Lu sur notre blog www.sportmagazine.be
...

Lu sur notre blog www.sportmagazine.bePeut-on dire ce qu'on veut de Nicolas Frutos ? Oh non. L'Argentin a, en tout cas, très mal réagi suite à un article d'un de nos collègues du journal Het Nieuwsblad qui, non content déjà de l'avoir appelé autrefois L'homme de cristal en raison de sa fragilité musculaire, en a rajouté une couche en le traitant de cadavre cette année, suite à sa longue indisponibilité en début de saison. Sollicité par nos soins pour une interview, le Sud-Américain y a opposé naguère une fin de non-recevoir, sous prétexte qu'un cadavre ne parle pas. Il a mille fois raison, bien sûr, à cette nuance près que ce n'est pas nous qui l'avions affublé de ce surnom. On peut dire ce qu'on veut de Nicolas Frutos (sauf qu'il est un homme de cristal et un cadavre) mais force est de constater que son influence est quand même capitale pour Anderlecht. Je suis un grand fan de Frutos, mais c'est vrai que M. Blessures est un peu pompant à la longue. Par contre, il ne faut pas rentrer dans le jeu de M. Pauwels qui perd toute maitrise de ses nerfs et toute objectivité quand il s'agit d'Anderlecht ou de Mouscron. Le voir préférer un Ouali et l'annoncer comme future star, alors qu'il n'a encore rien fait, ça me fait bien rire. < PJ a répondu> Soyons sérieux ! Sur la durée d'un championnat complet, Frutos n'apporte pas à Anderlecht ce qu'un Jova apporte au Standard ou un Sterchele à Bruges. Certes, personne ne nie son talent mais comme dirait Steph', marquer beaucoup, c'est bien mais quand tu n'es pas sur le terrain, tu n'es pas très utile... Le Club ne pouvait pas finir plus haut. Certains vont parler d'effondrement dans la dernière ligne droite ; d'autres de faillite du système Mathijssen. Mais qu'on se rappelle que le Club a refait toute une équipe et que cette formation sortait de deux années de galère ! Mathijssen a refaçonné une équipe. Au premier tour, le classement du Club masquait son manque de fonds de jeu. Les Blauw en Zwart évoluaient tout simplement en surrégime. Au vu de leur manque de créativité (en comparaison avec Anderlecht et le Standard) et de fraîcheur physique lors du deuxième tour, les Brugeois ne pouvaient revendiquer mieux que leur troisième place. C'est la saison prochaine qu'il faudra vraiment juger la méthode Mathijssen. Cette troisième place est donc, dans l'absolu, un bon résultat. Mais allez expliquer cela à des gens qui ont occupé le fauteuil de leader si longtemps...