Cela n'est pas une nouveauté : les Français ont conquis Charleroi. Depuis que Mogi Bayat s'occupe des destinées sportives du club, le Sporting se fournit en joueurs dans l'Hexagone. Cela ne coûte quasiment rien et s'avère souvent gagnant. Tant sportivement grâce à la plus-value apportée par les Fabien Camus, Bertrand Laquait, Sébastien Chabaud et Cyril Théréau que financièrement comme en attestent les reventes de Théréau, Camus ou Torben Joneleit. Depuis quelques années, cela s'est compliqué pour les Carolos car d'autres clubs, comme Mons, Courtrai et Zulte Waregem se sont jetés sur le marché. Les arrivées sont toujours aussi prolifiques mais la réussite n'est pas toujours au rendez-vous ( Steeve Théophile, Michaël N'Dri ou Gérald Forschelet notamment).
...

Cela n'est pas une nouveauté : les Français ont conquis Charleroi. Depuis que Mogi Bayat s'occupe des destinées sportives du club, le Sporting se fournit en joueurs dans l'Hexagone. Cela ne coûte quasiment rien et s'avère souvent gagnant. Tant sportivement grâce à la plus-value apportée par les Fabien Camus, Bertrand Laquait, Sébastien Chabaud et Cyril Théréau que financièrement comme en attestent les reventes de Théréau, Camus ou Torben Joneleit. Depuis quelques années, cela s'est compliqué pour les Carolos car d'autres clubs, comme Mons, Courtrai et Zulte Waregem se sont jetés sur le marché. Les arrivées sont toujours aussi prolifiques mais la réussite n'est pas toujours au rendez-vous ( Steeve Théophile, Michaël N'Dri ou Gérald Forschelet notamment). Cette saison, les Français forment plus que l'ossature de l'équipe, à tel point qu'il devient compliqué de trouver six Belges pour remplir la feuille de match et coller au règlement. Faisons connaissance avec la colonie française. Il vient d'où ? Amiens, mais a surtout brillé comme numéro deux à Lens où il eut l'occasion de disputer la coupe d'Europe. Il est arrivé comment ? La descente d'Amiens en National ne lui convenait pas et alors que son manager Christophe Hutteau négociait pour Maxime Brillault, il a avancé le nom de Chabbert en remplacement de Laquait. Les deux parties sont rapidement tombées d'accord. D'autant plus que Chabbert connaissait Mogi Bayat de l'époque de Cannes et Majid Oulmers de celle de Lens. Et sa saison ? Venu chercher du temps de jeu après plusieurs pépins physiques, il a obtenu ce qu'il désirait. Des grosses prestations (notamment contre le Standard) lui ont permis de s'ériger en digne successeur de Laquait. Mais ses dernières sorties kamikazes (à Genk et contre Courtrai) et sa pauvre prestation contre Courtrai ont mis en lumière quelques faiblesses. A cependant largement réussi son examen de passage. Il vient d'où ? Hyères, Il est arrivé comment ? Il ne devait pas aboutir à Charleroi. Son agent, Vincent Milioni, le fils du roi du boudin, Gianni Milioni, très proche du Sporting à la fin de l'ère Spaute, l'a d'abord placé en test à Couillet mais il ne fut pas repris. Il a finalement abouti chez les Espoirs du Sporting avant de passer dans le noyau A. Il fut prêté au Brussels et à Namur avant de revenir au Sporting où, jusqu'à présent, ses apparitions se limitent à peau de chagrin : 1 minute de jeu à Saint-Trond. Et sa saison ? A 21 ans, il tarde à devenir un élément du onze de base. N'a jamais débuté une rencontre et cette saison risque bien d'être pourrie puisqu'il fut blessé gravement au bras et au dos et est out au moins jusqu'au début du deuxième tour. Il vient d'où ? Amiens. Il est arrivé comment ? Lui non plus n'était pas satisfait par la descente d'Amiens en National. Alors qu'il avait quelques touches en France, son agent Hutteau (le même que Chabbert) et Théréau qu'il avait côtoyé à Orléans l'ont poussé à choisir Charleroi. Pendant ce temps, l'attaquant faisait le même lobbying auprès des dirigeants carolos. Et sa saison ? Il a eu beaucoup de mal à rentrer dans la compétition belge. On le pensait parti après la prestation contre le Standard et la victoire à Roulers mais il a sans doute rendu sa moins bonne copie à Genk où une carte jaune et une légère gêne musculaire l'ont empêché de donner le maximum. Titulaire à neuf reprises et blessé le week-end dernier, il n'a pour le moment pas encore réussi à convaincre le Mambourg, mais son intelligence de jeu devrait pouvoir le conduire à une place d'incontournable dans l'axe défensif. Il vient d'où ? Montpellier Il est arrivé comment ? Alors qu'il restait sur une bonne saison à Montpellier (alors en Ligue 2) et