Sportif, classique ou R&B ?

" Je peux tout mettre. Enfiler un training, le matin, avant de partir pour l'entraînement comme m'habiller classique, limite R&B. On peut trouver un peu de tout dans ma garde-robe. Je me sens aussi bien dans un costume que dans un survêtement.
...

" Je peux tout mettre. Enfiler un training, le matin, avant de partir pour l'entraînement comme m'habiller classique, limite R&B. On peut trouver un peu de tout dans ma garde-robe. Je me sens aussi bien dans un costume que dans un survêtement. J'ai appris en Italie à mettre des tenues plus classe. Ma femme est flamande. On habite dans le Limbourg. Pour le shopping, je vais chez Obsis. Un énorme magasin qui fait toutes les grandes marques ou au Village, à Maasmechelen. J'aime bien Dolce & Gabbana, Gucci... Pour les chaussures, j'ai une règle d'or qui est de ne jamais associer des pompes classiques à un jeans. J'ai des baskets Dolce, puis aussi des Pantofola d'Oro en cuir... "" Je lui voue énormément de respect mais mon père est en quelque sorte mon meilleur ami depuis que je suis tout petit. Il m'est arrivé d'aller à la mer avec mon frère, des potes et lui et quand j'ai une journée de libre, je peux très bien l'appeler pour aller jouer au tennis. Il possède encore un bon petit niveau. Je n'ai jamais rien acheté d'important sans son avis. Je parle de placement, d'immobilier. Il travaille dans le bâtiment, il s'y connaît. Il officiait comme entraîneur/joueur à Gouy quand j'étais gamin mais il n'était pas du genre à laisser traîner des ballons dans le jardin pour nous faire mordre à l'hameçon. Je n'ai d'ailleurs commencé le foot qu'à 8 ans. Je suis né en 79 et je me suis pris de passion pour le ballon rond avec la Coupe du Monde de 86. Mon papa a consenti des efforts incroyables pour moi. Comme toute ma famille. Encore aujourd'hui, il vient à chaque stage. Que ce soit en Espagne ou au Portugal. J'essaie de transmettre à mes deux enfants les valeurs que mes parents m'ont inculquées. A commencer par le respect de l'autre. Un truc que les jeunes générations ont un peu oublié. "" Je n'attends pas la fête des pères pour lui offrir un truc mais mon paternel est le mec à qui j'ai le plus de mal à faire des cadeaux. Il a tout et il ne veut rien. Le meilleur placement, c'est un bon restaurant. Mes parents adorent manger et je suis comme eux. Quand je jouais à Naples, papa avait vu dans une émission de la RTBF qu'un des meilleurs restos du monde était installé dans le coin et nous nous sommes retrouvés chez Don Alfonso. Pour la petite histoire, l'addition était pharamineuse mais les mecs m'ont reconnu et l'ont divisée par 2. Avec ma femme, on essaie de sortir manger une fois par semaine. Je recommande chaudement deux étoilés : De Barrier à Houthalen et le Slagmolen installé dans un authentique moulin à eau à Opglabbeek. J'aime la bonne bouffe mais je ne suis pas un grand amateur de nouvelle cuisine. En Italie, j'ai aussi pris goût au vin. Je les aime assez costauds. J'ai un faible pour le Brunello et le Barolo. Je n'y connaissais rien avant de découvrir le Calcio... "" J'ai découvert beaucoup de choses en Italie. Outre le vin, la mode et le café, j'y ai appris à apprécier les montres. C'est avec Régis Genaux, malheureusement décédé, que je m'y suis intéressé. Aujourd'hui, j'ai plusieurs Cartier. Je suis aussi branché par les voitures mais je suis plus Porsche que Ferrari. J'ai eu une Cayman. Une deux places, nerveuse... Mais j'ai opté pour une Cayenne 3 litres turbo-diesel, avec l'arrivée des enfants et j'en suis vraiment content. J'habite Hasselt et je joue à Malines. Je fais donc 220 bornes tous les jours. Et pratiquement 70.000 kilomètres par an. Je suis heureux d'avoir une jeep. Une voiture confortable qui épargne mon dos. La voiture qui me fait rêver, c'est la Panamera. Attention. Je suis fan de Porsche mais pas de vitesse. Je ne roule pas à 350 sur l'autoroute. J'aime sa ligne, son design. Et je préfère doubler un camion sur 50 mètres que sur 300. "PAR JULIEN BROQUET