Oleg Blokhin va devoir puiser dans ses réserves de caractère pour surmonter les blessures de joueurs-clés et les querelles entre les deux camps qui composent l'équipe nationale, à savoir ceux du Shakhtar Donetsk et du Dynamo Kiev.

En février 2010, Myron Markevych - le manager expérimenté du Metalist - se voit confier les rênes de l'équipe nationale pendant 4 matches amicaux : trois victoires plus un nul contre les Pays-Bas. Mais Markevych est obligé de démissionner suite à un scandale de pots de vin dans son club, dont il était resté le manager. La fédé désigne alors Yuri Kalitvintsev. Pendant son règne, l'Ukraine ne signe qu'une victoire contre le Chili, cinq partages et deux défaites. Malgré cela, Kalitvintsev -qui a guidé les -19 ans ukrainiens au titre de champions d'Europe en 2009 - reste l'un des favoris pour le poste, tout comme Pavel Yakovenko, le coach des Espoirs.

Au lieu de cela, c'est Blokhin qui est nommé il y a un an grâce à sa capacité à garder la tête froide pendant les crises. " Je suis conscient que le coach principal est toujours responsable des résultats de son équipe. C'est doublement vrai lorsqu'on est co-organisateur de l'EURO. "

Blokhin a entrepris de nombreuses expérimentations, modifiant son onze de base presque à chaque rencontre. Après un début positif, la suite est moins rose avec une série de quatre défaites, dont deux contre des futurs adversaires à l'EURO : la France (1-4) et la Suède (0-1). Difficile de pointer ce qui changera ensuite, toujours est-il que l'Ukraine enchaîne sur trois victoires et deux partages, dont un joli 3-3 contre l'Allemagne. " Ce fut un moment très spécial, sans doute un moment charnière ", dira Blokhin. " Nous nous sommes prouvés que nous pouvions traiter d'égal à égal avec les meilleurs. "

Malheureusement pour le sélectionneur, l'unité recréée s'effrite peu à peu en avril dernier lorsqu'un match au sommet du championnat entre le Shakhtar et le Dynamo dégénère. La rencontre est entachée d'erreurs de l'arbitre Yiri Vaks. Le défenseur Yaroslav Rakitskiy clame que le capitaine du Dynamo Oleksandr Shovkovskiy, blessé et absent à l'EURO, l'a agressé verbalement dans le tunnel du stade après le match.

" Shovkovskyi a insulté ma ville, mon président, mon coach et mes coéquipiers. Comment pourrais-je jouer à ses côtés sous le maillot ukrainien ? Il doit s'excuser. " La réponse du joueur de Kiev ne tarde pas : " Seuls les joueurs qui ont évolué en équipe nationale depuis plusieurs années peuvent se plaindre à mon égard. Quant à ceux qui inventent des excuses pour ne pas jouer sous le maillot ukrainien je pense qu'ils doivent mieux réfléchir à leur propre réputation. "

Blokhin n'a donc disposé que de peu de temps pour recoller les morceaux. La blessure de son gardien Andriy Dikan n'a pas arrangé les bidons. Surtout que le meilleur défenseur central Dmytro Chygrynskyi s'est lui aussi blessé à plusieurs reprises et sera absent, alors que des doutes subsistent sur l'état de forme réel du vétéran Andriy Shevchenko.

PAR OLEG ZADERNOVSKY (ESM), À KIEV

Blokhin a été nommé pour sa capacité à garder la tête froide pendant les crises.

Oleg Blokhin va devoir puiser dans ses réserves de caractère pour surmonter les blessures de joueurs-clés et les querelles entre les deux camps qui composent l'équipe nationale, à savoir ceux du Shakhtar Donetsk et du Dynamo Kiev. En février 2010, Myron Markevych - le manager expérimenté du Metalist - se voit confier les rênes de l'équipe nationale pendant 4 matches amicaux : trois victoires plus un nul contre les Pays-Bas. Mais Markevych est obligé de démissionner suite à un scandale de pots de vin dans son club, dont il était resté le manager. La fédé désigne alors Yuri Kalitvintsev. Pendant son règne, l'Ukraine ne signe qu'une victoire contre le Chili, cinq partages et deux défaites. Malgré cela, Kalitvintsev -qui a guidé les -19 ans ukrainiens au titre de champions d'Europe en 2009 - reste l'un des favoris pour le poste, tout comme Pavel Yakovenko, le coach des Espoirs. Au lieu de cela, c'est Blokhin qui est nommé il y a un an grâce à sa capacité à garder la tête froide pendant les crises. " Je suis conscient que le coach principal est toujours responsable des résultats de son équipe. C'est doublement vrai lorsqu'on est co-organisateur de l'EURO. "Blokhin a entrepris de nombreuses expérimentations, modifiant son onze de base presque à chaque rencontre. Après un début positif, la suite est moins rose avec une série de quatre défaites, dont deux contre des futurs adversaires à l'EURO : la France (1-4) et la Suède (0-1). Difficile de pointer ce qui changera ensuite, toujours est-il que l'Ukraine enchaîne sur trois victoires et deux partages, dont un joli 3-3 contre l'Allemagne. " Ce fut un moment très spécial, sans doute un moment charnière ", dira Blokhin. " Nous nous sommes prouvés que nous pouvions traiter d'égal à égal avec les meilleurs. "Malheureusement pour le sélectionneur, l'unité recréée s'effrite peu à peu en avril dernier lorsqu'un match au sommet du championnat entre le Shakhtar et le Dynamo dégénère. La rencontre est entachée d'erreurs de l'arbitre Yiri Vaks. Le défenseur Yaroslav Rakitskiy clame que le capitaine du Dynamo Oleksandr Shovkovskiy, blessé et absent à l'EURO, l'a agressé verbalement dans le tunnel du stade après le match. " Shovkovskyi a insulté ma ville, mon président, mon coach et mes coéquipiers. Comment pourrais-je jouer à ses côtés sous le maillot ukrainien ? Il doit s'excuser. " La réponse du joueur de Kiev ne tarde pas : " Seuls les joueurs qui ont évolué en équipe nationale depuis plusieurs années peuvent se plaindre à mon égard. Quant à ceux qui inventent des excuses pour ne pas jouer sous le maillot ukrainien je pense qu'ils doivent mieux réfléchir à leur propre réputation. "Blokhin n'a donc disposé que de peu de temps pour recoller les morceaux. La blessure de son gardien Andriy Dikan n'a pas arrangé les bidons. Surtout que le meilleur défenseur central Dmytro Chygrynskyi s'est lui aussi blessé à plusieurs reprises et sera absent, alors que des doutes subsistent sur l'état de forme réel du vétéran Andriy Shevchenko. PAR OLEG ZADERNOVSKY (ESM), À KIEVBlokhin a été nommé pour sa capacité à garder la tête froide pendant les crises.