" Je me marre quand on raconte qu'il n'y a plus de backs en Belgique. J'ai l'impression que les entraîneurs n'ont plus les yeux en face des trous. Dans chaque effectif, il y a des joueurs, qui ne trouvent pas leur voie dans la ligne médiane ou en pointe mais susceptibles de trouver leur bonheur dans la sphère défensive. J'étais moi-même un ailier avant de reculer avec bonheur dans le jeu. Eric Gerets était attaquant au Standard quand le coach Vlatko Markovic ...

" Je me marre quand on raconte qu'il n'y a plus de backs en Belgique. J'ai l'impression que les entraîneurs n'ont plus les yeux en face des trous. Dans chaque effectif, il y a des joueurs, qui ne trouvent pas leur voie dans la ligne médiane ou en pointe mais susceptibles de trouver leur bonheur dans la sphère défensive. J'étais moi-même un ailier avant de reculer avec bonheur dans le jeu. Eric Gerets était attaquant au Standard quand le coach Vlatko Markovic lui a dit : - Si tu le veux, tu deviendras un grand arrière droit. Je pourrais multiplier les exemples mais cette habitude se perd et je le regrette. A Anderlecht, Roland Juhasz exploite bien son passé d'attaquant. Guillaume Gillet préfère ne pas évoluer à l'arrière droit. C'est à l'époque où il jouait à Gand que Georges Leekens le plaça dans ce secteur. Même si la greffe n'a pas pris, c'était quand même une bonne idée. Cette problématique me fait penser à deux spécialistes du couloir que j'ai coachés à Seraing dans les années '80 : Freddy Luyckx et Patrick Gorez. Ex-ailier, Luyckx avait commencé à décrocher au RWDM avant que mon regretté ami Yves Baré l'installe pour de bon à l'arrière droit à Seraing : un tir en pleine cible, une réussite totale. Successeur de Baré au Pairay, j'ai confirmé Luyckx à sa place et nous avons travaillé : débordements, qualité des centres, couvertures, combinaisons avec la ligne médiane, etc. Freddy était rapide et il a tiré profit de mes conseils et de ceux de Baré, ex-back droit comme moi (même s'il a souvent joué à gauche). Patrick était différent, plus polyvalent, plus doué techniquement mais moins rapide. Gorez était un milieu de terrain de formation qui s'est totalement affirmé à l'arrière gauche. Le Hennuyer était un joyeux drille et un joueur madré sur le terrain : aucun adversaire ne lui jouait la sérénade. Freddy et Patrick étaient bien protégés par Marinko Rupcic et Marc Grosjean au coeur de la défense et par une ligne médiane formée par Jens Bertelsen, Henri Bernadi et Ido Cremasco. Il est important que les backs aient la fibre offensive car, aujourd'hui, plus que jamais, ces débordeurs sont des créateurs d'espaces. De nos jours, avec leurs atouts, Luyckx et Gorez seraient internationaux les doigts dans le nez. Le Standard, Anderlecht et le Club Bruges disposent désormais de centres d'entraînement de haut de gamme qui devraient faciliter le recyclage de certains joueurs. Au Pairay, Luyckx et Gorez ont réussi leur mue dans des conditions infiniment plus difficiles. "PIERRE BILIC