qu'il venait d'être élu meilleur défenseur du Festival de Toulon (qui regroupe les équipes espoirs de plusieurs nations), Chakouri avait décidé de ne pas prolonger son contrat. Ce qui lui a valu quatre mois de banc à Montpellier. En janvier 2004, son agent, Jacques Crouzel, lui a parlé de Charleroi. Crouzel connaissait bien le club pour y avoir placé Rémi Sergio, Mickaël N'Dri et Cyril Théréau. Après un prêt d'un an, l'option d'achat fut levée. Chakouri espérait se servir de Charleroi comme tremplin mais est toujours lié au Sporting. " Il est quand même fort, ce Mogi ", déclara-t-il en fin de saison dernière. Et sa saison ? Après de bonnes et de moins bonnes passes, Chakouri s'est définitivement établi au poste d'arrière droit, succédant au capitaine Frank Defays. Peut apporter de bonnes choses, notamment quand il se décide à pointer le nez à la fenêtre sur le plan offensif mais il lui manque un match référence pour convaincre les derniers sceptiques. Et ce n'est pas contre Courtrai (où il fut sorti à la mi-temps) qu'il marqua des points. Il vient d'où ? Lille Il est arrivé comment ? Issu du centre de formation de Lille, il n'entrait plus dans les plans de Rudi Garcia, l'entraîneur du LOSC. Suivi depuis plusieurs saisons par Charleroi, il a profité de la bonne entente entre les deux directions, depuis les transactions Dante et Chris Makiese, pour sortir de l'ornière de la CFA. C'est son agent, Yvan Lemée qui a finalisé le prêt d'un an assorti d'une option d'achat. Et sa saison ? Il a supplanté Ibrahima Diallo sur le flanc gauche mais ne s'est jamais montré convainquant. Essayé dans l'axe de la défense (sa meilleure place) contre Courtrai, il a montré plus de qualités. A revoir. Il vient d'où ? Guingamp Il est arrivé comment ? Le Français, d'origine guinéenne Ibrahima Diallo est également issu de la filière française puisque Charleroi a été le chercher à Guingamp. Lui aussi fut suivi plusieurs années par la cellule de recrutement du Sporting. D'abord à Créteil, puis à Rouen et c'est en août 2006 qu'il aboutit à Charleroi, après une saison peu fructueuse à Guingamp. Appelé à remplacer Dante, il fournira quelques belles rencontres avant de sombrer petit à petit. En 2007, il entre en conflit avec les dirigeants et force son transfert, brossant la reprise mais comme personne ne fit appel à ses services, il revint dare-dare à Charleroi où Mogi Bayat l'accueille à bras ouverts... avec un contrat revu à la baisse. Et sa saison ? Il semblait enfin avoir acquis un statut de titulaire mais il est rentré dans ses travers (alternant le bon et le moins bon) et a subi la concurrence de Peter Franquart, arrivé en fin de mercato. Est réapparu dans l'équipe contre Courtrai. Il vient d'où ? Nancy Il est arrivé comment ? Fait partie de la première vague française (un an après Oulmers, et la même saison que Laquait). Celle qui fut sans doute la plus marquante. Repéré lorsqu'il était à Cannes, coéquipier de Laquait à Nancy, il est arrivé avec le gardien français en janvier 2003. S'est tout de suite acclimaté et a longtemps été un pion indéboulonnable dans l'entrejeu. Après une parenthèse à Tarragone et au Germinal Beerschot, il est revenu au Sporting. Et sa saison ? Comme la saison passée, il doit se contenter d'un statut de remplaçant de luxe, suite à l'éclosion d' Adlène Guédioura. Certains disent que ses opérations au genou ne lui permettent plus de développer le volume de jeu qui était le sien à l'époque de Mathijssen. Pourtant, il a toujours répondu présent quand on faisait appel à lui. Il vient d'où ? Racing Paris Il est arrivé comment ? Si son nom circulait depuis qu'il avait joué à Beauvais, c'est lors d'une mission de scouting de Raymond Mommens que Christ se fait remarquer. Pourtant, au départ, Mommens venait voir Abdallah Kharbouchi. Et sa saison ? On attendait beaucoup de lui après son prêt à Duisbourg. Les départs de plusieurs leaders l'obligent à prendre ses responsabilités. Ce qu'il fait... quand il est dans un bon jour. Car, son problème réside dans le manque de régularité. S'il a appris en Allemagne à devenir plus constant, il ne le montre pas assez souvent à Charleroi. Fait partie des incontournables de ce début de campagne. Il vient d'où ? Courtrai Il est arrivé comment ? Alors que les dirigeants l'avaient repéré à Créteil, ils furent devancés par Courtrai. Eddy Mestdagh, recruteur du club flandrien, l'avait en effet noté dans son carnet lorsqu'il avait effectué des missions pour... Zulte