La direction des Mauves a flashé sur Nana Asare mardi dernier et a pris contact avec son manager. A l'occasion du huitième de finale de coupe entre le Kavé et le RSCA, le Ghanéen en avait fait voir de toutes les couleurs à l'équipe bruxelloise. Notamment sur le deuxième but quand, au départ de son camp, il avait affolé le flanc droit du Sporting avant de délivrer un centre pour Joachim Munu...

La direction des Mauves a flashé sur Nana Asare mardi dernier et a pris contact avec son manager. A l'occasion du huitième de finale de coupe entre le Kavé et le RSCA, le Ghanéen en avait fait voir de toutes les couleurs à l'équipe bruxelloise. Notamment sur le deuxième but quand, au départ de son camp, il avait affolé le flanc droit du Sporting avant de délivrer un centre pour Joachim Mununga, qui signa le but de la victoire. Bart Goor transféré au Germinal Beerschot et Jelle Van Damme souvent blessé, Anderlecht ne baigne pas dans l'opulence en matière de gauchers. Et comme Olivier Deschacht ne livre pas une saison à l'abri de tout reproche, on peut comprendre l'intérêt du leader pour un garçon de 22 ans lié jusqu'en 2011 à Malines. Cela dit, Lucien D'Onofrio, le boss du standard, apprécie aussi beaucoup ce joueur et tout le monde sait que Dante est parti à l'intersaison... Asare, international ghanéen, a débuté à 12 ans dans la filiale de Feyenoord dans son pays et joua une saison à l'Antwerp (2004-2005) avant d'arriver à Malines. Voici quelques mois, le Club Bruges, le Racing Genk et le Germinal Beerschot s'étaient informés pour lui. Hors frontières, le Dinamo Bucarest, drivé par l'ancien Standardman Mircea Rednic fut très intéressé. " Mon latéral gauche international Cristian Pulhac était blessé et je voulais Asare ", dit le coach roumain. " Finalement, j'ai dû me rabattre sur le jeune Ivoirien Zie Diabaté. Asare avait tenu à rester à Malines. Je regrette que le deal avec le jeune Africain n'ait pu se faire. Et je pense aussi que lui s'en mordra les doigts s'il ne changeait pas de club : il survole les débats. Pour s'étoffer, il doit se frotter à des joueurs d'un autre calibre. Il a une fameuse marge de progression : il est rapide, doué techniquement et a une bonne passe dans les pieds. Il me fait penser un peu au Nigérian Celestine Babayaro, qui fit les beaux jours d'Anderlecht avant de réussir à Chelsea puis Newcastle. Asare n'est peut-être pas des plus robustes non plus, mais ne s'en laisse jamais conter, même contre un plus costaud. Il est promis à un bel avenir. " BRUNO GOVERS ET FREDERIC VANHEULE