Où en est l'Excelsior Mouscron ? Les dirigeants du club se veulent optimistes, voire très optimistes. Les 15 jours que l'on vient de vivre, et que l'on qualifiait de décisifs pour l'avenir du club, ont curieusement débuté au Spiroudôme de Charleroi. On est le mardi 10 février et le président Jean- PierreDufermont assiste au match de basket entre Charleroi et Bilbao. " N'y voyez aucun lien avec l'Excel ", précise-t-il d'emblée. " J'ai été invité par une relation d'affaires et, comme je m'intéresse à tous les sports, j'ai accepté. J'ai passé une bonne soirée, cela m'a fait du bien de sortir un peu des tracas quotidiens... "
...

Où en est l'Excelsior Mouscron ? Les dirigeants du club se veulent optimistes, voire très optimistes. Les 15 jours que l'on vient de vivre, et que l'on qualifiait de décisifs pour l'avenir du club, ont curieusement débuté au Spiroudôme de Charleroi. On est le mardi 10 février et le président Jean- PierreDufermont assiste au match de basket entre Charleroi et Bilbao. " N'y voyez aucun lien avec l'Excel ", précise-t-il d'emblée. " J'ai été invité par une relation d'affaires et, comme je m'intéresse à tous les sports, j'ai accepté. J'ai passé une bonne soirée, cela m'a fait du bien de sortir un peu des tracas quotidiens... " La réunion avec des investisseurs potentiels est en réalité programmée deux jours plus tard. Suivie d'une conférence de presse pour, pensait-on, annoncer de grandes nouvelles. Mais elle est annulée en dernière minute. Au prétexte qu'" il y avait moins de monde que prévu à la réunion ". Certains médias vont jusqu'à annoncer que la réunion elle-même n'a pas eu lieu, ce qui a le don d'irriter J.P. Dufermont. " On s'est bel et bien réuni, et si cela vous intéresse, sachez que j'ai quitté les lieux à deux heures du matin. Par ailleurs, ce n'était pas une réunion de crise comme on l'a prétendu, mais une réunion de travail. "Le vendredi matin, J.P. Dufermont s'est adressé aux joueurs pour les rassurer par rapport à toutes les nouvelles alarmistes (et largement exagérées, selon lui) parues dans la presse. Ceux-ci font bloc face à Westerlo. Le capitaine GonzagueVandooren, de retour de blessure, exhorte même les supporters à plus d'encouragements. L'esprit est là. Mais l'inquiétude aussi. " Cette crise, qui nous paraissait lointaine, nous semble subitement très proche... ", reconnaît Vandooren. MarkVolders, qui a préservé le 0-0 au prix d'arrêts incroyables, se souvient de la faillite de Lommel qu'il a vécue de l'intérieur. " Au départ, les symptômes étaient les mêmes. On sait comment cela s'est terminé... " L'Excel semble avoir fait du paiement des salaires une priorité. En délaissant l'ONSS et la TVA, qui n'auraient été réglées que jusqu'au 31 octobre. On attend l'arrivée du mécène et grand patron PhilippeDufermont, qui débarque le mercredi 18 février, pour en savoir plus. Durant trois jours, il rencontrera énormément de gens, mais toujours pas de point-presse prévu. " Pour faire aboutir les dossiers, il est préférable de travailler dans la discrétion ", justifie-t-il. Sans point-presse, Ph. Dufermont devait s'attendre à être assailli de coups de fils. Et de fait. " Aïe ! Encore un journaliste... ", s'exclame-t-il en décrochant. Selon les échos recueillis, l'Espagnol aurait été très content de la réunion du jeudi. Une cinquantaine de sponsors locaux auraient répondu à l'invitation. " Qui vous a dit cela ?", demande Ph. Dufermont. " Oui,... dans les grandes lignes, c'est exact. Des pistes se sont ouvertes. Reste à les concrétiser. " " Les gens présents ont posé des questions, se sont montrés intéressés. C'est encourageant ", renchérit J.P. Dufermont. " S'ils pouvaient tous apporter 10.000 euros, ce serait déjà une belle somme. " C'était déjà l'idée de l'ex-président EdwardVanDaele. " Le monde politique était aussi représenté ", ajoute J.P. Dufermont. " Des échevins nous ont promis une aide. "Une aide du monde politique ? " Il faut savoir que la Ville intervient déjà en faveur du club ", précise le bourgmestre AlfredGadenne. " Elle met deux