Anderlecht a floqué son adresse Internet sur le dos des joueurs, juste sous le maillot. Comme le Real, m'a-t-on dit. Pour être dans les favoris, quoi! Les Mauves ne reculent devant aucun progrès. Et c'est vrai qu'ils sont logés à bonne enseigne. La technologie suit. Pour voir quel joueur le club a encore acheté, Anthuenis n'a qu'à jeter un coup d'oeil sur le site du Sporting le matin, en se servant sa troisième tasse de café. En arrivant au stade, Aimé est au courant de tout et il peut même faire semblant qu'on lui a demandé son avis. Preud'homme, par contre, n'a pas cet avantage. Le site officiel du Standard est nul. Il s'est arrêté de fonctionner le 5 décembre 2000 en annonçant le malaise d' ...

Anderlecht a floqué son adresse Internet sur le dos des joueurs, juste sous le maillot. Comme le Real, m'a-t-on dit. Pour être dans les favoris, quoi! Les Mauves ne reculent devant aucun progrès. Et c'est vrai qu'ils sont logés à bonne enseigne. La technologie suit. Pour voir quel joueur le club a encore acheté, Anthuenis n'a qu'à jeter un coup d'oeil sur le site du Sporting le matin, en se servant sa troisième tasse de café. En arrivant au stade, Aimé est au courant de tout et il peut même faire semblant qu'on lui a demandé son avis. Preud'homme, par contre, n'a pas cet avantage. Le site officiel du Standard est nul. Il s'est arrêté de fonctionner le 5 décembre 2000 en annonçant le malaise d' Ivic! Donc, en rentrant dans le vestiaire, au petit matin, c'est en voyant la tête des kinés que Preud'homme comprend si une armoire de plus a été vidée durant la nuit. Quand on compare les deux coaches, Anthuenis joue sur le velours... même si on se demande si Anderlecht n'aurait pas pu faire une proposition impossible à refuser à Koller. Preud'homme, c'est autre chose. En arrivant au Standard, il avait la certitude qu'on allait lui demander son avis pour composer le noyau. On peut se demander ce qu'il en pense maintenant. Preud'homme à l'OM?C'est dommage, car Preud'homme a de belles idées. Mais chut, si on les ébruitait, Tapie risquerait de le prendre comme directeur de son centre de formation... Si on peut faire confiance à Anderlecht pour avoir tenté de limiter les dégâts causés par les départs de ses Dalton ( Joe Radzinski, Jack Dheedene, William Goor et Averell Koller), surtout si Anthuenis choisit le 4-4-2, il y a de quoi se lamenter à Sclessin qui voit partir tout le 20e de Cavalerie! On comprend que les supporters des Rouches râlent... mais pas qu'ils se transforment en casseurs. Pourquoi Robert Louis-Dreyfus ne lève-t-il pas le malentendu en disant que c'est le Standard qui doit aider Marseille et pas l'inverse... Mais bon, reste à voir si les semaines folkloriques d'avant-championnat peuvent donner de réelles indications sur la vérité de la compétition elle-même. A ce propos, réservez votre numéro spécial compétition du 8 août chez votre libraire! Sans ça, vous serez aussi perdu qu'un entraîneur sans noyau complet.Rogge, un marin sur l'Himalaya.Jacque Rogge a été élu président du Comité Olympique International. Il est seul au sommet de l'Himalaya. Un vent d'enfer et des à pics glacés tout autour de lui. Seul face aux pressions politiques, à l'argent des sponsors, aux folies des dopeurs et aux caprices des télés. Rogge est un marin olympien, devenu chirurgien et fait chevalier par notre monarchie. Un parcours de légende. Il était né pour ça. Le don du courage et le cadeau de l'intelligence supérieure. Enfin, un grand dirigeant qui fait l'unanimité auprès des sportifs. Son métier lui a imposé une hygiène de tous les instants, mais il sera bientôt visé par des gens qui essayeront de le salir. S'il réussit à rester clean et à trouver ceux et celles qui épouseront ses idées, il pourrait devenir le plus grand dirigeant du nouveau millénaire. Un Belge. C'en est émouvant. Il ne va plus opérer mais vivre seulement dans les avions et les hôtels. Une vie de chien? Non, il en redemande. Pendant les Jeux, il veut loger au Village Olympique. C'est merveilleux. On croit rêver. Un Belge qui ne fait pas de compromis. Armstrong est hallucinant.On a du mal à imaginer Armstrong affaibli par un cancer menaçant d'être mortel il y a quelques années. Champion du monde, cancéreux et puis superchampion. Ce n'est pas sa maladie qui l'a rendu fort, il l'était déjà avant. Mais à ce point! Je sais, j'ai l'air suspicieux mais je n'en peux rien, c'est comme ça. Je crains que l'on trouve un jour plus de choses à redire à son égard qu'à celui de Rogge. Si cela arrivait, ce serait dommage, mais c'est pour ça aussi que notre monde a besoin de gens comme Rogge. John Baete