Une légende raconte qu'à son arrivée à Lille quand il avait quatorze ans, Eden Hazard a demandé s'il était possible de suivre des cours d'espagnol. Pour pouvoir se débrouiller dans cette langue le jour où il jouerait au Real. Pas étonnant, dès lors, qu'il ait lâché ceci en mettant le pied à Madrid : " Je rêve de ce moment depuis que je suis gosse. " Mais plus le temps passe, plus le rêve se transforme en cauchemar.
...

Une légende raconte qu'à son arrivée à Lille quand il avait quatorze ans, Eden Hazard a demandé s'il était possible de suivre des cours d'espagnol. Pour pouvoir se débrouiller dans cette langue le jour où il jouerait au Real. Pas étonnant, dès lors, qu'il ait lâché ceci en mettant le pied à Madrid : " Je rêve de ce moment depuis que je suis gosse. " Mais plus le temps passe, plus le rêve se transforme en cauchemar. Il y a eu, dans l'ordre, son problème de surpoids, ses débuts difficiles, le coup sur la cheville asséné par Thomas Meunier en Ligue des Champions et toutes les complications qui ont suivi. La cheville droite d'Eden est-elle devenue son talon d'Achille ? Tout a commencé à un entraînement des Diables en juin 2017, quand il s'est fracturé cette cheville. Il a été opéré et on lui a posé une plaque en titane. Il a fait son retour avec Chelsea en septembre, et cette saison-là, il a joué sans problème 52 matches avec les Blues. Puis il a enchaîné avec une Coupe du monde de gala. Mais les chevilles des footballeurs n'arrêtent pas de pivoter, et c'est encore plus vrai dans le cas de notre numéro 10, dont la rotation balle au pied est une marque de fabrique. La plaque en titane peut provoquer des petites fissures de l'os. Dès qu'une microfissure est détectée, le meilleur traitement est le repos. Hazard s'est donc arrêté, mais quand il a fait une rechute après seulement deux matches en février de cette année, il ne restait plus que l'option de l'opération. En mars, il est donc passé sur le billard et le scalpel d'un chirurgien réputé au Texas. On n'a jamais su en quoi l'opération avait exactement consisté, mais il semblerait que la plaque en titane ait été enlevée et remplacée par une autre. Et depuis cette intervention, on n'a plus jamais revu l'Eden Hazard des grands soirs. Quand il a repris en championnat d'Espagne, en juin, il était clairement en manque de confiance. La peur d'une nouvelle rechute jouait certainement un rôle. Et il était incapable d'enchaîner les matches. Aujourd'hui, c'est une blessure musculaire qui le tient à l'écart après un nouveau début de saison raté. Sur les réseaux sociaux, certains comparent déjà Hazard à Kaká et Gareth Bale, devenus des joueurs en porcelaine dès leur arrivée à Madrid. Mais Zinédine Zidane continue à y croire : " Je suis positif. Sa blessure musculaire s'explique par la masse de travail qu'il a accumulée pour revenir. " Il est clair que Zizou ne va de toute façon pas lâcher le Diable à partir du moment où il a fait le forcing pour l'attirer au Real. On raconte que le président Florentino Pérez n'a jamais été un fan inconditionnel de Hazard, et qu'il ne trouvait pas son transfert nécessaire. Les stats d'Eden lors de sa première saison espagnole (un but et sept assists) ne sont pas de nature à le faire changer d'avis par rapport au transfert entrant le plus cher de l'histoire de son club. Et le fait que, pour la deuxième fois d'affilée, il se soit présenté en surpoids à la reprise des entraînements n'aide pas à améliorer la perception que l'on a de lui. Du grain à moudre pour une partie des médias espagnols, qui pensent que Hazard n'a pas les bonnes habitudes alimentaires et ne se soigne pas comme il devrait le faire. Aussi longtemps qu'Eden Hazard ne sera pas au top avec le Real, ces histoires continueront à circuler. Il ne faut pas oublier qu'il est arrivé avec l'étiquette du joueur qui devait réinsuffler de la vie à la Casa Blanca après le départ de Cristiano Ronaldo et une saison 2018-2019 catastrophique. Le capitaine des Diables, qui aura trente ans en janvier prochain, n'a pas encore su répondre aux attentes. Un chroniqueur espagnol affirme qu'il doit se réjouir que les matches de Liga se disputent toujours sans public. Sans ça, il aurait peut-être été sifflé par les exigeants supporters de Bernabéu. Et ça, ce serait une première dans son parcours.