Le journal anglais The Observer vient de publier une liste des meilleurs transferts de la saison. En première position, on trouve Gary McAllister et à la deuxième, c'est vous.
...

Le journal anglais The Observer vient de publier une liste des meilleurs transferts de la saison. En première position, on trouve Gary McAllister et à la deuxième, c'est vous. Vraiment? Je l'ignorais! Vous savez, je ne lis pas du tout les journaux. Evidemment, ça me fait très plaisir...L'attitude de la presse anglaise y est-elle pour quelque chose?Sans aucun doute. La moindre chose est gonflée hors de toute proportion. Tenez, je suis passé sur Téléfoot il y a trois semaines. J'ai lancé une plaisanterie au sujet d'un incident avec Patrick Vieira. Cela a été complètement déformé par les tabloïds. Je me suis retrouvé à la une des journaux sans la moindre raison. Tout ce que l'on dit est retranscrit de manière tendancieuse, ce qui fait que j'évite de parler à la presse anglaise. Le problème est qu'ils se servent alors de ce que je dis à la presse française et le traduisent à tort et à travers! En attendant, cette presse a été très élogieuse à votre égard et a souligné les progrès que vous avez accomplis depuis votre séjour à Everton en 1998.Je crois que cela s'explique par l'environnement. Le joueur reste le même. Il a deux ans de plus, c'est vrai, il a plus d'expérience. Mais le plus important, c'est que l'équipe n'est pas la même. Je ne veux surtout pas dénigrer Everton, où j'ai passé une très bonne saison. Mais c'est toujours plus facile quand on est entouré de meilleurs joueurs.Votre rôle n'a-t-il pas également évolué? A Everton, vous étiez un milieu de terrain purement défensif, à Leeds on vous voit régulièrement prêter main forte à vos attaquants...Encore une fois, c'est une question d'environnement. A Leeds, nous jouons avec deux milieux défensifs. Quand je joue avec David Batty, je sais que je peux monter, parce que lui va rester derrière. Mais quand je joue avec Eric Bakke, je fais plus attention, parce qu'il est plus porté vers l'avant.Vous parlez de beau jeu mais Leeds traîne une réputation d'équipe dure...J'ai entendu une fois un type parler du dirty Leeds sur Sky Sports, et je sais qu'on nous donne cette image, mais c'est à tort. On ne travaille pas la dureté. Au contraire: nous sommes l'une des équipes anglaises qui jouent le mieux au ballon. C'est vrai que, physiquement, on bosse bien, on dégage de la force, mais ça n'a rien à voir avec mettre des tackles dangereux. (P. Auclair, ESM)