En Belgique, les joueurs étaient au chômage technique le week-end passé en raison des conditions atmosphériques. Chez nos voisins français la neige n'a pas empêché le déroulement normal des opérations. A raison?

Georges Heylens: Loin de moi l'idée de vouloir jouer à l'ancien combattant mais, à mon époque, on jouait absolument par tous les temps. Je me souviens notamment d'un match à Tilleur, au début des années 60 où, pour la toute première fois, mes coéquipiers anderlechtois et moi-même avions dû nous noircir les orbites pour atténuer les effets de la réverbération de la lumière sur la neige. Il est vrai que le terrain de Bureaufosse était recouvert d'un tapis blanc de 20 centimètres d'épaisseur. Ce jour-là, contre toute attente, le Sporting avait été défait par les Métallos: 1 à 0. Un goal signé par un certain Jean-Paul Colonval, qu'on ne présente évidemment plus. Cette défaite ne nous avait pas empêchés de rafler malgré tout le titre. Au moins pouvions-nous nous gausser d'être...

Georges Heylens: Loin de moi l'idée de vouloir jouer à l'ancien combattant mais, à mon époque, on jouait absolument par tous les temps. Je me souviens notamment d'un match à Tilleur, au début des années 60 où, pour la toute première fois, mes coéquipiers anderlechtois et moi-même avions dû nous noircir les orbites pour atténuer les effets de la réverbération de la lumière sur la neige. Il est vrai que le terrain de Bureaufosse était recouvert d'un tapis blanc de 20 centimètres d'épaisseur. Ce jour-là, contre toute attente, le Sporting avait été défait par les Métallos: 1 à 0. Un goal signé par un certain Jean-Paul Colonval, qu'on ne présente évidemment plus. Cette défaite ne nous avait pas empêchés de rafler malgré tout le titre. Au moins pouvions-nous nous gausser d'être un champion tout terrain, ce qui n'est plus le cas actuellement. A présent, au moindre contretemps, la fédération songe au confort du public mais aussi des acteurs, devenus beaucoup plus douillets que jadis. Et qui peuvent manifestement compter sur la clémence de tout le monde. Quand j'entends le président d'honneur du RSCA, Constant Vanden Stock, dire qu'il faut excuser les maigres résultats des Mauves après la trêve sous prétexte qu'ils ont un peu trop fait bombance pendant les fêtes, je suis sidéré. Jamais, au grand jamais, le même homme ne se serait laissé aller à une déclaration pareille il y a vingt ans. Dès lors, de deux choses l'une: ou bien on nous a changé Constant Vanden Stock, devenu soudain beaucoup plus clément avec l'âge, ou bien le monde du sport et le comportement de ses membres a évolué du tout au tout. Moi, en tout cas, je ne ferais jamais preuve de compréhension et de mansuétude dans un cas semblable. Ce mercredi auront lieu, en principe, les quarts de finale retour de la Coupe de Belgique. Que vous inspirent-ils?J'ai le sentiment que rien n'est encore joué, même si la difficulté de la tâche ne sera pas la même dans les quatre matches. La mission la plus coriace sera incontestablement réservée à Anderlecht, qui ne se déplace au Staaienveld qu'avec un seul et maigre petit but d'avance. J'ose espérer que les Sportingmen n'auront pas mangé trop de dinde la veille, sans quoi les Trudonnaires pourraient répéter l'exploit qu'ils avaient réalisé contre eux en championnat, au premier tour, lorsqu'ils avaient disposé des Bruxellois par 3-1. Le GBA ne doit pas s'attendre non plus à une partie de plaisir dans le derby anversois contre l'Antwerp. Les locaux peuvent évidemment se satisfaire d'une courte victoire mais ils devront se méfier de Patrick Goots qui voudra sûrement jouer un mauvais tour à ses anciennes couleurs. Le Standard, fort du 3-1 qu'il a réalisé à l'aller, devrait logiquement passer le tour au Tivoli. En plus, le Standard, avec son buteur retrouvé qu'est Ole-Martin Aarst, est toujours capable d'inscrire un goal à La Louvière. Reste le Club Brugeois, qui s'était donné quelques frayeurs à l'aller, face à Lommel, avant de renverser complètement la vapeur. Bien sûr, un succès étriqué de Lommel suffirait aux Limbourgeois pour assurer leur qualification en demi-finales. Mais je n'y crois pas. Je suis persuadé que les joueurs de Trond Sollied voudront se racheter après leur prestation en demi-teinte et qu'ils allieront cette fois le résultat et la manière.Le mercato se terminait le 31 janvier. Cette deuxième période des transferts aura été des plus ternes, non? Hormis le passage d'Ali Lukunku du Standard à Galatasaray, il n'y a pas eu de transfert retentissant, incontestablement. La plupart des clubs ont essayé de trouver une solution pour écrémer leur noyau et certains y sont parvenus, comme Anderlecht qui a cédé Yasin Karaca à De Graafschap et Manu Pirard à Visé, entre autres. Les clubs ont manifestement compris que la rigueur était de mise dans l'optique de la licence belge et même de la future licence européenne. C'est tout à leur honneur. Bruno Govers