Après un départ sur les chapeaux de roues, Saint-Trond n'a assuré son maintien que durant l'ultime journée. C'est l'équipe qui a marqué le moins de buts. Or, c'est le compartiment où Leko n'a quasiment pas eu de renforts pendant la préparation. C'est une année importante pour le nouvel entraîneur, limogé à deux reprises en deux ans, et pour le club, avec le retour de Roland Duchâtelet comme propriétaire et manager sportif.
...

Après un départ sur les chapeaux de roues, Saint-Trond n'a assuré son maintien que durant l'ultime journée. C'est l'équipe qui a marqué le moins de buts. Or, c'est le compartiment où Leko n'a quasiment pas eu de renforts pendant la préparation. C'est une année importante pour le nouvel entraîneur, limogé à deux reprises en deux ans, et pour le club, avec le retour de Roland Duchâtelet comme propriétaire et manager sportif. Le gardien Dutoit n'est plus capitaine. Il est quand même resté, après une saison durant laquelle il a flirté avec un départ et a violemment critiqué ses coéquipiers. Saint-Trond a trouvé au Standard une doublure, Pirard, qui était loué à Lommel. Au centre de l'arrière-garde, deux figures connues, Kotysch et Fernandes. Le premier a rempilé après une saison loupée à cause de blessures et est le plus ancien en poste au STVV. L'Espagnol Pulido rehausse la qualité du groupe. Le jeune Joosten, l'espoir gantois Ryckaert et l'international togolais Djené sont des alternatives, même si ce dernier semble manquer de gabarit pour une place dans l'axe. Djené est issu du réseau de Duchâtelet. Dans son pays, le droitier joue à l'arrière gauche mais pour ce poste, le club a préféré Sylla, plus jeune. A droite, Bagayoko et Dussaut sont restés mais Djené, polyvalent, offre une alternative. Le club a engagé deux médians chevronnés, De Petter et Valdivia. L'un a trente ans, l'autre les approche. Ils ont porté le brassard alternativement pendant la préparation. Ils peuvent tous deux évoluer au six comme au huit. L'alternative ? Peeters, le premier achat du club, quand il était encore aux mains du précédent propriétaire. Un transfert un peu étrange puisque Saint-Trond avait déjà deux médians légers et techniques en Gerkens (formé par Genk, comme Peeters) et en De Sart. Reste à voir s'ils sont capables d'écarter de l'équipe De Petter et/ou Valdivia, dans la lutte pour la survie qui attend sans doute le club. Devant le duo défensif, Bezus est le nouveau brise-glace. Les Trudonnaires ont profité de la situation financière précaire du FC Dnipro pour l'acquérir pour une croûte de pain. L'international ukrainien n'a signé que pour un an avec option : Saint-Trond ne constitue pour lui qu'un tremplin vers un club occidental plus coté. Suite à son arrivée, Ono devrait dépanner l'équipe depuis le flanc gauche. Enfin, le jeune De Norre a signé son premier contrat professionnel et espère collecter des minutes de jeu. Edmilson et Dompé ont assuré le spectacle et les buts mais sont partis pendant la trêve hivernale. Tchité, Soumahoro et Raman n'en ont pas touché une et sont partis. Restent : l'éternel blessé Boli, Janssens, débutant au plus haut niveau, et le curieux Proschwitz. Boli est le premier choix mais sa longue blessure ne lui permettra pas d'entrer en action avant septembre. Ah oui, l'avant grec Kynigopoulos a resigné mais il a été renvoyé en espoirs. Le choix sur les flancs est encore plus étriqué. Swers, un produit local, n'a pas été mauvais à droite mais il doit normalement céder sa place à Tchenkoua, qui n'a toutefois pu reprendre l'entraînement qu'une semaine avant le début du championnat, à cause d'une blessure. C'est encore pire à gauche : hormis le jeune Castro-Montes, il n'y a eu personne pendant toute la préparation et Leko semble vouloir faire appel à l'expérience d'Ono. Aucun de ces ailiers n'a le sens du but. Leko attache beaucoup d'importance à son bloc défensif : quatre défenseurs et deux médians défensifs. Cet ensemble semble tenir : il possède suffisamment de choix et, en plus, il peut compter sur l'expérience et l'autorité du duo De Petter-Valdivia. C'est formidable mais cela suffira-t-il à sauver le STVV ? On peut en douter. L'équipe n'a guère trouvé le chemin des filets pendant la préparation. C'est inquiétant. Un ailier gauche supplémentaire est indispensable, de même, dans une moindre mesure, qu'un avant. Les moyens financiers ne manquent pas : à part Bezus, tous les nouveaux ont signé des contrats de longue durée et aucun joueur n'a été loué. PAR JAN HAUSPIE