par John Baete
...

par John BaeteMouscron qui attend toujours ses papiers définitifs pour rester en D1 à l'avenir, Mons et Tubize qui s'en vont tandis que Charleroi a sans doute cessé de faire de la corde raide,... les temps sont durs pour les clubs wallons. En octobre dernier, on sortait un dossier sur ce thème. A quand un seul club wallon en D1 ? Le scénario a failli trouver un metteur en scène puisque Mouscron a senti le boulet passer tout près et qu'on se demande toujours comment Charleroi fait pour se maintenir malgré une telle nervosité ambiante. Très tôt cette saison, les quand même clairvoyants frères Dufermont s'étaient déjà dits lâchés par les anciens sponsors du club et la politique locale. Rien d'étonnant : personne, à Mouscron, ne peut (et ne pourra jamais plus) réunir les qualités de président du club et de bourgmestre de la Ville et en jouer comme l'a fait si longtemps Jean-Pierre Detremmerie pour le bien du foot. Et c'était avant que la crise n'écarte le sponsor Finver ! Le budget de 8,5 millions s'écrasait et on peut se demander se qui se serait passé avec les Hurlus sans une direction sportive aux mains d'or de Gil Vandenbrouck et Enzo Scifo. A Mons, les relations avec le maïeur Elio Di Rupo ont toujours été fantastiques et l'argent n'a jamais posé un vrai problème à l'homme d'affaires Domenico Leone qui a toujours trouvé des sponsors pour atteindre ses 6,5 millions de budget. En D2, il trouvera aussi la solution. Mais sa qualité de magicien ne sera plus exploitée à son désavantage quand il aura enfin trouvé l'oiseau rare qui amènera clairvoyance et constance dans sa direction sportive. Car c'est son talon d'Achille. D'ailleurs, le public juge durement les choix de l'Albert en désertant... Par rapport à d'autres, Tubize n'a pas échoué. Il était comme le gars qui veut participer à une finale olympique, y parvient et qui, sur la ligne de départ, prend des photos des autres... Mais que peut-on espérer avec un budget de 4 millions d'euros ? Albert Cartier serait Entraîneur de la saison si Tubize s'était maintenu. Ce qui serait bien, c'est qu'à l'avenir on y garde le même esprit sportif sous la conduite du président Raymond Langendries. Le seul couac de la saison fut un mercato d'hiver complètement loupé alors que l'équipe semblait repartie à la Saint Nicolas. Du coup, on n'a même pas pu vérifier ce que le raid de survie dans les Vosges aurait pu apporter. Et les Zèbres ? Il y a un bon mois, ils déclaraient Urbi et Orbi " Charleroi vous aime ". Sur le coup, on a senti un parfum d'union sacrée ; mais depuis, avec les supporters du club, les choses ne sont pas réglées, loin de là. On doit se demander d'urgence pourquoi la communication ne passe pas à ce niveau. Cela dit, quand un club ne tourne pas, ses supporters ont tôt fait de demander la démission du président, du manager ou du coach sur l'air des lampions. Le tout, à ce moment-là, c'est de savoir faire la sourde oreille. Mais ça, ce n'est plus de la com', c'est du training autogène. Rester zen et se taire en attendant que ça passe. Difficile pour certains, mais si on veut on peut... Surtout quand on n'a vraiment plus le choix de la conduite à adopter. Pour le reste, financièrement, les comptes sont très bien surveillés. Par rapport à tout ça : les pronos de début de saison de Sport/Foot Magazine. On avait placé Mouscron 10e et il l'est ( Yes !), Tubize 18e et il est 17e (re- Yes !), Mons 11e et il est 18e ( Shame on us !) et Charleroi 8e alors qu'il est 13e ( Damned...) Peut-être qu'on va se rattraper avec notre prono pour le Standard qu'on avait mis premier. Pour l'instant, comme on disait avant l'invention d'internet, c'est la bouteille à l'encre (mauve). Mais bon, les Rouches, contrairement aux autres clubs wallons, sont là et bien là... On espère pour l'avenir immédiat que Mouscron va définitivement se requinquer et que Charleroi retrouve vite le Top5 comme en 2005 et 2007. En attendant que Mons remonte, évidemment...