Année de fondation : 1925
...

Année de fondation : 1925 Président : Evangelos Marinakis Stade : Georgios Karaiskakis (33.334 places) Site : www.olympiacos.org Transfert le plus cher : Diogo (15 millions d'euros, Portuguesa São Paulo, 2008) Palmarès : 39 titres, 25 Coupes Saison passée en CL : Phase de poules Qualification : automatique A suivre : Vasilis Torosidis Il est le capitaine de l'équipe et le chouchou du public. Cet arrière latéral droit moderne, offensif, mise sur une excellente condition physique et une mentalité de gagneur. En dehors du terrain, il est le " public relation " rêvé de l'Olympiacos car il se montre toujours très ouvert vis-à-vis des supporters et des journalistes et il fait preuve d'une loyauté à toute épreuve envers le club. Malgré l'intérêt de la Juventus et de l'AS Roma, Torosidis (27) en est à sa sixième saison à l'Olympiacos. Il constitue également une valeur sûre de l'équipe nationale grecque. En 2010, il a d'ailleurs été élu Joueur de l'Année dans son pays. Sa polyvalence est sans doute son plus grand atout. Il peut jouer tant à droite qu'à gauche, derrière ou dans l'entrejeu. C'est le genre de joueur que tout entraîneur aime avoir dans son équipe. Comme toute l'économie grecque, l'Olympiacos est touché de plein fouet par la crise qui secoue le pays. C'est pourquoi il a dû laisser filer quelques piliers de l'équipe comme le Suédois Olof Mellberg ou notre compatriote Kevin Mirallas. On ne sait d'ailleurs pas encore qui remplacera le meilleur buteur du dernier championnat de Grèce car le club n'a plus d'argent pour attirer de grandes stars, comme il le faisait par le passé. Ibagaza et Pantelic, censés apporter le danger, ont respectivement 35 et 33 ans. Encouragé par le succès rencontré par Mirallas, le club du Pirée a de nouveau fait son mercato en France. Il a acquis le puissant médian international malien Drissa Diakité à Nice et le Portugais Paulo Machado à Toulouse. Le reste de l'équipe est essentiellement composé de jeunes Grecs bon marché. Cette saison, le club cherchera surtout à survivre et à prendre un nouveau départ. On verra dès lors quel visage il offrira en Ligue des Champions. On s'attend à ce que Jardim joue avant tout la sécurité en misant sur une bonne organisation et des contres rapides, comme il l'avait fait à Braga. Il n'a que 38 ans et marche sur les pas d'autres entraîneurs portugais ambitieux comme José Mourinho et André Villas-Boas, qui étaient également très jeunes lorsqu'ils débutèrent au Portugal. La saison dernière, Jardim est parvenu à placer Braga juste derrière le FC Porto et Benfica, ce qui lui a valu le titre d'entraîneur de l'année au Portugal. Fils d'immigrés vénézuéliens, il est rentré plus tard au pays avec ses parents. Il a d'abord joué au handball avant de devenir entraîneur de football. Il a été le plus jeune Portugais de tous les temps à décrocher un diplôme UEFA A. Il n'avait alors que 24 ans. Cette expérience à l'Olympiacos est sa première à l'étranger. Un véritable baptême du feu.