Malgré le départ de DanielZitka, et assurément celui de JanPolak, Anderlecht comptera encore trois joueurs tchèques dans son effectif : à OndrejMazuch et LukasMarecek, déjà présents, s'est ajouté le jeune JanLecjaks. Et malgré l'arrêt de carrière de NicolasFrutos, le Sporting comptera toujours, non pas trois mais quatre joueurs argentins : PabloChavarria et PierBarrios ont rejoint LucasBiglia et MatíasSuarez. Et peut-être même cinq Argentins, si d'aventure Hernan Losada (de retour d'un prêt à Heerenveen) ne trouvait pas directement un nouvel employeur. Les dirigeants mauves n'avaient-ils pas annoncé un visage plus belge ?
...

Malgré le départ de DanielZitka, et assurément celui de JanPolak, Anderlecht comptera encore trois joueurs tchèques dans son effectif : à OndrejMazuch et LukasMarecek, déjà présents, s'est ajouté le jeune JanLecjaks. Et malgré l'arrêt de carrière de NicolasFrutos, le Sporting comptera toujours, non pas trois mais quatre joueurs argentins : PabloChavarria et PierBarrios ont rejoint LucasBiglia et MatíasSuarez. Et peut-être même cinq Argentins, si d'aventure Hernan Losada (de retour d'un prêt à Heerenveen) ne trouvait pas directement un nouvel employeur. Les dirigeants mauves n'avaient-ils pas annoncé un visage plus belge ? " Oui, effectivement ", confirme HermanVanHolsbeeck. " Mais on n'a pas pu tenir notre promesse dans ce domaine pour une raison bien simple : dès que le nom d'Anderlecht apparaît, les prix flambent en Belgique. On était très intéressé par un joueur en particulier, ce n'est plus un secret pour personne : KevinDeBruyne, de Genk. On était prêt à consentir un gros effort financier pour l'acquérir et, même, à le laisser encore un ou deux ans en prêt dans le Limbourg, car il est clair qu'à 19 ans le joueur a besoin d'avoir la certitude de jouer régulièrement. Mais lorsque les prix grimpent à quatre, cinq ou six millions, ce n'est plus possible. On a alors pris le parti de recruter des joueurs belges plus jeunes, de 14, 15 ou 16 ans, comme DennisPraet (de Genk également). On a été critiqués pour cette politique. Je conçois que cela ne fasse pas plaisir à Genk, ou à n'importe quel autre club, de se faire chiper un jeune joueur talentueux, mais rien n'empêche les autres clubs de venir puiser à leur tour dans le vivier anderlechtois. C'est toujours au joueur qu'appartient la décision ultime. Et à ce titre, la réalisation du centre de Neerpede confère forcément au Sporting un pouvoir d'attraction intéressant. Un autre jeune joueur, étranger celui-là, vient récemment de signer un contrat de quatre ans à Anderlecht : un demi offensif brésilien de 18 ans, FernandoCanesin, au sujet duquel on a levé l'option car il était déjà en stage depuis six mois avec les U21. " Bref, la politique d'Anderlecht est claire cette année : le recrutement de joueurs belges s'est surtout porté sur des éléments considérés comme des investissements pour l'avenir, tandis que le club s'est tourné vers l'étranger pour des joueurs appelés à renforcer directement l'équipe Première. " En Argentine et en Tchéquie, les prix demeurent encore abordables ", poursuit Van Holsbeeck. " Mais plus n'importe où non plus. Nos Argentins précédents, comme Frutos, Biglia et NicolasPareja, venaient plutôt de Buenos Aires ou des environs. On entre alors en concurrence avec des clubs comme Boca Juniors et River Plate, qui n'ont visiblement pas encore compris que le monde traversait une grave crise économique et continuent à offrir des sommes mirobolantes. Pour éviter cela, on doit prospecter plus en profondeur : en province, et dans le cas de l'Argentine, plus précisément à Cordoba à 800 kilomètres de la capitale fédérale. Depuis l'acquisition de MatíasSuarez, on a noué des liens très concrets avec le président du club de Belgrano, ArmandoPérez, ainsi qu'avec un avocat qui est devenu un ami du club et qui nous a beaucoup aidés. Belgrano n'évolue qu'en D2, mais le club est réputé pour son travail de formation, au point que nous envisagions une collaboration. En Tchéquie aussi, on ne peut plus se contenter de prospecter à Prague. Marecek provient de Brno et Lecjaks du Viktoria Plzen. " Outre le prix, il y a aussi le rendement et la faculté d'adaptation qui interviennent. " Les expériences antérieures m'ont appris que les joueurs tchèques étaient des travailleurs ", justifie Van Holsbeeck. On l'a constaté avec Zitka et Polak mais aussi avec StanislavVlcek : ce sont tous des joueurs dotés d'une bonne mentalité. Ce sont des battants, ils font preuve d'un