M arinus Wagtmans (63 ans en décembre) est un ancien coureur hollandais, ex-équipier d' EddyMerckx chez Molteni, qui devrait bientôt recevoir le titre de consul honoraire du Kazakhstan. " Parce que c'est grâce à moi que l'équipe Astana a pu disputer le Tour de France ", précise-t-il. Enfant de la rue (son père fut emprisonné pour inceste) et sa mère, déshonorée, Rinus a terminé sixième du Tour 69 avant de devoir mettre fin à sa carrière en 1973 suite à une malformation cardiaque. Il est ensuite devenu homme d'affaires et, bien avant la chute du Rideau de Fer, il équipait les équipes du bloc de l'Est en Adidas. Puis, en 1981, il lança son propre magasin de sport, Gowa. " J'ai sponsorisé le sport kazakh pendant 15 ans à hauteur de 250.000 dollars. Je passais deux semaines par an dans ce pays, à voyag...

M arinus Wagtmans (63 ans en décembre) est un ancien coureur hollandais, ex-équipier d' EddyMerckx chez Molteni, qui devrait bientôt recevoir le titre de consul honoraire du Kazakhstan. " Parce que c'est grâce à moi que l'équipe Astana a pu disputer le Tour de France ", précise-t-il. Enfant de la rue (son père fut emprisonné pour inceste) et sa mère, déshonorée, Rinus a terminé sixième du Tour 69 avant de devoir mettre fin à sa carrière en 1973 suite à une malformation cardiaque. Il est ensuite devenu homme d'affaires et, bien avant la chute du Rideau de Fer, il équipait les équipes du bloc de l'Est en Adidas. Puis, en 1981, il lança son propre magasin de sport, Gowa. " J'ai sponsorisé le sport kazakh pendant 15 ans à hauteur de 250.000 dollars. Je passais deux semaines par an dans ce pays, à voyager dans des voitures de ministres. En 1992, j'y ai ouvert une école de cyclisme. C'est également moi qui ai lancé les maillots bleus au soleil jaune. J'étais présent en 2006 lorsque l'équipe Astana vit le jour sur les cendres de Liberty Seguros. Je suis à la retraite depuis 8 ans mais je continue à donner des conseils en coulisses. Et je le ferai tant qu'on me le demandera. Gratuitement. " A quelques semaines du Tour 2009, l'équipe Astana fut menacée de disparition. JohanBruyneel et Lance Armstrong étaient sur le point de céder la licence octroyée par la fédération kazakhe à un sponsor américain. Pour Wagtmans, c'était juste un problème de communication. " Les coureurs n'avaient plus été payés depuis un mois. Au total, cela représentait 1.625.000 euros. Et les questions de Bruyneel restaient sans réponse. Le cyclisme est un miroir de la société. Personne n'avait prévu la crise mais les Kazakhs ont tout payé, jusqu'en octobre. Y compris les frais. J'admets que l'argent n'est pas toujours arrivé à temps mais le budget annuel de 19 millions. Trois mois avant le Tour, Armstrong disait déjà qu'il voulait lancer une nouvelle équipe avec Bruyneel. Il n'aurait pas dû dire cela : Bruyneel est encore sous contrat avec Astana jusqu'à la fin de l'année prochaine. " Selon Wagtmans, la situation contractuelle de Bruyneel est différente de celle des coureurs. " Je reconnais ses qualités et ses connaissances en matière de management. Personne ne peut se prévaloir d'un CV comme le sien. Mais Astana vivra sans lui aussi et, s'il meurt, il y aura encore du cyclisme. Par contre, AlbertoContador est indispensable pour gagner le Tour. Le mercredi suivant sa victoire, nous allions annoncer qu'il restait. Nous lui avions fait une offre (un salaire annuel net de 4 millions d'euros pendant 4 ans) mais il a demandé un temps de réflexion ", explique Wagtmans en exhibant la carte de visite de Francisco Javier Contador, frère et manager du coureur avec lequel il va bientôt avoir un rendez-vous. Mais Contador restera-t-il ou passera-t-il à la Caisse d'Epargne ? " Chez nous, il n'y a pas d'obligations mais Contador est encore sous contrat jusqu'à la fin de l'année prochaine. Au Tour, Contador était un cheval sur lequel on a continuellement tiré sur le mors. Sans cela, il aurait gagné avec dix minutes d'avance, comme Merckx. "Pour Wagtmans, Armstrong et Contador ne gagnent pas assez d'argent. " Les coureurs sont toujours sous-payés, ils restent des esclaves de la route. Ils n'ont droit, sous forme de primes, qu'à 5 % du montant des droits TV perçus par les organisateurs du Tour. Pendant l'épreuve, j'ai vu qu'on vendait des maillots Astana le long de la route à 90 euros. Qui y trouve son compte ? Et de quel droit ? Cet argent revient aux coureurs. Je veux qu'Astana devienne le Manchester United du cyclisme, faire de chaque coureur un multimillionnaire. Je veux demander aux coureurs de courir avec une webcam. Les fans pourront se connecter pour 20 cents et le total sera réparti entre les coureurs. Je veille à leur bien-être. En cyclisme, on ne parle jamais d'argent. C'est une lacune. Le budget de l'écurie BMW en F1 était de 210 millions d'euros, soit plus que l'ensemble des budgets des 18 équipes du Pro Tour estimé à 182 millions . Le sport cycliste est le moyen le meilleur marché de se faire connaître au niveau mondial. Depuis le 1er janvier, le return d'Astana est évalué à 75 millions d'euros, soit près de quatre fois l'argent investi. " par benedict van clooster