Osasuna a été la révélation du premier tour. Les joueurs de Navarre ont passé le réveillon en fêtant leur quatrième place au classement général. Si le championnat s'était arrêté le 31 décembre, ils auraient eu la garantie de participer au tour préliminaire de la Ligue des Champions. Un exploit pour ce petit club plus habitué à lutter contre la relégation qu'à regarder vers le haut.
...

Osasuna a été la révélation du premier tour. Les joueurs de Navarre ont passé le réveillon en fêtant leur quatrième place au classement général. Si le championnat s'était arrêté le 31 décembre, ils auraient eu la garantie de participer au tour préliminaire de la Ligue des Champions. Un exploit pour ce petit club plus habitué à lutter contre la relégation qu'à regarder vers le haut. " Plusieurs raisons peuvent expliquer notre progression ", estime l'entraîneur mexicain JavierAguirre. " D'abord, les joueurs et moi avons gagné une année d'expérience par rapport à la saison dernière. En outre, peu de changements sont intervenus au sein de l'effectif. Nous avons pris confiance en nos possibilités, nous maîtrisons mieux nos systèmes de jeu et nous nous connaissons mieux ". Pourtant, Osasuna a conservé sa marque de fabrique. " Il est clair qu'au fil des ans, cette équipe a développé un style propre ", poursuit Javier Aguirre. " Le club est issu d'une école où la volonté, le courage et l'esprit de combat sont des vertus premières. C'est une caractéristique des gens de Navarre, et ceux qui débarquent de l'étranger s'en aperçoivent très vite. Ils s'adaptent. Si, en plus de ces qualités de base, on peut ajouter la pratique d'un beau jeu, tout le monde sera comblé ". Se déplacer à El Sadar, le stade de Pampelune, n'est jamais une partie de plaisir. " Nos joueurs sont généralement hyper motivés. Le public est très proche de la pelouse. Souvent, il pleut, il fait froid. Tout cela fait que l'adversaire n'apprécie guère de venir chez nous ". Malgré les performances inespérées d'Osasuna, l'entraîneur mexicain veut la jouer modeste : " Je signerais des deux mains pour terminer à la dixième place ", affirme-t-il. " Pourquoi la dixième ? Parce que, la saison dernière, nous avions terminé... onzièmes et qu'il faut toujours essayer de progresser ". Javier Aguirre a lui aussi plaidé sa cause et beaucoup pensent qu'il ne tardera pas à être appelé à des destinées supérieures. " Je n'y songe pas encore. Entraîner une équipe du haut du tableau, c'est une situation nouvelle pour moi. Je dois encore m'y habituer. Je n'oublie pas qu'Osasuna est l'équipe qui m'a ouvert les portes de la Liga espagnole. C'est le club qui me donne à manger, à moi et à ma famille. Je ne partirai pas comme un voleur ". (D. Devos) ZINEDINE ZIDANE a déclaré au quotidien madrilène Marca que le Real Madrid serait son dernier club. Son contrat s'achève en juin 2005. Il pourrait faire ses adieux à l'équipe de France après l'EURO. SANTANDER a échappé de peu à la dissolution pour raisons économiques durant la trêve. JUAN JOSE HIDALGO a démissionné de son poste de président de Salamanque, un club qui évolue désormais en D2 et qu'il abandonne avec un passif de 14 millions d'euros. BUTEURS : 1. Ronaldo (Real) 14 buts ; 2. Torres (Atletico), Salva (Malaga), Mista (Valence), Raul (Real) 9.D. Devos