jusqu'au-boutisme à tout épreuve. Je conçois qu'actuellement, on ait un petit faible pour l'équipe nationale tchèque U21 : après Mazuch et Marecek, voilà Lecjaks qui débarque. Nos joueurs argentins se sont aussi très bien adaptés en Belgique, même si Suarez a mis un peu plus de temps en raison, notamment, des difficultés qu'il éprouve à maîtriser la langue française. Chavarria et Barrios ont promis de se mettre rapidement à l'étude d'une des langues nationales. " Chavarria, 24 ans, a signé un contrat de quatre ans. C'est un copain de Suarez. " J'ai joué en équipe d'âge à Belgrano ", révèle-t-il. " Lorsque Matias est parti en Belgique, j'ai forcément suivi son évolution et j'admets que le fait de le retrouver à Anderlecht a joué un rôle dans ma décision d'opter pour la Belgique. Avec, en plus, Biglia, je sais que je ne serai pas livré à moi-même. "Barrios, 19 ans, n'a pas joué avec Suarez même s'il provient du même club. " Je connais évidemment Anderlecht de nom et de réputation ", précise-t-il. " C'est un grand club qui joue toujours le haut du tableau et qui participe, bon an mal an, à la Ligue des Champions ou à l'Europa League. "Chavarria est un attaquant. " Ma référence, lorsque j'étais gamin, était un joueur de Boca Juniors dénommé SergioMantecaMartínez. Aujourd'hui, mes regards se portent plutôt sur DiegoMilito ou GonzaloHiguaín. " Barrios, lui, est un défenseur droitier, qui joue de préférence dans l'axe mais qui a disputé la dernière saison avec Belgrano comme arrière gauche. " Ma référence à moi, c'est plutôt MartinDemichelis, le défenseur argentin du Bayern Munich. " Chavarria était convoité par de nombreux clubs, dont l'Atletico Madrid et Toulouse. " Je m'épanouirai peut-être plus facilement à Anderlecht ", estime-t-il. " En raison de la présence d'autres Argentins, mais aussi, sans doute, d'une pression moins forte. Je n'ai pas encore eu l'occasion de découvrir complètement Bruxelles, mais de prime abord, la ville me paraît très propre et très tranquille. Cela me change de l'Argentine. La société belge, dans son ensemble, est aussi plus organisée. Il peut faire froid en hiver ? Tant pis, je m'y ferai. "" Chavarria est le type d'attaquant qui nous manquait ", enchaîne Van Holsbeeck. " Il est relativement complet : il peut jouer seul en pointe, mais aussi dans un système avec deux attaquants et même sur le flanc. C'est loin d'être un fainéant : il ne ménage pas ses efforts en perte de balle, lorsqu'il s'agit de récupérer le ballon. La seule chose qui interpelle, lorsqu'on regarde ses statistiques, c'est qu'il marque très peu : il est sans doute trop collectif. Il a tendance à faire la passe de trop. ArielJacobs saura sûrement l'utiliser, c'est le genre d'attaquant qu'il apprécie. Il peut devenir très complémentaire avec RomeluLukaku, et devrait trouver Suarez les yeux fermés puisque les deux hommes ont déjà joué ensemble. Barrios, lui, est un défenseur polyvalent. Il peut évaluer à trois positions : arrière central, arrière gauche ou arrière droit. Cela répond au souhait de Jacobs. Désormais, nos recruteurs s'attardent beaucoup sur deux aspects : la polyvalence et la mentalité. " Pour le poste d'arrière gauche, Anderlecht a aussi recruté Lecjaks. " Lorsque JelleVan Damme, un pilier de notre équipe, est parti à Wolverhampton, nous avions l'obligation de réagir ", explique Van Holsbeeck. " Jelle a souvent joué dans l'entrejeu la saison dernière, et je crois que les solutions ne manquent pas dans ce secteur, mais nous devions aussi avoir une solution pour l'arrière gauche au cas où, pour une raison ou une autre, OlivierDeschacht serait indisponible. Je pense que Lecjaks possède les qualités pour s'imposer à ce poste. Il aura peut-être besoin d'une période d'adaptation de six mois, comme cela a été le cas pour Marecek, mais je suis persuadé qu'à terme, il pourra s'imposer comme titulaire. Et même, peut-être, reléguer Deschacht en... défense centrale, car c'est aussi une option pour le secteur arrière. " Le joueur est à pied d'£uvre depuis une dizaine de jours. " Mes premières impressions sont bonnes ", déclare-t-il. " Les entraînements sont agréables. Il y a une grosse différence avec Vikoria Plzen, c'est beaucoup plus professionnel. Je sais que la concurrence sera rude, puisque ma place de prédilection est la même que celle du capitaine de l'équipe. Je connais peu Deschacht, mais le simple fait de porter le brassard et d'être international laisse supposer que c'est un joueur important. Cela ne m'effraie pas. Je vais tout donner