employés à temps plein et un employé à mi-temps à la disposition de l'Excel. Elle s'occupe aussi de l'entretien de la pelouse. Mais les dirigeants voudraient de l'argent. Beaucoup d'argent. Et cela, ce n'est pas possible. " On évoque aussi des pistes étrangères, plus ou moins sérieuses. Ou un prêt d'un particulier, qui reste discret. Voire une collaboration avec un autre club, relativement proche. Selon Ph. Dufermont, l'obtention de la licence constituerait le principal problème. " Et même le seul problème ", renchérit le mécène. Mais il est de taille. Et le temps presse. Les dossiers doivent être rentrés pour le 1er mars à minuit, le cachet de la poste faisant foi. " L'interdiction de transférer durant le mercato hivernal imposée à l'Excelsior n'a rien à voir avec la licence ", précise le manager des licences RolandTis. " Cela m'irrite lorsque l'on parle parfois de licence provisoire. C'est simplement un contrôle supplémentaire qui a été instauré après l'affaire ZheyunYe. Et pour sanctionner les clubs qui ne sont pas en règle ou ont demandé à ne pas être contrôlés, on a trouvé cette interdiction de transférer... " Et en ce qui concerne la licence alors ? " Les clubs doivent présenter un bilan au 31 décembre, avalisé par un réviseur d'entreprise. Comme Mouscron n'a pas subi le contrôle intermédiaire pour l'autorisation de transférer, je peux m'imaginer que le président de la commission des licences demandera à vérifier les comptes de janvier et février. Je peux vous assurer que tout est fait très sérieusement et qu'on ne fait pas de cadeau. Le club qui obtient sa licence est réellement en ordre. Les conditions sont d'ailleurs dictées par l'UEFA, qui accorde une accréditation à l'Union Belge pour réaliser le travail. On est régulièrement contrôlés et on vient d'ailleurs de prolonger l'accréditation pour trois ans. "Comme au tribunal, il y a un jugement en première instance, puis une possibilité d'appel. Mais lors de l'appel, on ne peut pas introduire d'élément neuf. Tis : " On peut apporter des précisions supplémentaires, éventuellement demandées par la commission, mais on ne peut pas ajouter une preuve de paiement en date du 15 avril par exemple, en disant :- Voilà, jeviensdepayer ! Là, c'est trop tard. " Si les dossiers doivent être rentrés pour le 1er mars, les clubs ont jusqu'au 31 mars pour effectuer les derniers paiements. " Je suis parfaitement au courant des délais ", rassure Ph. Dufermont. " Je connais également les conditions qu'il faut remplir. "Ce qui plombe l'Excel, c'est la masse salariale. Un phénomène récurrent, l'ancien directeur général RolandLouf l'avait déjà souligné il y a cinq ans. Sachant cela, pourquoiPh. Dufermont a-t-il acheté autant de nouveaux joueurs en janvier 2008, jusqu'à faire grimper temporairement le budget à 11 millions ? " C'est un choix ", justifie-t-il. " Le problème, c'est que j'ai dû honorer les anciens contrats. Mais, si l'on n'avait pas engagé ChristopheLepoint, en fin de contrat à Tubize, on n'aurait pas pu le revendre aujourd'hui. Le budget a déjà été ramené à huit millions et il ne sera plus que de six la saison prochaine. " Car, d'après Ph. Dufermont, il y aura bien une saison prochaine : " A 98,98 %, oui. " Vendredi, 14 heures. Coup de fil de Ph. Dufermont. Y aurait-il du neuf ? " Excusez-moi, j'ai formé un mauvais numéro ", rétorque-t-il d'emblée. " J'allais vous donner l'information de l'année ! " Zut ! Direction Genk, donc. Où, après le but d'ouverture d' IdirOuali (qui n'avait plus marqué depuis son triplé du 13 septembre contre La Gantoise), l'Excel fait le gros dos pour ramener un bon point : 1-1. " Dans le contexte actuel, c'est une belle performance ", souligne EnzoScifo. " On a fait bloc ", commente le néo-international marocain ChemcedineElAraichi. " On a aussi joué pour le coach, qui fêtait son anniversaire hier ( NDLR : 43 ans depuis jeudi). Et puis, Ph. Dufermont est venu nous parler. Cela nous a rassurés. Il nous a dit qu'on terminera la saison à coup sûr et que la saison prochaine était quasi assurée. " par daniel devos