Roulers est une dynamique ville commerciale au c£ur de la Flandre-Occidentale, sur l'axe Courtrai û Bruges. Elle compte 55.000 âmes. Ne demandez pas à Mik Deraeve, vice-président et sponsor principal, ce que le KSV vient faire en D1 :" C'est le genre de question dépassée, qui dégage une aura de négativisme. C'est dommage. Notre région jouit d'une économie florissante et nous connaissons beaucoup de gens qui nous gréent bien ce succès car ils savent comment nous travaillons. Le club a accumulé une dette énorme la première année qui a suivi la fusion. Heureusement, la vente de quelques joueurs, Dieter Dever, Pieterjan Monteyneet ManasehIshiaku, l'a réduite de moitié. Ensuite, nous nous sommes sérieusement occupés de la comptabilité et nous n'avons ...

Roulers est une dynamique ville commerciale au c£ur de la Flandre-Occidentale, sur l'axe Courtrai û Bruges. Elle compte 55.000 âmes. Ne demandez pas à Mik Deraeve, vice-président et sponsor principal, ce que le KSV vient faire en D1 :" C'est le genre de question dépassée, qui dégage une aura de négativisme. C'est dommage. Notre région jouit d'une économie florissante et nous connaissons beaucoup de gens qui nous gréent bien ce succès car ils savent comment nous travaillons. Le club a accumulé une dette énorme la première année qui a suivi la fusion. Heureusement, la vente de quelques joueurs, Dieter Dever, Pieterjan Monteyneet ManasehIshiaku, l'a réduite de moitié. Ensuite, nous nous sommes sérieusement occupés de la comptabilité et nous n'avons pratiquement plus de dettes. Sous la présidence de Luc Espeel, un ancien stoppeur, chef des Constructions Espeel, la masse salariale a été ramenée à un tiers. Le club VIP, une des bonnes idées de l'ancien président, Roger Havegeer, est passé de 34 à 58 membres, presque tous des chefs d'entreprise. Nous recrutons aussi beaucoup de joueurs parmi nos équipes d'âge. L'entraîneur et le manager sont fantastiques. Tout le club s'appuie sur des gens bien, qui tirent à la même corde ". Le KSV Roulers a un budget de 1,2 million mais les sponsors actuels seraient prêts à faire un geste et d'autres parraineurs devraient rejoindre le club, d'après Mik Deraeve, chargé de l'élargissement de la cellule commerciale. Un de ces sponsors n'est autre que Cofra, présent sur tous les terrains de Série A en Italie. Deraeve est un self made man qui a repris une fabrique de gants il y a vingt ans pour en faire le Midera Safety Group, fabricant et fournisseur de moyens de protection personnels avec un chiffres de 60 millions d'euros. Il rit : " J'ignore le montant du prochain budget. Nous devrions atteindre 2,5 millions sans problème puisque les droits TV peuvent rapporter un million à eux seuls ". Le club s'appuie sur des bénévoles. Le manager Luc Devroe s'occupe des transferts, des sponsors mais aussi de la billetterie et de l'entretien du terrain. Il va désormais se consacrer au seul aspect sportif, dès que le club aura engagé un manager commercial. Mik Deraeve est optimiste. La montée de Zulte-Waregem, non loin, bientôt suivi, peut-être, par le KV Courtrai, ne l'effraie pas. " L'idéal eût été une fusion avec Ingelmunster et Izegem, compte tenu des sponsors de ces clubs. Ingelmunster a rejoint Harelbeke mais voyez ce qu'il en est advenu ! Une fusion entre Ingelmunster et Roulers était une bonne idée car nous étions tous deux en D2, sans progresser, et qu'il fallait rembourser une dette. Maintenant, nous n'avons plus besoin de fusion. Nous avons les mêmes atouts économiques que Courtrai et Waregem. Je crois en notre maintien. Nous devons nous occuper de nous, pas regarder les autres. C'est chacun pour soi. Je ne crois pas en une grande fusion car la mentalité de Roulers est différente de celle de Courtrai ". Il nie avoir injecté un million dans le club et avoir ainsi forcé sa montée. Il n'est pas le Roman Abramovich de Roulers. " On raconte aussi que j'aurais acheté AlinStoica mais un chef d'entreprise n'a pas à acquérir de joueurs. Voici mon point de vue : quand on a une société comme la mienne, on doit faire quelque chose pour la région, y compris pour les 450 jeunes joueurs. Le social n'est pas un vain mot ". Le stade est sis le long du ring, sur le domaine Schiervelde, près des Halles et du complexe où se produisent les volleyeurs de Knack Roulers. Les places de parking ne manquent pas. En revanche, il faudra rénover l'enceinte. Seule la tribune principale est équipée de places assises. La capacité va être réduite de 12.000 à 8.836 places, pour la sécurité. Le Schiervelde appartient à la Ville. Si elle construit un temple du volley pour dix millions, pourquoi ne moderniserait-elle pas le stade de foot ? " Notre collaboration est parfaite ", précise Mik Deraeve. " La Ville nous a déjà équipés de quatre nouveaux terrains et d'un bloc sanitaire qui a coûté deux millions ".