Onze points en quatorze matches, un nul contre Mouscron devant 4.192 supporters et une 14e place. Ostende est dans de sales draps. Patrick Orlans, le directeur général, habituellement combatif, joue plutôt les Calimero. Il a vécu la période de haute conjoncture sous MarcCoucke et reconnaît qu'après le départ de l'homme d'affaires, Ostende a connu deux années difficiles mais " qu'on joue trop sur l'homme ".
...

Onze points en quatorze matches, un nul contre Mouscron devant 4.192 supporters et une 14e place. Ostende est dans de sales draps. Patrick Orlans, le directeur général, habituellement combatif, joue plutôt les Calimero. Il a vécu la période de haute conjoncture sous MarcCoucke et reconnaît qu'après le départ de l'homme d'affaires, Ostende a connu deux années difficiles mais " qu'on joue trop sur l'homme ". Or, entre deux comptes rendus sur la quête d'argent liquide pour reconduire la licence, un quotidien a écrit qu'il gagnait 40.000 euros par mois. " On est trop négatif : l'ambiance est toujours bonne, les gens s'attardent après les matches et nous gardons la tête hors de l'eau. " 200 personnes ont dîné au stade. Et assisté à un festival de mauvaises passes, ponctué d'un nul alors que ses rivaux du bas de classement ont pris les trois points. Ce n'est pas l'idéal pour entamer la trêve internationale mais c'était aussi le cas en octobre, après un revers 3-1 contre Waasland-Beveren. Pourtant, Kare Ingebrigtsen a accordé quatre jours de congé aux joueurs et est retourné en Norvège... Franck Dierckens, le président et actionnaire principal, n'a pas apprécié. Le KV encaisse des buts évitables, son jeu de position est déficient, il ne s'entraîne qu'une fois par jour, le matin. Il a prévenu que le stage hivernal en Espagne serait réservé aux personnes sportivement impliquées et que le rapport qualité-prix serait adapté au budget du club. " Évidemment, il faudra travailler dur, deux fois par jour. Ce ne sont pas des vacances. " Le KVO a bien entamé la saison, avec un 9 sur 15, un concept clair, un coach à l'optimisme contagieux. Andrew Hjulsager et Ronald Vargas se sont blessés dès la deuxième journée : le Danois n'avait disputé que deux matches complets au Celta Vigo la saison passée et le Vénézuélien est fragile. La révélation du début de saison, Ante Palaversa, a été fauchée par Rob Schoofs lors de la cinquième journée. Le Croate vient à peine de remonter sur le terrain. Or, il est crucial : il est le seul médian défensif et le relais entre l'attaque et la défense. Comme Renato Neto n'en touche pas une, Ingebrigtsen n'a pas beaucoup d'options. Ostende a encaissé 29 buts, dont 10 sur phase arrêtée. Seuls Waasland-Beveren (30) et le Cercle Bruges (36) font pire. Quatre équipes ont marqué moins que le KVO (17) : Eupen (13), Waasland-Beveren (13), le Cercle (13) et Saint-Trond(16 avec un match de moins). Vendredi, Ostende se déplace au Club puis reçoit Anderlecht. Il lui restera trois déplacements (Eupen, Malines et Charleroi) et un match contre Gand avant la trêve. L'opération maintien débutera en janvier, à neuf matches du terme, sans renfort, a confié le directeur sportif Guy Ghysel. Malgré un budget de 15 millions, le KVO doit réduire ses frais. Il s'est débarrassé de Richairo Zivkovic et de Zarko Tomasevic mais pas du plus gros salaire, Nicolas Lombaerts. Fernando Canesin arrive en fin de contrat mais combien de temps le club se maintiendra-t-il s'il économise sur le talent ? Le club continue à payer tout le monde correctement mais il doit trouver une solution structurelle pour obtenir sa licence. Dierckens l'a sauvé en début d'année en procédant à une augmentation de capital mais ne remettra pas le couvert. Un nouvel investisseur constitue la seule option mais ceux-ci attendent le deal que le club pourra conclure avec Coucke, qui perçoit un loyer de 1,2 million par an sur la tribune principale, qu'il a financée. Le KVO est disposé à racheter cette tribune car l'emprunt sera moins coûteux que la location. La semaine passée, Coucke semblait enclin à accepter et donc à éviter la faillite au club. En attendant, le club organise toutes sortes d'activités très éloignées du football : une fête de la bière, une bourse horeca, une représentation de Luc Steeno... Ostende fait penser au Titanic. L'orchestre continue à jouer alors que le navire coule...