En déplacement, Ostende ne s'est imposé que lors de la première journée, sur le terrain... d'Anderlecht. Dans les dix autres matches à l'extérieur, il n'a récolté qu'un petit point à Courtrai. Le calcul est simple : le bilan du club est de 4 sur 33. Mais c'est une autre affaire dans ses dix matches à domicile. En bord de mer, le KVO a récolté 14 points sur 30, en battant le Cercle Bruges, son principal concurrent pour le maintien, Malines, Anderlecht (une fois de plus ! ) et La Gantoise, tout en arrachant des nuls face à Mouscron et l'Antwerp. La Versluys Arena va-t-elle faire la différence ? C'est bien possible. À domicile, Ostende affiche un bilan de 16 buts marqués pour 18 encaissés, mais à l'extérieur, l'équipe n'a insc...

En déplacement, Ostende ne s'est imposé que lors de la première journée, sur le terrain... d'Anderlecht. Dans les dix autres matches à l'extérieur, il n'a récolté qu'un petit point à Courtrai. Le calcul est simple : le bilan du club est de 4 sur 33. Mais c'est une autre affaire dans ses dix matches à domicile. En bord de mer, le KVO a récolté 14 points sur 30, en battant le Cercle Bruges, son principal concurrent pour le maintien, Malines, Anderlecht (une fois de plus ! ) et La Gantoise, tout en arrachant des nuls face à Mouscron et l'Antwerp. La Versluys Arena va-t-elle faire la différence ? C'est bien possible. À domicile, Ostende affiche un bilan de 16 buts marqués pour 18 encaissés, mais à l'extérieur, l'équipe n'a inscrit que 6 pions et son gardien - d'abord William Dutoit puis Fabrice Ondoa - s'est retourné à 23 reprises. Dans quelle mesure tout cela est-il dû au soutien du public ? Cette saison en tout cas, les joueurs n'ont pas été hués. Quid de l'affluence ? La moyenne est d'environ 5.000 spectateurs par match. C'est peu, mais la direction est lasse qu'on le lui rappelle sans cesse. Ce n'est pas une publicité idéale pour convaincre un nouvel investisseur. Le long du littoral, on insiste aussi à juste titre sur le fait que d'autres clubs font encore moins bien : Eupen (3.361), Waasland-Beveren (3.673), le Cercle Bruges (4.463) et Mouscron (4.521). Contre le FC Malines et le voisin du Club Bruges, pendant les grandes vacances, l'arène ostendaise a accueilli 6.700 spectateurs. Mais contre Eupen et Charleroi, elle n'a pas attiré la moitié d'entre eux. Même contre La Gantoise, elle n'a recensé que 4.503 supporters locaux, alors que l'Opération Sauvetage prenait forme. Elle peut même être déterminante le week-end prochain puisque Ostende reçoit Waasland-Beveren, qui compte un point de moins, alors que le Cercle Bruges, qui a sept points de retard, reçoit la machine de guerre anversoise de Laszlo Bölöni. Une marge de dix points après la 22e journée représente un matelas confortable et Dennis van Wijk ne pouvait espérer meilleur départ. Kare Ingebrigtsen a reconnu que l'incertitude financière et sportive pesant sur Ostende avait joué un rôle important dans sa fuite à Nicosie et que cette situation minait le moral des joueurs depuis des mois. Une belle avance devrait donc libérer les joueurs, du moins sur le plan sportif. Restera au président Franck Dierckens à trouver un ou deux millions pour reconduire la licence professionnelle du KV Ostende. Ostende a pris un bon départ avec neuf points sur quinze. Une fois Ante Palaversa indisponible, l'équipe s'est effondrée, avec un trois sur trente à la clef. Mais dès que le médian croate de 19 ans a réintégré le onze de base, Ostende a pris six unités contre Anderlecht et Gand. Enrôlé la saison passée, le meilleur buteur d'Albanie n'a marqué que cinq buts à Ostende. Sindrit Guri a trouvé deux fois le chemin des filets lors du premier match à domicile de sa deuxième saison mais sa renaissance a été de courte durée. C'est un cas unique dans notre championnat cette saison : en 21 sorties, Ostende n'est pas encore parvenu à marquer une seule fois depuis l'extérieur de la surface adverse. Tout ça malgré 93 tentatives à distance. En souffrance à distance, les Côtiers doivent s'approcher du but adverse pour trouver le chemin des filets. Une épreuve visiblement tout aussi délicate à en croire les 3,74 corners obtenus par match, plus faible total de D1A. Avoir le ballon n'était visiblement pas la priorité de Kare Ingebrigtsen, désormais ex-entraîneur d'Ostende. Sous les ordres du Norvégien, le KVO affichait la possession moyenne la plus basse de l'élite avec 42,3%.