Swing

" Je n'ai pas des masses de passions à côté du tennis mais je suis un mordu de golf. J'ai commencé lors de vacances familiales à Moliets, dans le sud de la France. Je devais avoir douze ou treize ans. Nous y avions goûté une demi-heure, tous ensemble, et quand nous sommes rentrés à Auvelais, nous avons fait nos armes sur un petit 9 trous à Gembloux... J'ai toujours joué depuis. A un moment à Falnuée et maintenant que j'ai déménagé, au Bercuit.
...

" Je n'ai pas des masses de passions à côté du tennis mais je suis un mordu de golf. J'ai commencé lors de vacances familiales à Moliets, dans le sud de la France. Je devais avoir douze ou treize ans. Nous y avions goûté une demi-heure, tous ensemble, et quand nous sommes rentrés à Auvelais, nous avons fait nos armes sur un petit 9 trous à Gembloux... J'ai toujours joué depuis. A un moment à Falnuée et maintenant que j'ai déménagé, au Bercuit. J'ai aussi acheté un appartement dans le complexe de golf de Las Colinas, près de Murcie. C'est génial. J'ai un handicap de 8 et mon frère Christophe de 3,5. Il va falloir que je le rattrape mais c'est un peu compliqué. Avec le tennis, je suis toujours parti. Je pense avoir participé à trois compétitions en cinq ans. Je joue souvent avec des clubs Callaway. Mais les clubs, c'est quelque chose de très personnel. Ça dépend de ton swing. De savoir si tu veux utiliser du carbone, de l'acier... Je ne fais pas que jouer. Je suis de très près les résultats et les cartes de Nicolas Colsaerts qui reste sur de belles performances. Ça ne peut faire que du bien au golf belge. Quel que soit le sport, il y a toujours un effet d'entraînement au niveau de la jeunesse quand un compatriote s'illustre au plus haut niveau dans une discipline. " " Le style vestimentaire Olivier Rochus ? Je ne suis pas souvent en costard. Généralement, je porte des jeans. Ça peut être du Hugo Boss, du G-Star comme des modèles tout simples pourquoi pas du H&M. Je les associe à une chemise, un pull à capuche... Je ne suis pas très fashion. Je m'habille relax, sportif. Simple mais de bon goût quand même (rires). Je vais dans des magasins comme Zara, Springfield, Celio, Hugo Boss, Massimo Dutti... Les aéroports servent surtout en cas d'urgence. Quand je n'ai pas trouvé de cadeau pour ma copine ! Mais en fonction de mes voyages et de mes tournois, je me promène de temps en temps en ville pour faire du shopping. Que ce soit à New York pendant l'US Open ou comme il y a quelques semaines à Melbourne, pendant l'Open d'Australie. " " Les voitures m'intéressent. Sans plus. Je ne suis pas du genre à mettre le turbo, rouler comme un fou et acheter des magazines de bagnoles. Mais j'ai tout de même une BM série 3 coupé. En trois ans, je dois avoir parcouru 80.000 kilomètres. J'aimais bien sa gueule, son allure et je voulais disposer d'un peu de place quand même pour pouvoir transporter mon vélo (un Trek). Ce qui est possible en retirant une roue... Je détestais le vélo quand j'étais jeune mais maintenant je prends du plaisir avec mes sorties dans les bois. Je viens d'enchaîner Chennai, Auckland, l'Australie, Montpellier et je vais maintenant passer deux mois aux Etats-Unis. Il est donc parfois difficile de trouver le temps de rouler. Mais j'en profite quand je suis en Europe l'été... Le vélo me permet aussi de faire du foncier. Lorsque j'ai rencontré mes problèmes de périostite, je ne pouvais plus courir mais par contre, je pouvais pédaler. J'évitais les chocs dommageables. " " Entre le physique, les entraînements et les soins, je n'ai pas beaucoup de temps libre pendant les tournois que j'essaie en plus de disputer à la fois en simple et en double. Mais je vais de temps en temps au ciné et j'emmène mon iPad partout avec moi. Il est tout léger. Et dire qu'avant, je trimballais mon ordi qui faisait une tonne. Je regarde plein de trucs. J'ai un tas d'applications. Des jeux de golf notamment. Puis j'utilise Skype pour communiquer avec la famille quand je suis à l'étranger. Je ne suis pas braqué Apple mais j'ai aussi un iPod. J'aime un peu de tout. U2, Snow Patrol, David Guetta... Parfois, j'écoute quelques morceaux avant de monter sur le court pour me donner un petit coup de fouet. Genre la musique de Rocky ou de l'électro qui met la pêche. J'évite les trucs trop déprimants... " PAR JULIEN BROQUET