A quoi ressemble votre existence depuis le tournage et la diffusion des épisodes ?

Ma vie n'est pas trop perturbée. Beaucoup de personnes nous saluent, nous demandent une photo ou un autographe. Le dimanche, quand on joue au foot, les gens nous reconnaissent et les gamins sont heureux de pouvoir monter avec nous sur le terrain. Les affiches sur les bus nous ont offert pas mal de notoriété. Tout le monde nous voit partout. C'est formidable et une expérience inoubliable.
...

Ma vie n'est pas trop perturbée. Beaucoup de personnes nous saluent, nous demandent une photo ou un autographe. Le dimanche, quand on joue au foot, les gens nous reconnaissent et les gamins sont heureux de pouvoir monter avec nous sur le terrain. Les affiches sur les bus nous ont offert pas mal de notoriété. Tout le monde nous voit partout. C'est formidable et une expérience inoubliable. Je pense que 5 équipes étaient en concurrence. Un jour, on a aperçu un gars qui nous filmait. Ensuite, il est revenu, on a appris qu'on était sélectionné et tout s'est enchaîné : le début des tournages il y a un an, etc. Les responsables de la RTBF ont vu qu'on ne savait pas jouer au foot. (il rit)85 %. Pas plus. C'est déjà pas mal mais on aurait pu atteindre les 100 %. Depuis que les caméras sont parties, plus personne ne vient. Nous sommes toujours 11 ou 12 joueurs mais c'est dommage pour Pessoux. Vous voyez les six qu'on voit sur les bus ? Eh bien, c'est le noyau dur. J'espère qu'on arrivera à finir correctement le championnat. Après, on verra si on reste à Pessoux. Le comité veut former un nouveau groupe. Si c'est le cas, on essaiera de créer une équipe B. Lui. Je suis plus calme alors que Philippe est le premier à faire péter une rigolade (sic). Moi, je le surclasse à la troisième mi-temps. Par contre, au foot, il est plus fort que moi. J'ai arrêté trois ans, ce qui m'a été préjudiciable. Après, j'ai repris à Pessoux. On prend tout au deuxième degré. Ils se moquent ? Pas de problème : je les invite à participer. On verra s'ils arrivent à être meilleurs que nous. Je n'en suis pas certain... C'était un beau coup de pub mais je préfère ne rien ajouter... Que l'autre (sic) ait rouspété... Sa réaction était un peu méchante. Je n'en dirai pas plus. J'aime chanter, notamment dans les karaokés. Mais c'est vrai qu'il y a peu de joueurs qui chantent juste dans l'équipe ! (il rit) C'était une chouette expérience mais on a beaucoup rigolé de nous. Je n'aime pas en parler. PAR SIMON BARZYCZAK" Quentin Mosimann a été un peu méchant envers Les Héros du Gazon. " OLIVIER LECLERCQ