A quoi sert un diplôme d'ingénieur commercial quand on est footballeur ?

Cela sert dans la vie de tous les jours et cela me sera utile plus tard.
...

Cela sert dans la vie de tous les jours et cela me sera utile plus tard. Je n'ai décidé de me consacrer au football qu'une fois mes études terminées. Avant, j'évoluais en D3 aux Francs Borains. C'est vrai que nous ne sommes pas légion et que ce n'était pas toujours évident car les infrastructures nécessaires pour allier les deux n'existaient pas. J'ai passé mon diplôme car j'en avais envie. Quand vous sortez de l'université, il y a toujours un certain apprentissage. Un métier, ça s'apprend. J'ai une bonne mémoire et je me tiens au courant par l'intermédiaire de mes amis qui ont continué dans cette voie-là. Et puis, l'université vous apprend aussi à réfléchir, à avoir un esprit critique. Non. Pour moi, c'est parfaitement conciliable. A 35 ans, le football, c'est fini. Or, à 35 ans, on est encore jeune. C'est le début d'une autre vie. De plus, le football peut me servir dans ma vie future. Je ne le conçois pas comme une parenthèse. Dans les entreprises, ils aiment les anciens sportifs car ceux-ci véhiculent des valeurs fortes, propres également au monde de l'entreprise : le travail et l'esprit d'équipe, la gestion d'un groupe, la recherche de la victoire. C'est exactement ce que l'on apprend dans les séminaires pour être plus compétitif. On peut y ajouter d'autres valeurs comme le dépassement de soi, la concentration, la volonté, toutes des aspirations qui sont transposables dans le monde de l'entreprise. Pas tellement au départ mais je le suis devenu. Je suis un manuel qui se forme sur le tas. Ah, le temps libre ! ! ! On a beaucoup de temps mais ce sont des heures difficiles à combler. Elles servent surtout à manger, se reposer. Pour le reste, c'est du temps qu'il faut organiser de manière consciencieuse. Moi, j'aime m'occuper d'informatique. J'ai récupéré récemment un vieux PC que j'ai démonté et reconfiguré. Il me permet de m'entretenir parfaitement sur le plan physique. Si j'avais un autre boulot, je ne pourrais faire qu'une heure de sport de temps en temps. De plus, le football est un hobby, et faire de son hobby et de sa passion un métier, c'est formidable. Les voyages. On parcourt la Belgique et quand je reviens sur un lieu, je me souviens et je me dis - On est déjà passé par là avec l'équipe. Grâce à La Louvière, j'ai découvert la Coupe d'Europe et le Portugal. J'ai l'habitude de tout regarder. Ce qui embête ma copine car j'ai une bonne mémoire, je retiens tout et je ne suis pas du genre à visionner deux fois le même film. J'aime bien la science fiction bien ficelée mais la difficulté réside justement dans le fait qu'un film de SF doit être bien construit. Elle respire la sympathie. Si je devais la qualifier, j'utiliserais le mot bon enfant. Le folklore est important pour moi, que ce soit la ducasse à Ath ou le Doudou à Mons. Il fait partie intégrante de l'identité de la ville et de ses habitants. C'est une bonne occasion de mettre un pied dans la culture régionale et de revoir ses amis. STÉPHANE VANDE VELDE