LA STAR : RIVALDO

V ítor Borba Ferreira, alias Rivaldo, a 34 ans. Il a grandi dans la misère des bidonvilles de Recife, une ville portuaire du nord du Brésil, avec ses parents, deux frères et deux s£urs. Son apparence trahit toujours la malnutrition dont il a souffert pendant son enfance : orbites tombantes, jambes courbées et une collection de fausses dents. Il a mis sur pied la Rivaldo Foundation, une organisation qui s'occupe des enfants des favellas.
...

V ítor Borba Ferreira, alias Rivaldo, a 34 ans. Il a grandi dans la misère des bidonvilles de Recife, une ville portuaire du nord du Brésil, avec ses parents, deux frères et deux s£urs. Son apparence trahit toujours la malnutrition dont il a souffert pendant son enfance : orbites tombantes, jambes courbées et une collection de fausses dents. Il a mis sur pied la Rivaldo Foundation, une organisation qui s'occupe des enfants des favellas. Pour gagner de l'argent, le jeune Rivaldo et ses frères Ricardo et Rinaldo vendaient de la nourriture au bord d'une route. Son père est décédé alors que Rivaldo avait 16 ans, renversé par un autobus. Le footballeur des rues a alors décidé de tenter sa chance comme professionnel. Des scouts de Santa Cruz Recife l'ont découvert dans un tournoi pour jeunes. Il n'avait pas de quoi s'acheter un ticket de bus. Tous les jours, il couvrait à pied, aller et retour, les 20 kilomètres qui le séparaient du complexe d'entraînement. Santa Cruz lui a offert un premier contrat en 1991. Deux ans plus tard, il signait aux Corinthians. Au bout d'une saison et demie, le SE Palmeiras l'a embauché. Il transita ensuite par le Deportivo et Barcelone, il fut sélectionné en équipe nationale. A la fin des années 90, il était considéré comme un des meilleurs footballeurs du monde. Ses coups francs du pied gauche en particulier lui ont valu la célébrité. Rivaldo est employé par l'Olympiacos depuis juillet 2004. Le Brésilien a conduit le club au sacre grec deux années de suite et voudrait briller, peut-être pour la dernière fois, sur la scène européenne. Alors que tout le monde s'attendait à ce qu'il retourne au Brésil, il a prolongé son contrat d'une saison à l'Olympiacos. Trond Sollied en est ravi, lui qui comprend très bien à quel point Rivaldo lui est précieux par sa technique de frappe et sa vista, surtout dans les moments difficiles. Il n'est pas des plus rapides mais son expérience et son talent compensent largement les effets de l'âge. T rond Sollied n'a plus de secrets pour nous, puisque le Norvégien utilise la même tactique qu'à Gand et au Club Bruges, un 4-3-3 au sein duquel l'avant-centre et les médians qui s'infiltrent jouent un rôle crucial. En Grèce aussi, il exerce inlassablement les automatismes et les trajectoires de course. Les gardiens Tomislav Butina et Erwin Lemmens rongent leur frein sur le banc car Sollied accorde sa préférence à l'international grecl Antonis Nikopolidis. Michal Zewlakow (à droite) et Didier Domi peuvent gicler régulièrement sur le flanc car derrière, Georgios Anatolakis et Abdeslam Ouaddou sont très fiables. Ieroklis Stoltidis et Marco Né se disputent le poste de milieu défensif tandis que Pantelis Kafes et Rivaldo doivent apporter leur créativité à l'ensemble. Sur les ailes, Ioannis Okkas et Predrag Djordjevic profitent de l'aptitude de l'avant cypriote Michalis Konstantinou à conserver le ballon.