Dernièrement, Roger Vanden Stock a répété qu'il conseillait à ses amis de parier sur Anderlecht pour le titre de champion. Mais dimanche, il joue au Club Bruges qui a deux points d'avance sur lui. RVDS doit faire contre mauvaise fortune bon c£ur. Une élimination européenne et un sponsor qui vous pète entre les doigts, ça fait beaucoup si on n'assure pas en championnat. Surtout que BATE Borisov n'est pas classé dans le tiroir " grosses malchances " du président mauve. Il n'a jamais caché que la faute est à chercher au sein du club. Ariel Jacobs et son adjoint, Daniel Renders, ont tous les deux vu jouer l'équipe biélorusse, mais sans décrypter leur niveau réel. Parce qu'il évoluait à l'aise dans son championnat contre des équipes moyennes ? En tout cas, le message du staff était que...

Dernièrement, Roger Vanden Stock a répété qu'il conseillait à ses amis de parier sur Anderlecht pour le titre de champion. Mais dimanche, il joue au Club Bruges qui a deux points d'avance sur lui. RVDS doit faire contre mauvaise fortune bon c£ur. Une élimination européenne et un sponsor qui vous pète entre les doigts, ça fait beaucoup si on n'assure pas en championnat. Surtout que BATE Borisov n'est pas classé dans le tiroir " grosses malchances " du président mauve. Il n'a jamais caché que la faute est à chercher au sein du club. Ariel Jacobs et son adjoint, Daniel Renders, ont tous les deux vu jouer l'équipe biélorusse, mais sans décrypter leur niveau réel. Parce qu'il évoluait à l'aise dans son championnat contre des équipes moyennes ? En tout cas, le message du staff était que l'adversaire jouait à un rythme de D2. Sous-évaluation sur toute la ligne et 1-2 à Anderlecht. Le 2-2 là bas (comme la Juve !) ne résout rien. Buiten ! Depuis, Anderlecht s'était progressivement repris avant de recevoir deux coups sur la tête : 4-0 à Zulte Waregem et 2-3 contre Lokeren. Comment se fait-il que l'équipe de Jacobs soit aussi irrégulière ? Pourquoi a-t-il choisi pour remplacer le stopper hongrois suspendu samedi Roland Juhasz (1,94m) contre Moussa Maâzou ( Luca Toni version black) un des " nains " du noyau... acquis pour jouer back droit et qui n'y a pas convaincu ? Seuls Mbark Boussoufa, Thomas Chatelle et Hernan Losada sont plus petits que Nemanja Rnic (1,79m). Le Serbe se montre à l'entraînement mais figure parmi notre Top10 des flops des transferts de D1 et fut incapable d'effacer les manquements dans les airs d' Olivier Deschacht. Mais ne sont-ce pas là des choses qu'un entraîneur doit pouvoir prévoir ? Vanden Stock avait mis fin aux collaborations de Hugo Broos et Franky Vercauteren parce qu'ils avaient posé plein de problèmes. En plus de sa communication hargneuse et de clashes sévères avec certains joueurs (c'est lui le responsable des départs de Vadis et Dieumerci Mbokani), Vercauteren avait évidemment rendu ses chances de survie au Parc Astrid quasi nulles parce que les résultats ne suivaient pas. Jacobs ne fait pas de vagues, ce n'est pas son genre. Mais si Vercauteren avait l'air de plus en plus frustré en fin de parcours chez les Mauves, n'était-ce pas, surtout, parce qu'il voulait professionnaliser le club et qu'il était le seul à vouloir agir de la sorte ? Et que voit-on aujourd'hui ? Une communication toujours défaillante, des hauts et des bas incessants dans les prestations et une conduite sportive des affaires tête en l'air. Car comment peut-on admettre qu'un joueur pro déverse son venin contre le staff médical devant la presse sans encourir aucune sanction ? Quel est le message qu'en retiennent ses coéquipiers ? L'amende de Nicolas Frutos (9.000 euros) sera annulée en cas de gain du championnat ; mais l'Argentin aurait dû être suspendu pour au moins un match. Il aurait fallu un geste fort de la direction. Pierre Bilic a retrouvé Guy Hellers cette semaine, l'ex-capitaine emblématique des Rouches qui a failli jouer à Anderlecht. Devenu patron du foot au Grand-Duché de Luxembourg, l'ex Grand Duc de Sclessin (un surnom trouvé par Pierre) a reparlé pour la première fois depuis longtemps de son renvoi du Standard par Lucien D'Onofrio. Parce qu'il avait osé critiquer le travail de Tomislav Ivic... en interne ! Il admet parfaitement la mesure aujourd'hui... Quand Jacobs est devenu l'adjoint de Vercauteren, il avait juré ses grands dieux qu'il ne voudrait jamais la place de patron. Il a évidemment ravalé ces paroles quand la direction l'a imploré de remplacer le T1. Une récente habitude des Mauves où Vercauteren avait succédé à Broos. Mais actuellement, la descendance n'impressionne pas. Sur le banc, à côté de Jacobs, on ne trouve " que " Renders et Besnik Hasi, soit un technicien de valeur mais qui n'a pas d'expérience de coaching au haut niveau (il a tout juste entraîné le RWDM) et un ex-joueur qui commence tout juste à apprendre. Un jour ou l'autre, Anderlecht devra bien se dire qu'au lieu de transférer des joueurs à tour de bras, il serait peut-être temps d'investir dans un coach qui a déjà obtenu des résultats internationaux. Car qu'est-ce qui a changé à Anderlecht depuis la tristissime élimination en Coupe d'Europe ? PAR JOHN BAETE