En arrivant à la fin décembre 2008 à Almeria, une équipe qui n'est plus que l'ombre de ce qu'elle était à l'époque d' UnaiEmery (désormais à Valence), la première mesure que prit HugoSanchez fut d'intensifier les entraînements. Il a d'emblée soumis ses joueurs à des heures supplémentaires. Visiblement, cette mesure a porté ses fruits puisqu'il a débuté par une victoire 1-0 face au Betis. " Un succès qui est susceptible de redonner confiance aux joueurs ", a-t-il estimé. Jeudi, il jouait à Majorque en Coupe du Roi. Là, cela s'est moins bien passé : défaite 3-1. " Ce résultat nous laisse malgré tout encore certaines perspectives dans l'optique du match retour. Mais le plus...

En arrivant à la fin décembre 2008 à Almeria, une équipe qui n'est plus que l'ombre de ce qu'elle était à l'époque d' UnaiEmery (désormais à Valence), la première mesure que prit HugoSanchez fut d'intensifier les entraînements. Il a d'emblée soumis ses joueurs à des heures supplémentaires. Visiblement, cette mesure a porté ses fruits puisqu'il a débuté par une victoire 1-0 face au Betis. " Un succès qui est susceptible de redonner confiance aux joueurs ", a-t-il estimé. Jeudi, il jouait à Majorque en Coupe du Roi. Là, cela s'est moins bien passé : défaite 3-1. " Ce résultat nous laisse malgré tout encore certaines perspectives dans l'optique du match retour. Mais le plus important reste le championnat. A quoi servirait-il de briller en coupe si c'est pour descendre en D2 ?" Dans le cadre de la Liga, Almeria a été rejoint dans les arrêts de jeu par l'Espanyol Barcelone dimanche grâce à un but de l'ex-Anderlechtois Nicolas Pareja. " Beaucoup de joueurs jouaient leur avenir dans ce match ", a encore affirmé Sanchez. " Sur base de leur prestation, je déterminerai qui est encore en mesure de rendre service à l'équipe, et dans quel secteur nous aurons au contraire besoin de renforts. " Durant ses 15 premiers jours de travail, Sanchez a donné l'image d'un entraîneur sachant motiver ses joueurs tout en étant adepte du dialogue. Celui qui détient toujours le record de buts en championnat d'Espagne (38 en 1989-90 sous la vareuse du Real Madrid où il a passé sept saisons) vit sa première expérience en Europe comme entraîneur. A ses débuts, il avait dirigé les Pumas de Mexico (deux titres de champion) ainsi que Necaxa. En 2006, après la Coupe du Monde allemande, il avait succédé à RicardoLavolpe à la tête de l'équipe nationale mexicaine. Il avait un contrat jusqu'en 2010, mais n'a tenu que jusqu'en mars 2008. Ses 18 mois avec les Tricolores furent toutefois suffisants pour se... brouiller avec son fils, HugoSanchezJr. Il l'avait écarté de la sélection pour la Gold Cup et celui-ci fut tellement déçu qu'il décida de changer de nom. Il a pris le nom de famille de sa mère et s'appelle désormais HugoPortugal ! CARLOS KAMENI (24 ans), le gardien camerounais de l'Espanyol, a eu une altercation avec un supporter qui l'avait critiqué à l'entraînement. Deux de ses coéquipiers ont dû s'interposer. ROBERTOABBONDANZIERI (38 ans), le gardien argentin de Getafe, pourrait retourner à Boca Juniors. Il a déjà eu un contact avec CarlosBianchi, le nouveau directeur sportif du club. LASSANADIARRA (23 ans) a effectué de bons débuts avec le Real Madrid et marque des points par rapport à Klaas- JanHuntelaar pour la place en Ligue des Champions. LUIS MIGUEL (29 ans) le défenseur portugais de Valence, a carrément menacé un juge de touche de mort lors du match de coupe à Santander (1-1). " Fils de p..., je vais te tuer ! ", lui a-t-il crié. Il a présenté ses excuses le lendemain. FREDERICKANOUTE (31 ans), l'attaquant malien du FC Séville, a exhibé un T-shirt en faveur de la Palestine. Un geste diversement apprécié. TOM DE MUL (22 ans) est, une fois encore, resté 90 minutes sur le banc du FC Séville qui s'est imposé à La Corogne et a pris la 2e place. GRÉGORYCOUPET (38 ans) avait vécu un cauchemar lors du match de championnat contre Barcelone (1-6). En Coupe du Roi, il était de nouveau dans les buts de l'Atletico Madrid et avec... le même arbitre, IturaldeGonzalez, pour un résultat à peine moins sévère : 1-3. LionelMessi, auteur des trois buts, fut son bourreau : l'Argentin a même reçu une standing ovation du stade Vicente Calderon. DANIEL DEVOS