Waregem, très actif sur le marché français. Charleroi qui guettait dans l'ombre, allait attendre une brouille entre le joueur et son entraîneur Hein Van Haezebrouck pour le faire venir en décembre 2008. Le deal fut notamment conclu sous l'égide de son manager, John Bico, ancien agent de Franck Ribéry, qui surveille de très près son poulain. Et sa saison ? Applaudi pour ses six premiers mois à Charleroi, il aurait pu partir à Chievo Vérone mais le deal ne s'est finalement pas conclu. Depuis, les relations entre lui et le club ne sont plus aussi bonnes. Et ses prestations s'en ressentent quelque peu. Son abattage et sa générosité dans les duels sont toujours présents, mais sa qualité de passe et son efficacité dans ses frappes le désertent un peu actuellement. Cependant, sa place de titulaire n'est pas remise en question. Et les recruteurs, qui l'ont pour le moment jugé un peu court pour les grands championnats, continuent à suivre de très près son évolution. Surtout ceux du championnat anglais. Il vient d'où ? Lens et Amiens Il est arrivé comment ? Le Marocain fut un précurseur en la matière puisqu'à l'époque, le filon français n'était pas encore exploité comme maintenant. Arrivé en janvier 2002 (soit un an avant Chabaud et Laquait), il a grandi à Charleroi avant de devenir un pilier de cette équipe sous Mathijssen. Repéré à Lens, les dirigeants carolos l'ont finalement transféré après son passage à Amiens, où Mommens allait souvent le voir jouer. Et sa saison ? Fini les côtés. Voici l'axe. John Collins avait décidé de le replacer aux côtés de Guédioura après sa blessure. Stéphane Demol l'a confirmé à ce poste, avec le brassard de capitaine en plus. Son ancienneté, sa combativité, sa technique et son caractère de gagneur en font un leader naturel même s'il fait preuve de timidité quand il doit s'exprimer. Son nouveau rôle le conduit à être moins dangereux en zone offensive et moins présent en zone de conclusion. A moins qu'on lui donne carte blanche pour pousser les offensives, comme à Roulers et contre Courtrai. Là, il peut faire très mal de la deuxième ligne. Il vient d'où ? Formé au PSG Il est arrivé comment ? Repéré par Didier Beugnies et Mommens, il fut transféré avec l'aide de son agent, Pierre Frelot. Placé dans un premier temps dans le noyau Espoirs en 2006, il fit ses premières apparitions chez les A. Avait d'ailleurs l'habitude de flamber en préparation avant de s'écrouler après un mois de compétition. Ce n'est que la saison passée, après un prêt à Tubize et un autre au Steaua Bucarest qu'il éclata (9 buts). Et sa saison ? Etonnant travailleur (c'est l'empreinte Collins), il est un complément idéal à Théréau. Mais il lui manque parfois un peu de constance. De plus, il n'est pas épargné par les petits pépins physiques. A surtout marqué les esprits par son chef-d'£uvre contre le Standard. Lui aussi voulait partir en fin de saison dernière et a sans doute éprouvé un peu de ranc£ur avant de retourner au charbon. Néanmoins, son abattage et sa générosité, le tout saupoudré de gestes techniques de haut vol, en font une cible privilégiée des recruteurs étrangers. Samedi, un scout de Wolverhampton avait fait le déplacement pour lui. Pas de chance, il n'a pas joué. Il vient d'où ? Angers Il est arrivé comment ? Alors qu'il évoluait à Angers, Mommens qui était dans les tribunes, fut séduit par la prestation du joueur. Libre en fin de contrat, Mommens s'est empressé de parler au joueur pour lui parler de Charleroi. L'affaire se fit rapidement grâce notamment aux bons contacts que son manager, Crouzel, entretient avec les dirigeants carolos. En 2006, il ne resta que deux mois à Charleroi puisqu'après un bon début de saison (trois buts en quatre matches), il fut transféré au Steaua (avant de revenir en Belgique, à Anderlecht, puis à Charleroi). Et sa saison ? Dans le trou après une saison noire et deux ans après avoir signé à Anderlecht, Théréau est revenu au centre de l'actualité. Avec sept buts, il se retrouve en tête avec Jovanovic du classement des buteurs. Non seulement, il pèse sur les défenses adverses dans son rôle de pivot mais il marque ! En pleine confiance, il réussit des gestes dont on ne le croyait plus capable, comme cette talonnade contre Courtrai ou cette reprise de volée à Roulers. Epanoui à Charleroi comme dans la vie, il cherche à devenir la nouvelle icône auprès des supporters et tente de laisser sa marque, comme en témoigne la création de son site internet. par stéphane vande velde