Quelles sont vos premières impressions de Londres et comment vous êtes-vous adapté ?

Deco : C'est bien sûr différent puisque Barcelone est une ville plus petite. Ici c'est la Big City et le temps est plus frais mais je m'adapte très bien au club. Je connaissais déjà certains joueurs comme Ricardo Carvalho, Paulo Ferreira, HenriqueHilario et JulianoBelletti et donc je suis très heureux.
...

Deco : C'est bien sûr différent puisque Barcelone est une ville plus petite. Ici c'est la Big City et le temps est plus frais mais je m'adapte très bien au club. Je connaissais déjà certains joueurs comme Ricardo Carvalho, Paulo Ferreira, HenriqueHilario et JulianoBelletti et donc je suis très heureux. Sa présence ici est très importante pour moi : une nouvelle ville, un nouveau club... Bien que je connaisse certains joueurs, il est le manager et a une influence forte sur moi. Il est plus facile de se concentrer sur le football à Chelsea. En Catalogne, nous étions confrontés à deux quotidiens purement sportifs qui suivaient le club et tous les joueurs. La presse était à l'entraînement chaque jour. En Angleterre, c'est plus calme sous cet angle-là. Nous nous entraînons loin en dehors de Londres, presque sans journalistes et sans supporters, c'est plus facile. Mon anglais n'est vraiment pas terrible, mais je me débrouille. J'apprends en écoutant les autres et j'ai commencé les leçons depuis quelques semaines. J'essaie de m'améliorer constamment. C'est un bon défi pour moi, même si cela prendra du temps. J'ai travaillé avec lui au Portugal, en équipe nationale, et c'est une personne que je respecte énormément. Nos relations sont excellentes. En dehors du terrain, il est très calme, ce qui peut paraître étonnant lorsqu'on le voit bouillonnant et vociférant à l'entraînement ou durant les matches. Il s'agit d'une personne à qui je peux parler de tout et il a un sens de l'humour bien développé. Ils sont semblables car il s'agit dans un cas comme dans l'autre d'entraîneurs d'exception. De grands leaders mais aussi des caractères forts. Néanmoins, leur démarche est différente. Là où Scolari parle beaucoup à ses joueurs tous les jours, Mourinho préfère se concentrer sur la préparation des rencontres et ne parlera à un joueur que s'il estime que c'est vraiment nécessaire. Le jeu en Angleterre est plus physique, plus rapide et les équipes procèdent davantage dans un style de jeu plus direct. Mais je pense m'être adapté rapidement car je suis arrivé ici à un moment de ma carrière où je dispose déjà de pas mal d'expérience. J'ai accepté ces différences et je suis plus mûr en ce qui concerne mon entourage également. Pour moi, Chelsea dispose du meilleur entrejeu du monde. C'est indéniablement le point le plus fort de l'équipe. Mais le joueur qui m'impressionne le plus jusqu'à présent, c'est John Terry. Il a un caractère bien trempé, est un leader et est un footballeur très complet. Oui, notre équipe a conservé les bases de la saison dernière, ce qui constitue de bonnes fondations pour un succès futur. Chelsea a été malchanceux la saison passée et pour remporter la C1, il faut combiner une bonne dose de réussite et une de talent. Tout ce que nous pouvons faire est de nous concentrer sur le fait d'arriver à nouveau jusqu'en finale et ensuite, à Rome, tout peut arriver... Les Mancuniens sont les champions en titre et donc nos principaux challengers. Malgré cela, Liverpool me semble très fort, principalement grâce à une solide défense. Sans oublier Arsenal, qui dispose de joueurs de très grande qualité. par pedro pinto, world soccer