuement sur le banc un Ruud van Nistelrooy à 100 % pour former un duo d'attaque Wayne Rooney-Saha. Mais cette fois, la concurrence était vraiment trop forte : Rooney, Carlos Tevez, Cristiano Ronaldo et le fraîchement arrivé Dimitar Berbatov, cela faisait beaucoup. Des insiders du foot anglais ont avancé une explication étonnante aux problèmes physiques de Saha : certaines blessures seraient surtout psychologiques et ses multiples absences auraient carrément laissé chez lui un traumatisme mental. Confronté à ce raisonnement dès son premier jour à Everton, Saha se défend : " C'est n'importe quoi. Je ne suis jamais remonté sur le terrain d'entraînement en me disant que la blessure suivante se préparait. Quand je suis sur la pelouse, je suis comme un gosse, je m'éclate, je rigole, je veux toucher un max de ballons. Je ne pense à rien d'autre. Les gens ont parfois l'art d'inventer des explications qui ne ressemblent à rien. J'ai surtout lu des critiques, peu de gens semblaient comprendre ma souffrance. Manchester United a encore gagné des trophées la saison dernière mais je n'ai pas vraiment eu l'impression d'être un acteur des grandes victoires. "Les débuts de Saha avec Everton sont pour bientôt s'il n'y a pas de rechute. Mais pour lui, rien ne presse vraiment car il est à l'abri. Il a signé pour deux ans et une troisième saison en option. Son nouveau club pense avoir fait une bonne affaire en le transférant pour 2,5 millions d'euros - une somme qu'il ne devra verser à Manchester que si le Français joue un certain nombre de matches. On est loin des 15,7 millions versés par United à Fulham en 2004. Actuellement, la cote de Saha est loin aussi de celle que lui avait faite Jean Tigana au moment où il l'avait transféré à Fulham : " C'est le nouveau Thierry Henry. " Il n'empêche qu'un Saha fit and well reste une vraie menace. Peu de joueurs ont une moyenne d'un but tous les 2,2 matches en championnat anglais - sur une période de 8 ans, avec Fulham et Manchester. par pierre danvoye - photo: belga