aux entraînements et lors des matches amicaux pour essayer de m'imposer. J'ai confiance en mes qualités. Quelles sont-elles ? Essentiellement la vitesse et la frappe. Je marque peu, mais l'un de mes buts a été élu but du mois en République Tchèque. Il fut inscrit d'une frappe puissante aux abords du rectangle. J'aime aussi délivrer des assists, le plus souvent à la suite de débordements sur les flancs. Mon joueur préféré au niveau international ? AshleyCole. Je n'ai pas encore été international A, mais j'ambitionne forcément de le devenir un jour. Chaque chose en son temps : déjà, pour l'équipe U21, je suis encore très jeune. " Si Chavarria a signé pour quatre ans, et peut donc être considéré comme une valeur sûre, Barrios et Lecjaks n'ont signé que pour un an mais avec une option de... trois années supplémentaires. Cela tend-il à démontrer que le Sporting n'est pas tout à fait sûr de son coup ? " On est à peu près sûr de leurs qualités footballistiques, mais on doit aussi tenir compte de leur adaptation ", explique Van Holsbeeck. " Barrios et Lecjaks sont encore très jeunes. Ce système de 1+3 nous permet de les juger pendant une saison et de prendre ensuite une décision pour le long terme. "Avec ces trois joueurs, plus l'Américain SachaKljestan que nous vous avions déjà présenté précédemment, Anderlecht a quasiment terminé son recrutement. Mais le Sporting ne cracherait pas sur un attaquant supplémentaire. " L'expérience malheureuse de BATE Borisov nous a ouvert les yeux : on ne peut plus se permettre d'entamer le tour préliminaire de la Ligue des Champions avec un seul attaquant de 17 ans. On a adjoint Chavarria à Lukaku. TomDeSutter va revenir, il est déjà plus loin dans sa remise en condition que beaucoup ne le pensent. " Globalement, Anderlecht est paré. " Jusqu'à preuve du contraire, seul Van Damme est parti ", constate Van Holsbeeck. En contrepartie, l'entraîneur a reçu quatre joueurs avec des qualités différentes. Plutôt que de se demander si on est paré, on devrait se demander comment faire pour dégraisser l'effectif. "Van Holsbeeck a donné le temps à Jacobs jusqu'à la mi-juillet, après le stage en Autriche, pour évaluer son noyau et déterminer quel joueur serait éventuellement excédentaire. A l'heure actuelle, c'est surtout dans l'entrejeu qu'on se bouscule. L'arrivée de Kljestan a ajouté un peu de concurrence supplémentaire. " C'est pourquoi, on essaiera de trouver une solution pour Polak ", révèle Van Holsbeeck. Son contrat s'achève en juin de l'an prochain et le joueur s'est sans doute rendu compte que le duo Lucas Biglia- CheikhouKouyate avait bien fonctionné la saison dernière. La reconquête de son poste de titulaire n'est donc pas gagnée d'avance, d'autant que Kljestan et son jeune compatriote Marecek postulent aussi pour une place dans ce secteur. " Tout comme BoubaSaré, pour qui Anderlecht cherchera aussi une solution. " Mais il est encore jeune et, dans son cas, la tendance va plutôt vers un prêt. " Anderlecht n'a pas abandonné la piste de l'Egyptien MahmoudShikabala. " Le problème est que le club de Zamalek ne veut pas entendre parler d'un transfert ", précise Van Holsbeeck. " Le joueur, lui, souhaite à tout prix venir à Anderlecht. Il rêve depuis des années de jouer en Europe et l'occasion lui en est offerte. On continue donc à négocier. Je me suis déjà rendu deux fois au Caire, je m'y rendrai encore s'il le faut. En espérant que la raison finira par triompher. " Shikabala est présenté comme le successeur idéal de MbarkBoussoufa. Et si le Footballeur pro de l'année restait à Anderlecht, l'Egyptien ne ferait-il pas double emploi ? " Vous savez, on n'a jamais trop de bons joueurs ", estime Van Holsbeeck. " Ce que je peux dire, c'est que Shikabala est un joueur attractif : créatif, doté d'un bon pied gauche, capable d'accélérer le jeu. Bref, le type de joueur qui plaît au public anderlechtois. " Au sujet de De Bruyne, Anderlecht n'a pas totalement abandonné la partie non plus... même si ce ne sera plus pour cet été. " La bonne nouvelle, en ce qui concerne ce dernier, est qu'il soit finalement... resté à Genk. S'il avait signé dans un club étranger, on l'aurait perdu pour de bon. Ici, la possibilité qu'il nous rejoigne dans une ou deux saisons demeure réelle. "lpar daniel devosA la place du seul Van Damme, on a pris quatre joueurs dotés de qualités différentes. Dans le cas de Shikabala, j'espère que la raison finira par triompher. La possibilité que De Bruyne nous rejoigne dans une ou deux saisons demeure réelle.