Cher Magazine,
...

Cher Magazine, " Un temple pour le football muni des techniques les plus pointues ". C'est ainsi qu'est présenté le tout prochain lieu d'accueil du FC Groningen, une enceinte de 20.000 places appelée Euroborg. Elle se dresse déjà le long du ring sud de la ville et la pendaison de crémaillère y est prévue pour le 13 janvier prochain, avec au programme un derby contre Heerenveen. Après plus de 70 ans de bons et loyaux services, le vieux Oosterpark vit donc ses dernières émotions footballistiques. Même s'il est toujours bien agréable d'y goûter une rencontre et son ambiance, il porte un peu trop son âge et certains de ses composants sont devenus fort vétustes. Les deux tribunes identiques situées derrière chacun des buts ( oost et west), outre leurs couvertures envahies par la mousse et les graffitis, n'offrent vraiment plus un confort suffisant, tant en matière de visibilité que de protection contre les intempéries. Visuellement, elles présentent toutefois quelques aspects non dénués de personnalité, comme leurs toitures métalliques à fonds arrondis. Il s'agit là d'une forme de structure assez typique, dont on trouve encore quelques exemplaires sous nos latitudes, notamment au stade Fallon à Woluwe et au Pairay à Seraing. La latérale principale ( De Hoofdtribune) est, elle, encore relativement présentable, allant même jusqu'à proposer de coquettes salles de réception, agrémentées d'amuse-gueules gratuits et d'animation par disc-jockey lors des mi-temps et des après-matchs. L'autre latérale, la Tonny Van Leeuwen-tribune (un gardien de but surnommé Le lion de Groningen, tué dans un accident de la route en 1971), héberge le noyau dur local, lequel occupe l'une des parties hautes de la construction. Quant aux couleurs des sièges de l'ensemble, l'inharmonie y règne en maître : du vert, du bleu et tout un éventail de rouge, allant du vif pour les baquets récemment remplacés au rose pour les plus exposés aux intempéries. Si George Best, Stanley Matthews, Pelé, Lev Yachin et Zico ont foulé cette pelouse, ce sont René Eykelkamp, Erwin et Ronald Koeman que l'on peut principalement reconnaître sur les photos trônant dans les entrailles du futur pensionné. Des photographies dont sont absents Peter Houtman et cette vieille connaissance d' Adri Van Tiggelen. rudi katusic