Je croise l'autre jour un lecteur qui me demande en rigolant : " Alors, ça vous a passé, votre lubie d'agrandir les buts ? ! " J'ai refouillé mes bafouilles, et j'en ai déduit que ce lecteur était de longue date. ça aurait dû me faire plaisir, mais ça m'a surtout foutu un traître coup de vieux : j'ai pondu trois papiers complets sur le sujet entre 1988 et 1990, puis 13 ans se sont écoulés, TREIZE !... avec seulement quelques allusions, timides autant qu'épisodiques, à ce thème qui m'est cher. Pourtant, non, Môssieur, ce n'est pas une lubie ! Non, ça ne m'a pas passé ! Dès lors, je reprends ce jour mon ballon de pèlerin : d'une part pour tous ces amnésiques du foot que ça arrange de l'être, d'autre part pour toute cette belle jeunesse qui était encore Préminime et presque analphabète en 1990.
...

Je croise l'autre jour un lecteur qui me demande en rigolant : " Alors, ça vous a passé, votre lubie d'agrandir les buts ? ! " J'ai refouillé mes bafouilles, et j'en ai déduit que ce lecteur était de longue date. ça aurait dû me faire plaisir, mais ça m'a surtout foutu un traître coup de vieux : j'ai pondu trois papiers complets sur le sujet entre 1988 et 1990, puis 13 ans se sont écoulés, TREIZE !... avec seulement quelques allusions, timides autant qu'épisodiques, à ce thème qui m'est cher. Pourtant, non, Môssieur, ce n'est pas une lubie ! Non, ça ne m'a pas passé ! Dès lors, je reprends ce jour mon ballon de pèlerin : d'une part pour tous ces amnésiques du foot que ça arrange de l'être, d'autre part pour toute cette belle jeunesse qui était encore Préminime et presque analphabète en 1990. Base de ma thèse. Le foot serait plus excitant si l'on marquait plus de buts. La moyenne de buts par match oscille entre 2 et 3 depuis le début des sixties, c'est trop peu et nous méritons mieux. Le foot doit engendrer davantage de spectacle, et davantage de spectacle pourrait engendrer moins de violence. Ce serait peut-être " dénaturer le foot " que d'atteindre une moyenne de 15 buts par rencontre, ce ne serait sûrement pas le dénaturer que d'arriver à 5 ou 6. Pourquoi marque-t-on moins qu'entre 1925 et 1960 ? Sûrement pas parce que les tactiques sont plus timides et défensives, mais d'abord parce que les joueurs n'ont pas arrêté de devenir plus forts physiquement : tout le monde court davantage sur un terrain qui n'a pas grandi. Tout le monde se bourre donc davantage dedans ! Dans son voyage vers le keeper, le ballon rencontre davantage d'obstacles : moins d'espaces, moins de buts, Descartes aurait été d'accord... Comment, alors, retrouver des espaces ? Il y a deux grandes solutions, évidentes autant qu'utopiques. La première est d'agrandir le terrain,... lequel n'a même d'ailleurs jamais atteint les 120 x 90m que mentionnent ces encyclopédies sportives et menteuses : mais faut pas rêver, y'a des stades autour qui ont coûté trop de pognon pour les remplacer tous ! La seconde est de diminuer le nombre de joueurs, mais ce serait triste et réducteur : plus on est de fous, plus la stratégie d'un collectif est sophistiquée. But à l'extérieur prépondérant, victoire à trois points, répression accrue multipliant les arrêts de jeu et les balles arrêtées punitives, modifications successives des droits du gardien, etc : toutes les autres tentatives sont depuis 40 ans dérisoires et foireuses. Les marquoirs demeurent insensibles ! Reste un truc pas cher, mais qu'on n'ose pas essayer, c'est agrandir les buts : pour augmenter l'espace de frappe à défaut de l'espace de jeu ! Agrandir les buts ne réduirait pas le rôle du gardien, au contraire, cela revaloriserait ses qualités de souplesse/détente : lesquelles sont aujourd'hui bien moins mises en exergue que ses qualités de réflexe/anticipation. Je l'admets, les gardiens de format Verlinden ne s'en trouveraient pas favorisés : mais Danny et ses clones ne sont-ils déjà pas rarissimes aujourd'hui ? L'obstacle à l'agrandissement des buts n'est pas l'agrandissement en soi. Ce sont les dimensions à fixer (ni trop ni trop peu, en calculant son coup) dès le moment où le principe serait acquis : pour les fixer sans gaffer, il faut effectivement bosser, penser, tester, calculer... Connaît-on ces verbes à l'International Board ? Calculer, sur base des ballons frappant le cadre ou le rasant, ce que cela amènerait au minimum comme buts supplémentaires, si le jeu et les frappes restaient ce qu'elles sont. Et tester, pour savoir en quoi le nouveau paramètre changerait le jeu, les consignes, les profils de joueurs alignés... L'agrandissement de la cage, j'y crois dur comme foot, j'en rêve encore mais je suis morose, vu que ce projet est retombé bien profond dans les oubliettes de la mémoire footeuse collective ! Je continue toutefois de l'espérer, autant que le " réélargissement " de la couche d'ozone et la Résurrection des Corps : c'est tout dire, rendez-vous en 2020 ! par Bernard JeunejeanAgrandir les buts ne réduirait pas le rôle du gardien, au contraire, cela revaloriserait ses qualités de souplesse/détente.