Ce sera une édition exceptionnelle à tous points de vue à cause de la pandémie. Normalement, les Masters sont le premier major de la saison de golf. Pour la première fois, ils ne se déroulent pas en avril, comme c'était le cas depuis 1934, mais en novembre. Le British Open a été annulé, mais les US PGA Champions...

Ce sera une édition exceptionnelle à tous points de vue à cause de la pandémie. Normalement, les Masters sont le premier major de la saison de golf. Pour la première fois, ils ne se déroulent pas en avril, comme c'était le cas depuis 1934, mais en novembre. Le British Open a été annulé, mais les US PGA Championships ont eu lieu en août, de même que l'US Open à la mi-septembre, sans spectateur. C'est maintenant le tour des Masters. Le tournoi du célèbre Augusta National Golf Club ne sera cette fois pas égayé par les azalées mauves et blanches, mais par un décor automnal. Il n'y aura pas non plus ces dizaines de milliers de spectateurs bruyants le long du green. Pour une fois, les Masters se dérouleront dans un silence glacial. Ils n'en restent pas moins le point culminant de la saison de golf. Il sera toutefois difficile de surpasser l'édition précédente, qui avait vu Tiger Woods revenir au plus haut niveau et remporter une victoire légendaire, sa cinquième à Augusta. C'était aussi son quinzième succès en major dans son illustre carrière. Cette fois, on lui attribue moins de chances d'enfiler la célèbre Green Jacket : l'Américain de 44 ans a disputé peu de tournois cette année afin de ménager son corps. Il n'a pas réussi à se distinguer. Il n'a même pas atteint le cut à l'US Open. Les bookmakers cotent même à 35 contre 1 ses chances d'égaler Jack Nicklaus, lauréat à six reprises du major, ce qui constitue un record. Le principal favori est son compatriote Bryson DeChambeau, qui s'est adjugé avec brio l'US Open, avec une avance de six strokes.